Brigitte a fait deux fausses couches consécutives en une année, à 3 et 4 mois de grossesse. Pour elle, c’est un drame car elle désire énormément un enfant. Après des examens médicaux, on a découvert qu’elle a un problème de coagulation : son sang est trop épais, et c’est sans doute la cause du problème. C’est le Syndrome des antiphospholipides (SAPL), aussi nommé “Lupus anticoagulant”, bien que sans rapport avec le lupus érythémateux et « pro-coagulant » dans ses effets. Aujourd’hui, c’est un examen indispensable à faire après une fausse couche. Nous passons en revue avec Brigitte les raisons possibles d’un tel symptôme. Evidemment, nous recherchons une mémoire d’hémorragie et après un interrogatoire serré, nous arrivons au coeur du problème. Cela fait plusieurs années que Brigitte tente d’être enceinte. Chaque mois, elle s’examine avec appréhension : elle craint énormément de découvrir qu’elle a ses règles et donc qu’elle n’est pas enceinte.
Pour elle, c’est véritablement une obsession et son conflit peut s’exprimer ainsi : “Il ne faut pas que le sang coule : “ s’il coule, c’est la fin de tous mes espoirs !
Si le sang coule, on pourrait dire qu’elle est complètement sous le choc et que son sang se fige littéralement dans ses veines ! Donc, ce même ressenti, qui dure depuis des années, a été parfaitement enregistré par son cerveau qui a compris le message. Il a donc tout fait pour que le sang ne coule pas. Le problème est que lorsqu’elle a enfin été enceinte, le foetus a été mal nourri par un sang trop épais. On sait aussi en décodage que le sang représente la joie et Brigitte est triste. Sa première fausse couche, suivie d’un curetage, a été vécue comme un drame et la seconde un an après , aussi suivie d’un curetage à l’hôpital , l’ a choquée.
Nous avons donc travaillé sur le lâcher -prise , sur sa tristesse, sur le fait de laisser s’écouler la vie tranquillement, sur ses angoisses de ne pas arriver à mener à bien une nouvelle grossesse, sur sa peur , car toute la vie de Brigitte s’est figée elle aussi autour de ce désir d’enfant si grand. C’est une histoire à suivre…

Irène Landau. (Israël)