portrait de Yves RasirLe week-end dernier, il y avait un article interpelant dans le quotidien belge auquel je suis abonné. Son titre ? « Comment les médecins se forgent une santé de fer ». Sous-titre : «  Les généralistes développent souvent une immunité aux virus ». En fait, cette accroche était trompeuse car il s’agissait seulement du portrait d’un médecin de campagne expliquant pourquoi, selon lui, il ne contractait jamais la grippe, même en période d’épidémie.  Ce texte était toutefois très alléchant à mes yeux car j’allais enfin avoir la clé d’un immense mystère :  si, comme l’affirme la médecine classique,  les maladies infectieuses sont causées par les microbes, comment se fait-il que les médecins, infirmières et autres membres du personnel soignant ne soient pas constamment malades ? Si la grippe, notamment, est provoquée par un virus, comment font les praticiens de santé pour résister à la vague épidémique annuelle ?  En toute logique pasteurienne, ils devraient se « choper » l’agent infectieux par milliers et leurs rangs devraient être dépeuplés au pire moment pour cause d’alitement. Or, on ne signale jamais que les médecins sont massivement atteints par l’ennemi grippal et obligés de garder le lit pour se rétablir.  Par quel miracle échappent-t-ils au fléau qui s’abat chaque hiver sur leur patientèle ? Cet article me promettait la solution de l’énigme et j’étais donc très impatient de le lire.
 
Le brave généraliste interrogé nous explique d’abord qu’il est très vigilant sur l’hygiène et qu’il se lave les mains à la solution hydro-alcoolique entre chaque patient, tout en évitant soigneusement les contacts physiques avec les malades. Dont acte. Mais en quoi cette précaution  éventuellement valable pour les bactéries est-elle utile face au virus de la grippe ? Si je ne m’abuse, cette maladie est censée se transmettre par voie aérienne.  Selon le dogme pasteurien, on « l’attrape » inopinément lorsqu’une personne déjà grippée parle, tousse ou éternue en notre présence. Elle projette alors autour d’elle des aérosols, de fines gouttelettes qui contiennent les particules virales. À moins de porter un masque protecteur, un docteur n’est donc pas à l’abri de ces escadrilles virulentes. De peur de se souiller les mains,  celui-ci ne salue pas ses patients et évite de les toucher. Mais il n’est nullement protégé au niveau du nez, la voie d’entrée préférée des assaillants microscopiques. En  supposant qu’il continue à respirer pendant la consultation, sa première explication n’est pas très convaincante.  
 
La deuxième ne l’est pas davantage puisqu’elle dénote une ahurissante incohérence. Le généraliste nous raconte en effet que lui et ses confrères d’un certain âge tombent rarement malades parce que « leur immunité s’est renforcée au fil des ans jusqu’à bien souvent devenir une forteresse infranchissable ». À force de se confronter à toutes formes de virus – ce qui est déjà contradictoire avec l’explication n°1 – , lui et ses pairs avec 30 ou 40 ans de carrière seraient devenus plus forts en se dotant progressivement d’un large panel d’anticorps. Nous, on veut bien. Cette hypothèse hormétique est même franchement séduisante. En guise de prophylaxie, les disciples d’Hippocrate pourraient prescrire des stages dans leurs cabinets.  Mais que devient alors la propagande qu’ils nous  servent chaque année ? Si l’on en croit le lavage de cerveau annuel, le virus de la grippe est tellement sournois qu’il change de forme d’une saison à l’autre et qu’il  n’est jamais identique à celui de  la précédente. Notre système immunitaire ne peut donc le reconnaître et l’affronter en puisant dans son stock d’anticorps. C’est bien pourquoi on veut nous vendre et nous administrer chaque automne un nouveau vaccin préparé avec les souches mutantes. Quand Super Toubib nous vante sa forteresse (anti)corporelle érigée naturellement au fil des ans, il entre en contradiction avec sa propre corporation qui nous répète sur tous les tons que l’immunisation artificielle est nécessaire à nos fragiles citadelles. Réalisant probablement sa gaffe, le praticien  embraie alors rapidement sur les avantages de l’arsenal vaccinal : ce dernier lui permet, selon lui,  « d‘accélérer  la construction de son immunité»  et de rester opérationnel en plein pic épidémique.  Cette troisième explication n’est cependant pas moins bancale que les deux premières, pour le simple motif que le vaccin n’est jamais suffisamment au point. Entre le moment où les labos concoctent leur mixture et celui de sa mise sur le marché,  le virus a déjà muté et ne correspond plus aux valences injectées, si bien que la vaccination est très  peu performante. Cette année, par exemple,  il est officiellement admis que l’efficacité du vaccin anti-grippal  ne dépasse pas les 30%, tant les virus qu’on inocule sont différents de ceux qui circulent. Il est donc assez ridicule de lui attribuer tant de mérites immunisants. Il est d’ailleurs notoire que les médecins se vaccinent peu contre la grippe. Les marchands et les autorités leur en font régulièrement le reproche. Selon certaines estimations, seulement 25 à 30% des médecins, infirmiers et aide-soignants se plient bon an mal an à l’injection facultative.  Un rendement potentiel de 30% chez 30% de vaccinés, c’est plutôt  riquiqui. Par quelle  magie un rituel vaccinal si peu efficace et  si peu pratiqué par les premiers intéressés les aiderait-il à se forger une santé de fer ?
 
