ARTICLE N° 35

Comment en suis-je venu à m’intéresser à la cure du foie et aux travaux de la Doctoresse Hulda Clark ? Comme souvent, à travers une histoire personnelle. Mon épouse, ayant eu le foie fragilisé depuis l’enfance par une exposition régulière à des vapeurs de produits chimiques, faisait une crise de foie tous les quinze jours. Ayant entendu parler de la Cure du Foie du Dr Hulda Clark, elle a tout de suite eu envie de la faire. Lorsqu’elle m’a montré ses premiers calculs j’ai ouvert des yeux ébahis : «Tu avais ça dans ton foie? Et moi ?» Elle m’a aussitôt répondu : «Si tu veux le savoir, tu n’as qu’à faire la cure aussi !». Aussitôt dit, aussitôt fait ! Dès le lendemain je pouvais contempler mes premiers calculs hépatiques : il y en avait plusieurs dizaines ; ils avaient exactement l’apparence de petits pois : taille, forme et même la couleur vert petit pois ! Je n’oublierai jamais l’impression de bien-être et de légèreté éprouvée aussitôt après cette première cure du foie ! Quant à mon épouse, depuis qu’en une dizaine de séances elle a nettoyé son foie à fond, plus jamais de crise de foie !

Les calculs du foie

Ce qui est aussi remarquable c’est de constater que les personnes qui se plaignent de douleurs au foie et à qui la chirurgie a retiré une vésicule biliaire remplie de calculs durs, bien souvent, après l’ablation de leur vésicule biliaire, ont toujours des calculs… La preuve, c’est qu’en faisant la cure du foie elles disent encore expulser des calculs… Il semble que le scénario se passe ainsi : la plupart des gens ne se soucient de leur corps que lorsqu’il leur devient douloureux. Si quelqu’un en vient à souffrir à cause de calculs qui se trouvent dans sa vésicule biliaire, il s’en va consulter son médecin. Celui-ci suppose alors des calculs biliaires et, pour en être sûr, prescrit, une échographie, laquelle, en effet, révèle la présence de calculs dans la vésicule. Une fois le diagnostic confirmé, le médecin déclare alors qu’il convient d’ôter de là ces douloureux calculs… Forcément, le patient qui souffre et souhaite être rapidement débarrassé de ces dérangeantes douleurs dit oui. Une chirurgie est alors programmée. Le chirurgien trouve plus commode d’enlever toute la vésicule, ainsi l’on est sûr, qu’il n’y aura plus, à l’avenir, de calculs dedans ! Plus de vésicule, plus de calculs ! Est-ce un bon calcul ? Non point, parce que, bien sûr, les calculs ne pouvant plus s’entasser dans une vésicule inexistante iront s’entasser ailleurs … dans le foie !
Pourquoi les calculs dans le foie sont-ils aussi peu connus ? En fonction des témoignages recueillis auprès des personnes concernées, il apparaît que l’imagerie médicale ne permet pas, le plus souvent, à l’inverse de ceux de la vésicule, de voir les calculs du foie. Ce qui, très souvent, donne, au niveau du diagnostic : pas de calculs visibles = pas de calculs du tout ! Et pourtant, si, il y en a ! La preuve, c’est que lorsque l’on fait la cure du foie, ils sortent… Alors pourquoi ne les voit-on pas ? Parce que les calculs du foie sont généralement moins calcifiés que ceux de la vésicule et donc pas aussi durs, plus mous. Du coup l’imagerie médicale ne le voit pas. Passer une radio et ne pas voir de calculs dans le foie ne prouve donc pas qu’il n’y en ait pas. Bien qu’il y ait de nombreux signes permettant de suspecter la présence de calculs hépatiques (voir «L’étonnant nettoyage du foie et de la vésicule biliaire» de A. Moritz) le seul moyen – pour savoir s’il y en a ou pas – d’être sûr à 100%, c’est de faire la cure !

