Le 11 août 1992, sortant d’un cabinet médical où je venais d’apprendre le résultat rassurant d’une radiographie des poumons, j’ai dans la rue une crise de tétanie qui me « coupe les jambes ». En débutant par les pieds, toutes mes sensations disparaissent progressivement, en remontant. Mes pieds puis mes jambes deviennent comme morts. Je dois m’asseoir par terre. Ignorant ce qui m’arrive, je panique et crois à ma mort dans les instants qui vont suivre. Heureusement, un passant intervient et me rassure. C’est alors que je remarque que je récupère progressivement mes sensations. Amené chez un médecin, celui-ci me fait des piqûres de calcium, m’administre un calmant et me recommande le repos. Il s’agit en fait d’un syndrome rare, dû notamment à une hypocalcémie et caractérisé par des crises de contractures musculaires. Le manque de calcium ou sa non-disponibilité perturbe le transfert des influx nerveux, d’où la perte de toute sensation et de toute fonction motrice. Le conflit ayant préparé la crise avait été la toux persistante que je traînais depuis fort longtemps. De plus en plus inquiet par cette toux me rappelant le cancer du poumon de ma mère, par précaution, le médecin recommandait une radio pour voir s’il n’y avait rien. Je craignais ainsi qu’il n’y ait effectivement quelque chose de sérieux. Cela entraînait la peur de la maladie et donc de la mort, ce dont je n’avais parlé à personne. La fin de l’inquiétude et donc la « solution de mon conflit » a eu lieu au cabinet médical, lorsque le radiologue m’a signalé qu’il n’y avait aucun problème. C’était instantanément un grand soulagement et j’ai d’ailleurs exprimé un « ouf ». C’est l’instant où tout bascule. Dix minutes plus tard, en sortant du cabinet, c’était la crise. Parmi les besoins primaires des individus, il y a l’oxygénation du sang. C’est pourquoi la peur de la mort affecte les alvéoles pulmonaires. Par ailleurs, le mot « peur » ne contient-il pas (peu – r », ou « peu d’air » ? La solution du problème (le diagnostique favorable du radiologue) a donc engendré un important besoin d’oxygène… d’où l’hyperventilation. La crise de tétanie est engendrée par celle-ci et donc par l’afflux d’air (augmentation du taux d’oxygène et baisse du taux de CO2), ce qui augmente rapidement le pH sanguin. Un pH trop élevé entraîne une indisponibilité du calcium.

J-L M . (Belgique)