Sucre & agressivité

Boire sucré ne rendrait pas seulement plus gros mais aussi plus agressif ! Une étude de l’université américaine de Harvard vient de mettre en évidence une corrélation entre la consommation de sodas et la violence chez les jeunes. Menée auprès des lycéens de Boston, cette étude démontre que les gros buveurs de boissons gazeuses sucrées (au moins 5 canettes par semaine) étaient plus enclins à se montrer violents avec leurs pairs (57% des élèves interrogés) que ceux qui en avaient moins bu (39%) ; Les gros consommateurs de sodas étaient également plus susceptibles d’avoir porté des armes dans l’année précédant l’enquête : 40% contre 27% pour les adolescents qui en consommaient moins. Et dire que de nombreuses écoles hébergent des distributeurs de cannettes sucrées…
(Source : Sipa)

Laits artificiels & leucémie

Selon une étude américaine, une alimentation prolongée des nourrissons à l’aide de laits maternisés augmenterait le risque de leucémie lymphoïde aigüe (LLA). En comparant un groupe d’enfants malades et un groupe d’enfants en bonne santé, les auteurs ont mis en évidence que les enfants souffrant de LLA avaient été nourris par des laits artificiels plus longtemps que les enfants indemnes, en moyenne deux mois et demi de plus. Chaque mois supplémentaire de ce type d’alimentation augmenterait le risque de 14%.
(Source : Egora)

Féculents & côlon

L’impact de l’alimentation sur le risque de rechute et la mortalité suite à un cancer du côlon reste encore mal connu. De récentes études ont pu mettre en évidence que les personnes qui ont des niveaux d’insuline élevés dans le sang avaient plus de risque de rechuter ou de mourir des suites de ce cancer. La production d’insuline étant déclenchée par la consommation d’aliments sucrés ou riches en glucides, un groupe de chercheurs américains a voulu examiner le lien entre l’apport alimentaire en glucides et l’évolution du cancer du côlon. C’est ainsi qu’ils ont découvert que les personnes qui consommaient le plus de glucides aveint un risque de rechute augmenté de 79% comparativement à ceux qui en consommaient le moins.
(Source : LaNutrition.fr)

Index glycémique & carences

Selon une étude parue dans l’American Journal of Nutrition., les jeunes qui ont une alimentation à fort index glycémique (IG) ont quatre fois plus de risque de souffrir d’une manque de calcium, d’iode, de riboflavine et de vitamine A. Ceci n’est pas vraiment étonnant puisque les principaux aliments ayant un IG élevé sont les sodas, le pain blanc, les pâtes blanches, les frites, mais aussi les aliments additionnés de sucre, ceux qui contiennent peu de fibres et qui sont pauvres en acides gras oméga 3. Malgré ses nombreuse fibres, le pain complet a encore un index glycémique relativement haut, c’est pourquoi les chercheurs suggèrent que l’index glycémique est un meilleur critère de qualité pour l’alimentation que sa richesse en fibres. (Source : ABC Santé)