Selon le dictionnaire des termes de médecine Garnier Delamare (ed. Maloine), les vergetures sont des « traces laissées par les coups de verge, petites raies d’abord rouges puis blanches et nacrées, ayant un aspect cicatriciel, qui sillonne la peau soumise à une distension exagérée (abdomen des femmes enceintes, obésité, etc) »
Corinne D, 49 ans, me consulte le 29/08/2013 pour des vergetures, depuis ses grossesses, qui la complexent à tel point que depuis son divorce en 2007, bien que courtisée, elle a fui toutes les occasions de rapport amoureux. « On me drague, je suis froide » .
Jusqu’ici, le seul homme de sa vie, elle l’a connu à 14 ans , il est devenu son mari puis le père de ses 2 enfants nés en 88 et en 93,. Deux garçons elles voulait, deux garçons elle a eu. A chaque grossesse elle a pris 22kg (distension). Le père, représentant, est souvent absent ou rentre tard, elle dit qu’elle a élevé seule ses enfants En 2007, elle divorce parce que son mari l’a trompée. Depuis, elle vit seule avec le désir refoulé d’être enlacée (elle fait le geste), mais elle a peur d’être « trahie » à nouveau . Son enfance a été triste. Aînée, elle devait remplacer sa mère dépressive, son père l’aimait mais pleurait sans rien dire. Elle a gardé le contact avec ses parents et envisage de se rapprocher d’eux .
Ses vergetures, qui se situent sur l’abdomen et débutent sur les seins, m’orientent vers un conflit génital . La peau de l’abdomen est un peu distendue, au niveau des seins il n’y a aucune difformité. Elle a subi une hystérectomie en 2008 pour de multiples fibromes « tout bosselés », un an après son divorce , car , dit-elle, elle désirait une petite fille lors d’une troisième grossesse mais venait d’y renoncer (voir décodage du fibrome dans les revues Néosanté précédentes).
Je soumets aux lecteurs le sens que j’ai perçu de ces vergetures, dans l’espoir d’échanger sur d’autres cas cliniques.
Le conflit m’a semblé évoquer la SOUILLURE, selon le conflit d’amour-propre (le seul homme de sa vie qui la laisse seule pour élever leurs enfants, puis la trahit avec une autre femme (verge), laissant une blessure qui ne cicatrise pas et qui détruit sa séduction au point d’y renoncer à contre-coeur. De plus, elle signale un harcèlement avec mise au placard par deux autres hommes, son supérieur d’abord puis le patron à son tour depuis 2 ans, alors qu’elle était appréciée antérieurement. Elle l’interprète comme une pression pour démissionner sans licenciement ; elle est prête à céder. De souillure en souillure …

Dr P. A. (France)