Une question d’hygiène

La Doctoresse Hulda Clark semble avoir été la personne qui, au XXème siècle, a, la première, remis la cure du foie à l’honneur. L’a-t-elle «inventée»? Pas vraiment. Comme souvent, l’on n’a «rien» inventé. Ainsi qu’en témoignent des hiéroglyphes retrouvés dans des tombes de l’Egypte antique les anciens Egyptiens pratiquaient déjà la Cure du Foie. Les herboristes, félicités par Hulda Clark, l’ont fait pratiquer au fil des siècles. Mais, comme beaucoup d’autres bonnes pratiques de santé naturelle, elle était progressivement tombée en désuétude au début du XXème siècle, avec l’arrivée des antibiotiques, etc. Hulda Clark en a modernisé le protocole. Elle en a fait un élément clef de son hygiène de vie et de sa thérapie naturelle, préventive et curative. Si la Cure du Foie est encore largement ignorée ou parfois même dénigrée, c’est, à l’évidence, par des personnes qui n’ont jamais fait la Cure du Foie. Des médecins ouverts la conseillent à leurs patients.
Il s’agit, à la base, d’un simple protocole basique d’hygiène interne, que la plupart des gens peuvent régulièrement pratiquer tout seuls à la maison, même si, bien sûr, le rôle de la médecine serait aussi de veiller à la propreté du foie. La médecine conseille déjà, à titre hygiénique et de manière tout à fait fondée, de prendre une douche régulière (hygiène externe), de manger 5 fruits et légumes par jour et de faire du sport. Même si pratiquer un sport ou prendre sa douche peut aussi comporter quelques risques, même si, dans quelques cas, des précautions particulières peuvent être requises, ce n’est pas pour autant une pratique médicale que de le faire, c’est juste du bon sens ! Le danger ne vient globalement pas du fait de nettoyer le corps mais bien plutôt du fait de ne pas le faire ! Dans le monde moderne il est devenu aussi important de nettoyer l’intérieur que de nettoyer l’extérieur du corps ! Trois exemples : 1) les métaux lourds, qui nous arrivent par l’air, l’eau et la nourriture :
on en a entre cinq cents et mille fois plus que ce qu’avaient nos arrière-arrière-arrière-grands-parents qui vivaient avant l’ère industrielle; 2) Les produits chimiques (colles, solvants, peintures) : on en respire à pleins poumons dans les logements modernes. 3) les pesticides : on en trouve aux Pôles, dans la rosée, dans le cordon ombilical, et donc dans la nourriture quotidienne et l’eau du robinet, etc. Bref, vu la pollution qui arrive de partout, le nettoyage des organes Internes, dont le foie, n’est plus facultatif mais est devenu une pratique préventive tout à fait indispensable à la santé.
La Cure du Foie est d’abord et avant tout le fait d’êtres humains autonomes, voulant se prendre en charge eux-mêmes, notamment en assumant toute leur responsabilité dans la santé de leur corps, qui est et demeure – n’est-ce pas ? – leur meilleur et plus indispensable ami durant toute leur vie.
On me demande souvent pourquoi, alors qu’elle est si importante, la cure du foie – et celle des autres organes internes du corps – est-elle encore si peu connue, enseignée et pratiquée. C’est parce que la crasse interne – à l’inverse de la crasse externe – ne se voit pas extérieurement !. Elle n’est pas visible, et on pense alors qu’elle ne mine pas la santé. Pourtant, un foie encrassé comme il l’est couramment aujourd’hui, du fait même du grand affaiblissement entraîné par cet encrassement, fait le lit de toutes sortes de dysfonctionnements et de dégénérescences ultérieures pour le corps.Ce qui manque à la plupart des gens c’est le respect de leur corps et de ses besoins pendant qu’il est encore en bonne santé et donc avant qu’il soit devenu déficient. Attend-on qu’un moteur refuse de fonctionner par défaut de vidange avant de conduire sa voiture au garage pour l’indispensable entretien ? Alors, pourquoi tant d’êtres humains attendent-ils que leur corps n’en puisse plus de toute la crasse intérieurement accumulée (calculs, parasites, métaux lourds, polluants, solvants, toxines, etc.) avant de se décider à agir ?

La cure en pratique

Voici, en bref, ce qu’explique Hulda Clark et que l’expérience personnelle permet de confirmer… Si la cure du foie est préparée à l’avance, elle est encore plus efficace. Plus le foie est préparé, plus il y a de calculs à sortir, et moins il y a de séances à faire. Pour Hulda Clark, la cure du foie s’inscrit dans un plan général de nettoyage du corps dans lequel la cure du foie vient en 3ème position, après le déparasitage et le nettoyage des reins. Si le foie ne vient qu’en 3, c’est que, en ce qui concerne le programme antiparasitaire, le foie est souvent parasité lui-même – ce qui peut bloquer la sortie des calculs – et qu’il va donc, lui aussi, bénéficier du déparasitage. Pour la cure des reins, même si la plus grosse partie – solide – de ce qui sort du foie va vers l’intestin, une partie – liquide – se dirige vers les reins, qui risqueraient donc d’être encrassés s’ils n’étaient pas déjà assez propres pour pouvoir «encaisser» cette charge supplémentaire. La cure du foie est emblématique parce qu’elle est rapide et spectaculaire : en moins de 24 heures l’on peut, de façon assurée, voir ses premiers calculs (pour bien les voir, utiliser une passoire !). En fait, elle a tout pour plaire, puisqu’elle est très efficace, très rapide (à peine 24 heures), indolore, et d’un coût fort modique.
Selon la recette de Hulda Clark, pour procéder à une cure du foie il faut des Sels d’Epsom (sulfate de magnésium heptahydraté), de la teinture de brou vert de noix noire, 2 gouttes d’acide chlorhydrique alimentaire à 5% (le même que celui de l’estomac), de l’huile d’olive, si possible ozonée, et 2 pamplemousses roses.

Combien de séances ?

