C’est par hasard que le Néosanté est arrivé entre mes mains et je lis vos articles avec  un énorme intérêt (en effet, je suis formatrice en gestion de conflits et la thématique du « mal à dire – maladie » est abordée). Je peux moi-même témoigner que les maladies ont un sens. La plus forte expérience a été la guérison de mes tendinites aux poignets qui ont démarré 6 mois après la naissance de mon premier enfant.
Peu à peu, une tendinite au poignet droit puis au poignet gauche s’est développée, rendant la plupart de mes gestes pénibles. Curieusement, le diagnostic a été « tendinite de la jeune mère » (soi-disant parce que le change et la conduite de la poussette sollicitaient cette zone). De multiples séances de kiné ne me soulageaient que ponctuellement et la douleur semblait incrustée à vie. C’est là que j’ai été aidée par un ostéopathe qui travaille avec les énergies. Très vite, il m’a mise sur la piste : « Il y a quelque chose qui vous empêche de faire ce que vous voulez ». J’ai immédiatement formulé le terrible tabou : la naissance de mon enfant me pesait dans le sens où je n’étais plus libre de mes mouvements. Grâce à cet ostéopathe, j’ai pris conscience que désormais, avoir le merveilleux privilège et l’immense bonheur d’être mère était inévitablement lié à une certaine perte de liberté à vie au quotidien (que pour rien au monde, je n’aurais voulu échanger). Mes douleurs ont été guéries en deux séances, dans un cheminement d’acceptation. Aujourd’hui, mes poignets se réveillent de temps à autre, me rappelant que j’ai aussi besoin de vivre à mon rythme.

Partager