Au milieu des balivernes déversées par cet article, il y avait toutefois un argument  très pertinent : le médecin interviewé attribue une bonne part de sa résistance au fait qu’il « mise beaucoup sur le sommeil ». «  En période d’épidémie de grippe, confie-t-il à la journaliste, le médecin qui travaille seul ne sait jamais à quelle heure il finira le soir. Or, la surcharge de travail et le manque de sommeil diminuent nos défenses immunitaires ». Ça, c’est intéressant parce que c’est  scientifiquement prouvé. Dans le numéro d’avril de Néosanté, on vous résume justement une étude allemande qui vient de le confirmer.  Stoyan Dimitrov et ses collègues de l’Université de Tübingen ont comparé les lymphocytes T  (un type de globules blancs essentiels à la réponse immunitaire) prélevés sur des volontaires pendant qu’ils dormaient ou qu’ils restaient éveillés toute la nuit. Les cellules T des participants endormis présentaient des niveaux significativement plus élevés d’intégrine, une protéine collante qui adhère aux lymphocytes et leur permet de se fixer à leurs cibles. A contrario, les hormones de stress générées par le noctambulisme inhibent ce phénomène et augmentent la vulnérabilité aux infections. Il n’est guère étonnant qu’une bonne immunité repose sur le repos puisque beaucoup  d’autres travaux ont montré qu’une bonne hygiène de vie globale allait de pair avec un bon système immunitaire. Comme le rappelle involontairement cet article, le microbe n’est rien si le terrain est sain.
 
Le stuût, comme on dit à Bruxelles pour parler d’un souci, c’est que les médecins ne sont pas des champions de l’auto-prévention. Beaucoup bossent… comme des malades et ne se donnent pas le temps de récupérer. Si bien que la profession médicale est de celles – de nombreuses enquêtes l’attestent –  où le surmenage, la dépression et le burn out  sont les plus répandus. Le généraliste questionné dans le journal, qui va se coucher tôt et se lève frais et dispos, c’est plutôt l’exception que la règle. En  conséquence et en principe, les toubibs au bout du rouleau devraient tomber comme  des mouches sous les assauts viraux hivernaux. Or ce n’est pas le cas. Tous ne sont pas des « forteresses infranchissables » mais rien n’indique que leurs  défenses immunitaires sont plus perméables puisque leurs effectifs ne sont pas décimés lors des épidémies de grippe. Quoi qu’en dise son titre, l’article de presse ne nous apprend donc rien  sur les vraies raisons de leur faculté à déjouer le virus saisonnier. Celles-ci sont  évidemment à chercher dans le vécu psycho-émotionnel : comme tout un chacun,  un médecin ne fera pas la grippe s’il ne fait pas le conflit de la grippe, autrement dit s’il n’est pas confronté à des « menaces dans et/ou pour le territoire ».  Cette maladie  correspond à un ressenti d’agression territoriale (généralement verbale) et ses symptômes surviennent en phase de solution post-conflictuelle, comme le décrit très bien la 4ème « loi biologique » du Dr Hamer. Avec cette vision de la santé et de ses troubles débarrassée des erreurs de Pasteur, on comprend beaucoup mieux pourquoi les docteurs –  masqués ou non,  vaccinés ou non, reposés ou non – échappent à la grippe bien qu’ils soient tellement exposés à son prétendu vecteur viral. Sans doute que l’auteure du papier  paru dans mon quotidien, pas plus que son Super Toubib en fer forgé, ne savent de quoi je parle.  Mais avec un minimum de bon sens et d’esprit critique, ils auraient quand même pu  s’éviter de publier des absurdités.