La vérité sur les féculents et sur
la campagne qui les promotionne

Une déferlante ! Depuis quelques semaines, les Français sont la cible d’une grande campagne promotionnelle en faveur de la consommation de produits céréaliers, de pommes de terre et de légumes secs. D’où vient ce matraquage publicitaire ? Quels sont ses motifs et ses bases scientifiques ? Le journaliste Thierry Souccar a mené l’enquête et a publié un long article intitulé « La vérité sur les féculents » sur le site LaNutrition.fr. Il y démontre que l’affirmation selon laquelle les féculents ne font pas grossir et qu’ils sont aussi importants que les fruits et légumes n’a absolument aucun fondement. Tout ce barnum médiatique est orchestré par le médecin instigateur de l’enquête Nutrinet-Santé, lequel ne mentionne aucune référence d’études pour étayer sa propagande pro-féculents.
http ://www.lanutrition.fr/bien-comprendre/le-potentiel-sante-des-aliments/index-et-charge-glycemiques/la-verite-sur-les-feculents.html

Le persil, tueur de tumeurs !

Pour expliquer les bienfaits du régime méditerranéen, des chercheurs de l’Université de l’Ohio se sont penchés sur une molécule particulièrement présente dans ce type d’alimentation : l’apigénine. Et ils ont observé que cette substance de la famille des flavones, qu’on retrouve en abondance dans le persil, le céleri, la camomille et de nombreux fruits et légumes, avait la propriété de « débloquer » l’apoptose des cellules cancéreuses. Grâce à l’apigénine, elles redeviennent mortelles !

L’huile de poisson est aussi antistress

Des chercheurs américains ont cherché à savoir si les oméga-3 pouvaient aussi atténuer les effets du stress sur le système cardiovasculaire. Les participants à l’étude ont dû réaliser des calculs le plus rapidement possible et les chercheurs ont mesuré plusieurs paramètres biologiques. Ils ont ainsi observé que les personnes qui avaient été supplémentées en huile de poisson étaient moins sujettes aux effets du stress mental sur le rythme cardiaque.

Les probiotiques influencent le cerveau

Publiée dans le revue Gastroenterology, une petite étude portant sur 36 femmes en bonne santé a montré que la consommation biquotidienne de yaourt fermenté modifiait l’activité cérébrale dans les zones impliquées dans le traitement des émotions et sensations . Bien que le mécanisme d’action des bactéries sur le cerveau ne soit pas élucidé et qu’on ne sache pas encore si cet effet est bénéfique ou non, ce type de recherche ouvre la voie au traitement des troubles psychiques par une alimentation probiotique.

Le régime pauvre en sel sur la sellette

Manger trop salé, ce n’est pas bon pour la santé. Mais consommer trop peu de sodium pourrait également être dangereux. C’est en tout cas ce que suggère un rapport d’experts américains mandatés par les Centers for Disease Control and Prevention. Selon ces spécialistes, consommer moins de 2300 mg de sel par jour ne réduit pas pas le risque cardiovasculaire dans la population générale et un régime trop strict serait nocif pour certains sous-groupes, en particulier chez les sujets ayant une insuffisance cardiaque.