Une de mes patientes, Vinciane sera ici son prénom fictif, est enseignante. Elle aime ce métier même si ce n’était pas son premier choix professionnel. Jusqu’ici, elle a géré les moments plus difficiles en appliquant notamment des techniques de gestion du stress, ou de communication non violente… des outils qui lui sont souvent utiles pour traverser des « petites crises ». Sauf qu’au début de cette année 2015, Vinciane se sent dépassée par ce qui lui arrive : elle ne parvient plus à gérer une nouvelle classe, ou plutôt un nouveau groupe (nouveau module de cours en enseignement de promotion sociale). Elle en devient « malade » : fatigue importante, maux de ventre, envie de vomir, diarrhée, et surtout des insomnies régulières (2 à 3 x par semaine). Avec ces symptômes s’enclenche un cercle vicieux, car elle n’écoute pas ces signaux d’alerte. Elle se dit que cela va passer. Avec la fatigue accumulée, elle va perdre de plus en plus ses moyens devant ce groupe « difficile », au point qu’elle n’arrive plus à enseigner, comme elle continue à pouvoir le faire pour d’autres groupes.

« Je suis née avec »
Vinciane a déjà réalisé précédemment un travail personnel de décryptage de certains de ses symptômes, notamment la dépression. Elle dit : « Je suis née avec ». Dans le langage de la BTEV (Biologie Totale des Êtres Vivants), nous dirons que si elle « est née avec », c’est que ce symptôme fait partie de son identité profonde (verbe « être »), et d’autre part qu’il était déjà présent avant sa naissance. Cette période autour de la naissance, certains l’appellent « projet-sens » (Claude Sabbah fait référence aux travaux du psychologue français Marc Fréchet), ou période d’imprégnation prénatale.
Vinciane a donc identifié dans cette période, les stress importants vécus par ses parents, et qu’elle a enregistrés grâce à son cerveau en construction in utero. Certains de ces stress, et les solutions envisagées par ses parents à cette époque, elle les a intégrés afin d’être performante pour sa future survie sur terre. Ainsi, quand sa mère apprend qu’elle est à nouveau enceinte (pour la 5ème fois), alors qu’elle avait tout fait pour ne pas être enceinte, Vinciane (in utero) a enregistré ce conflit ingérable pour sa mère. Vinciane a surtout intégré les solutions que sa mère a envisagées consciemment pour gérer cet événement : un projet d’avortement irréalisable, l’attente quotidienne d’une fausse couche durant les premiers mois de la grossesse… ainsi que la dépression que la mère de Vinciane vit à cette période.

Accepter le symptôme qui se manifeste
Ce décodage avait permis à Vinciane de comprendre le sens de la dépression qui s’était manifestée dans son histoire à l’âge de 15 ans. En mars 2015, elle revient en consultation, et nous identifions les nouveaux éléments déclenchants : le passage à l’année 2015 renvoyant son cerveau à l’âge de 15 ans, une date anniversaire, un cycle biologique… Vinciane prend conscience qu’elle a déclenché un nouvel état dépressif. Cette étape est essentielle pour guérir. Ne pas se voiler la face, accepter le symptôme qui se présente même si c’est dérangeant. Après cette consultation, l’apaisement est visible. Le cours suivant avec ce groupe « difficile », elle parvient à enseigner pendant environ 3 heures, mais pour la dernière heure de cours, c’est « aux forceps ». Il y a autre chose.

« Non, c’est non ! »
Arrive la fin de l’année scolaire, et comme chaque année, Vinciane doit confirmer au directeur de l’école, sa demande pour les cours qu’elle souhaiterait donner l’année suivante. Elle décide de ne pas postuler pour le cours qui lui a valu autant d’insomnies et de stress. C’est un choix en apparence conscient et libre, mais empreint de fuite et de peur. La fuite n’est pas synonyme de « lâcheté ». Dans ce cas, c’est une solution de survie envoyée par son cerveau automatique.
Une semaine après avoir envoyé sa lettre, le directeur lui téléphone pour la faire changer d’avis. Il souhaiterait vivement qu’elle reprenne ce cours. Elle gère cette communication difficile, où elle doit affirmer verbalement un « non ». Elle a suivi de nombreuses formations en assertivité, en affirmation de soi … et elle parvient à affirmer son point de vue.

