Selon le Dr Hamer, le cancer du sein a toujours pour origine un « conflit du nid ». Le cancer canalaire serait ectodermique et « l’enfant réel » serait toujours lié au sein gauche. Via cette lettre ouverte qu’il nous a envoyée, le Dr Alain Scohy remet en
question ces trois préceptes hamériens et invite à (ré)examiner le sens
psychobiologique de la maladie. Le débat est ouvert.

Je suis absolument persuadé que ce nouveau paradigme PSYCHOSOMATIQUE est « vrai »…
Je suis absolument persuadé qu’il n’appartient pas à une personne ou une autre, aussi géniale soit-elle. Certes, nous devons l’énoncé de ses fondements à GRODDECK, HAMER et MOIROT. Mais une idée est une idée, elle ne peut appartenir à une personne. Elle jaillit à une époque donnée et rejoint le consensus de tous ceux qui ne sont pas sectaires, de tous ceux qui ont gardé leur intelligence et leurs yeux ouverts. Je suis absolument persuadé que cette Médecine sera la Médecine du 3ème Millénaire. Et tous les pionniers que nous sommes actuellement – Robert Guinée, Claude Sabbah, Gérard Athias, Jacques Martel, Jean-Jacques Crèvecoeur, Léon Renard, Christian Flèche, Salomon Selam, Bernard Montaud, Philippe Dransart, moi-même… – devons œuvrer pour la mettre en œuvre pour le plus grand profit de l’humanité tout entière, quel que soit le nom qu’on veuille lui donner : Médecine Nouvelle Germanique, Biologie Totale, Psychologie Nucléaire…
Mais nous n’avons pas la science infuse, nous sommes en période de découverte, d’expérimentation, de mise à l’épreuve. Nous devons tous rester en alerte car bien des points restent encore obscurs. En particulier le “décodage” du cancer du sein. Selon le Dr Hamer, il y a deux types de cancers à ce niveau : les cancers glandulaires correspondant à un conflit de danger de mort pour l’enfant et les cancers canalaires correspondant à un conflit de séparation de l’enfant. Le Dr Hamer parle de “conflits du NID”. Ce terme me semble impropre. En effet, pour le cerveau, le nid est l’utérus et non le sein. Et tout ce qui se rattache au nid – logement en particulier – va se biologiser au niveau de l’utérus ou des trompes. Pour moi, le cancer du SEIN est TOUJOURS un CONFLIT A L’ENFANT et seulement cela.
J’ai accompagné de nombreux malades à l’Institut Paracelse depuis maintenant 10 ans. Cela confirme mon intuition que le Dr Hamer fait fausse route pour les problèmes de latéralité. Selon lui, le côté droit du corps en général – commandé par le cerveau gauche – correspond au féminin, à l’affectif, à l’introversion. Et bien sûr inversement pour le côté gauche du corps. Mais il fait une exception pour le cancer du sein : le côté droit concernerait ici l’enfant virtuel (conjoint materné, ascendants, animaux de compagnie) dans une dynamique d’extraversion et non l’enfant réel. Et c’est le côté gauche qui s’adresserait à l’enfant réel. Il tente de l’expliquer en disant que la latéralité est inversée chez les gauchères. Il use d’un test qui me semble discutable pour affirmer que toutes les femmes qu’il rencontre sont des gauchères. Pour moi, une femme vraiment gauchère est une femme extravertie. L’enfant réel de cette femme sera toujours relié à son côté droit car il n’y a pas d’inversion des cerveaux droit et gauche chez les gauchers comme le prouve la physiologie neurologique moderne (idéographie par positrons ou positions).
Le troisième problème est le cancer canalaire. Selon le Dr Hamer, il s’agirait d’un cancer ECTODERMIQUE dont le foyer devrait logiquement se situer sur le cortex du lobe pariétal. Mais il ne précise jamais la localisation de ce foyer. Par ailleurs, au lieu de creuser comme cela devrait être le cas pour les cancers ectodermiques, ce cancer construit une tumeur solide et parfois très volumineuse. Et il se démonte par rétraction ou abcédation aseptique. Je propose ici une autre HYPOTHÈSE et je demande instamment à tous ceux qui pratiquent ou réfléchissent sur la question – et tout particulièrement au Dr Hamer – d’envisager cette possibilité et d’essayer de l’éprouver auprès des malades qu’ils peuvent rencontrer :
1 – Le cancer glandulaire du sein est lié à un conflit de DANGER DE MORT POUR L’ENFANT. Il est géré par le foyer bien connu de la corne du cervelet. Comme pour les vaches, les chèvres ou les brebis “laitières”, il concerne en général les deux glandes. Mais il peut se focaliser à droite ou à gauche chez la femme compte tenu de la puissance du mental humain. Dans ce cas, que la femme soit droitière ou gauchère, le sein droit correspondra plutôt à l’ENFANT RÉEL, le sein gauche à l’ENFANT VIRTUEL.
2 – Le cancer canalaire du sein est lié à un conflit de SÉPARATION EXISTENTIELLE DE L’ENFANT. Entendons-nous bien : il ne s’agit pas ici d’une séparation banale mais d’un phénomène profond, vital, où la survie de la lignée est en jeu. De ce fait, il serait en fait un CORDON OMBILICAL NÉOFORMÉ – d’où la prolifération des canaux – et le foyer de Hamer se situerait au niveau du tronc cérébral.
Si cette hypothèse se vérifie, cela expliciterait le fait que ce conflit se somatise par une tumeur et non une ulcération. Par ailleurs, le tronc cérébral est la seule zone du cerveau où les fibres nerveuses ne croisent pas. Le côté droit correspondrait donc alors à l’ENFANT VIRTUEL et le côté gauche à l’ENFANT RÉEL. Cela pourrait expliquer l’interprétation du Dr Hamer par rapport au problème de latéralité. Il reste à déterminer la localisation du foyer au niveau du tronc cérébral. J’ai pu constater, de mon côté, sur tous les scanners que j’ai observés dans de tels cas, qu’il existe de nombreux foyers au niveau du tronc cérébral de ces malades. À suivre donc !

Alain Scohy

Docteur en médecine , homéopathe et acupuncteur, Alain Scohy a exercé la médecine générale en France pendant plus de 20 ans, jusqu’à sa radiation pour délit d’opinion sur la vaccination. Ecrivain et conférencier, auteur de nombreux ouvrages, il anime avec son épouse Brigitte l’Institut Paracelse, dans le Nord de l’ Espagne. On y forme des accompagnateurs et on y accueille des malades désireux d’explorer le sens des pathologies.
Info : www.alain-scohy.com