« Chassez le naturel… »
Les vacances d’été arrivent. Vinciane lève un peu le pied. Un lundi, elle se retrouve seule à la maison. Les enfants sont partis au camp, ou en stage. Elle se sent lasse. Envie de rien faire. En plus, il pleut. Impossible de profiter du soleil. Elle feuillette le programme « télé », et lit que le film « Une affaire de femmes » est programmé à 14h30. Super ! Elle l’a déjà vu, mais elle ne se souvient plus très bien de la fin. Elle est en vacances, elle peut bien prendre un peu de temps pour souffler. Bien installée dans son divan, elle redécouvre cette histoire vraie, d’une femme qui a été condamnée à mort dans la France du Maréchal Pétain, parce qu’elle pratiquait des avortements. La scène qui l’avait déjà marquée à la première vision, c’est le moment où l’amie qui lui a demandé de l’aider à « le faire partir » perd beaucoup de sang et se tord de douleurs au ventre. A ce moment-là, explique Vinciane, le téléphone fixe sonne. Elle décroche. Rien. Personne. Quelques minutes plus tard, à nouveau le téléphone fixe. Elle décroche. À nouveau le silence. Bizarre. Vinciane poursuit sa séance de cinéma. Une scène plus dramatique. Une des femmes est morte après l’avortement. Mais la famille ne porte pas plainte. Soudain, son portable sonne. C’est le directeur de l’école. En plein mois de juillet ! Il lui demande si elle serait d’accord de donner un cours supplémentaire l’année prochaine. Un cours qu’elle a déjà donné trois ans auparavant. Vinciane me dit : « J’ai dit oui, comme ça, sans vraiment réfléchir. C’est comme si j’étais ailleurs. Maintenant, je m’en mords les doigts, et je suis de nouveau angoissée ». La compréhension de cette merveilleuse « synchronicité » va aider Vinciane à s’apaiser.

Le poids des mots
Quel est le contenu significatif commun à ces deux événements ?
D’une part, le directeur de l’école qui lui demande d’enseigner un cours supplémentaire (donc enseigner plus), et d’autre part, cette histoire d’avortements illégaux. Les liens que le cerveau automatique va établir s’opèrent par ce que Claude Sabbah nomme la « correspondance maladie/symbolique/Verbe ». En termes simplifiés, le cerveau automatique comprend le mot « enseignement » selon les différents niveaux de lecture de la vibration sonore. « Toutes les langues sont formées de mots qui sont des mots-clés, c’est-à-dire des mots chargés très fortement de sens. Ces mots sont de plus chargés du langage originel, c.-à-d. de la puissance du Verbe » poursuit Sabbah. Ainsi le mot « enseignement » peut être compris par le cerveau automatique comme de l’ « en-saignement », c.-à-d. saigner à l’intérieur. Le directeur de l’école lui demande de « saigner + à l’intérieur ».
Quels liens avec sa période prénatale ? La mère de Vinciane vient d’accoucher de son troisième enfant. Ses règles reviennent à la normale. Elle accepte un rapport sexuel, alors qu’elle n’est pas sûre d’être dans la bonne période, et donc elle aurait bien voulu refuser ce rapport. Elle attend avec impatience de perdre du sang, signe qu’elle n’est pas enceinte. Premier lien avec le sang et qui s’exprime chez Vinciane par le fait qu’elle postule dans l’enseignement : « Il faut enseigner = Il faut saigner à l’intérieur ».
Ensuite, la mère de Vinciane apprend qu’elle est enceinte. Elle envisage l’avortement, mais c’est risqué (le film rappelle cette peur), cela coûte cher alors qu’elle n’a pas d’argent à elle, et puis c’est contraire à ces convictions religieuses (dans le film, la « faiseuse d’ange » meurt guillotinée, condamnée par une justice moraliste). Donc, pour la mère, la solution de l’IVG a été envisagée, mais pas concrétisée. C’était trop risqué. Ce qu’il est important d’identifier ici, c’est le ressenti de la mère par rapport au projet de l’IVG. Peurs, angoisses, sentiment de culpabilité… c’est cela qui s’exprime dans l’histoire de Vinciane dans ses peurs d’ « enseigner plus », ou d’ « enseigner trop ».

Les pièces du puzzle s’assemblent
Ainsi, son cerveau a réalisé une synthèse en termes de survie, un subtil mélange de « il faut en-saigner suffisamment, mais pas de trop, car c’est dangereux de perdre trop de sang ». Quand elle prend conscience de ce lien, Vinciane comprend en même temps le sens d’autres événements de sa vie en lien avec ce contenu significatif : les hémorragies de sa mère quand Vinciane a 15 ans, le souvenir de sa mère alitée après une soi-disant « fausse-couche », une activité professionnelle en lien avec la loi de dépénalisation de l’avortement… les pièces du puzzle s’assemblent, et forment un tout cohérent.
Un autre lien vient compléter cette compréhension, c’est le fait de ne pas pouvoir dire « non » au directeur. Qui a regretté de ne pas avoir affirmé « Non, je ne veux pas » ? Vinciane identifie alors sa mère, qui aurait bien voulu dire à son mari « Non, je n’ai pas envie de faire l’amour aujourd’hui ». Dans le film également, nous retrouvons cette solution, car la femme « faiseuse d’ange » se refuse à son mari, alors qu’elle a une relation extraconjugale. Le risque est grand ici à dire « non », car le film nous indique que c’est le mari frustré qui va dénoncer sa femme aux autorités, ce qui la mènera à la mort. Dans le cerveau automatique de Vinciane, ce danger de mort à dire « non » était bien enregistré. Elle comprend que sa mère avait trop peur d’être abandonnée par son mari si elle disait « non ». À nouveau, c’est le ressenti des parents qui se transmet.

Le saignement et les femmes
Cette histoire particulière peut engendrer des résonances avec certains symptômes ou événements de notre vie. Les saignements font parties de la vie des femmes, dès leur puberté jusqu’à la ménopause. 4 jours tous les 28 jours, pendant une période de 35 à 40 années. Je vous laisse calculer le nombre de jours. Au-delà de ce nombre, c’est le cycle menstruel qui s’exprime. Si je saigne, c’est que je ne suis pas enceinte. Si je ne saigne pas, je suis peut-être enceinte. La pilule contraceptive est récente dans l’histoire de l’humanité, et l’avortement, s’il a toujours existé, est seulement dépénalisé en Belgique, depuis avril 1990. Avec l’histoire de Vinciane, j’espère avoir mis en lumière certains liens entre des stress vécus in utero et des symptômes souvent dérangeants, mais qui s’expriment tant que le cerveau automatique l’estime nécessaire pour la survie de la personne. La prise de conscience de ces liens va permettre à Vinciane de pouvoir enseigner en toute sérénité.

Geneviève Mairesse

I. Je vous propose de lire à ce sujet, le dernier ouvrage écrit par Angela Hoffmann : « Libérer votre enfant » Ed. Quintessence, 2014

II. Concept de Carl Gustav Jung défini comme : « La coïncidence dans le temps de deux ou plusieurs événements sans relation causale et ayant le même contenu significatif »

Licenciée en Communication et diplômée en Sciences Psychologiques et de l’Education,Geneviève Mairesse pratique le décryptage transgénérationnel en y associant les découvertes de la biologie totale des êtres vivants (BETV). Thérapeute formée à la BTEV par le Dr Claude Sabbah et par l’asbl Pour Aller Plus Loin, elle accompagne les personnes en demande de changement personnel Elle co-anime également une formation de base à la BTEV donnée en Belgique. www.lalogiquebio.be