C’est très variable. Pour nettoyer un foie et sa vésicule biliaire, parfois quelques séances peuvent suffire. Mais, pour la moyenne de la population, en fonction de la pollution usuelle dans les pays «modernes», il faut compter 10, 15, 20 séances ou même plus. Il y a des gens qui ont fait plus de 30 séances et ont expulsé des milliers de calculs, trois ou quatre mille ou davantage, totalisant plus d’un demi-kilo de calculs ! Pour un organe épurateur pesant de 1,5 à 2,5 kg on voit le handicap ! Selon Hulda Clark, toutes les personnes en état de maladie ou de pré-maladie ont au moins trois ou quatre mille calculs dans le foie. Quant aux personnes «bien-portantes» c’est au moins des centaines…
Une telle affirmation peut sembler incroyable… Comment peut-on être sûr de cela ? Comme toujours, d’abord par l’expérimentation et la vérification personnelles et aussi, par l’observation de la réalité autour de soi… Et puis, bien sûr, par l’analyse des calculs. Celui qui, sortant de l’approche purement intellectuelle et théorique, se décide à expérimenter par lui-même et sur lui-même sort vite du doute pour arriver à la conviction, à la fois à travers ce qu’il voit – les calculs différents d’aspect, de taille, de couleurs, de formes, de textures, mais aussi en quantités différentes à chaque fois – et aussi en fonction de ce qu’il expérimente (plus de crises de foie, de douleurs dorsales et de taches de vieillesse ; digestion améliorée ; régularisation intestinale, etc.) et de ce qu’il ressent (accroissement du sentiment de bien-être équivalant parfois à une véritable «résurrection»). Celui qui a expérimenté sait et ne se laisse pas déstabiliser par les éventuelles critiques – purement théoriques – de ceux qui, de leur vie, n’ont jamais pratiqué une seule cure du foie.
En dehors du programme antiparasitaire et du nettoyage des reins, la cure du foie se passe d’autant mieux et donne encore de meilleurs résultats si elle est préparée lors de la semaine précédant. Pour cela il est conseillé de prendre, chaque jour, la tisane foie Dr Clark, mais aussi, le matin à jeun, une cuillère à soupe d’huile d’olive et/ou un litre de jus de pommes par jour, ce qui aura pour effet de ramollir les calculs et de les aider à sortir…

Le protocole

Supposons que vous fassiez votre cure un week-end. Le samedi midi vous mangez léger, de préférence purement végétal. À 14h vous arrêtez de manger et de boire. À 18h vous prenez un verre de Sels d’Epsom (15 g), à 20h un 2ème verre. À 21h30 vous préparez, dans un shaker, le mélange suivant : 125 ml d’huile d’olive bio (si possible, ozonisée), dans laquelle vous versez le jus de 2 pamplemousses roses, 10 à 20 gouttes de brou de noix Dr Clark et 2 gouttes de HCl alimentaire à 5%. Le mélange est à boire debout et rapidement et l’on en profite pour avaler 4 à 8 gélules d’ornithine. Après quoi, il convient de se coucher tout de suite sur le côté droit avec un gros oreiller sous la tête et, de préférence, en «chien de fusil». Le but est de favoriser la pénétration du mélange dans les canaux du foie. L’on peut visualiser, dans sa tête, le processus des petits «cailloux» sortant du foie… En fait, le gros sort dès la première demi-heure, mais le processus peut quand même se poursuivre toute la nuit… Le lendemain matin, les calculs sont sortis du foie mais pas encore du corps… Pour les aider à débarrasser prestement les intestins vous prenez, vers 8h, un 3ème verre de Sels d’Epsom puis, vers 10h un 4ème et dernier… Et si l’on conclut par un lavement au café, c’est encore mieux ! (Ainsi rien ne «traîne» dans l’intestin !) Les calculs vont sortir (penser à la passoire !) pendant la matinée, au cours de 5 à 8 séances. Dès midi l’on pourra commencer à se réalimenter en douceur… Possiblement, il y aura encore une évacuation ou deux de Sels d’Epsom et des derniers calculs dans l’après-midi. Le soir, tout est généralement terminé et le transit redevient rapidement normal.

ALLER PLUS LOIN

On lira avec profit «La Guérison est possible» du Dr Hulda Clark
(cf. drclark-france.net) et «L’étonnant nettoyage du foie et de la vésicule biliaire» de Andreas Moritz. La méthode est quasi la même que celle de Hulda Clark. Le livre est très pédagogique et la Cure du Foie valait bien un livre à elle seule. Sur Internet, quelques sites français: santenaturelle.over-blog.net, artdevivresain.over-blog.com,
agirsante.fr, lasantenaturelle.net, drclark.net, etc.

Ecrivain, conférencier, éditeur, formateur, conteur et poète, Jean-François Jacob est enthousiasmé par la Vie Consciente, la Pensée Consciente et les approches naturelles de santé, incluant l’esprit, le psychisme et le corps. Il aime à partager les solutions concrètes de santé découvertes et utilisées par lui-même.
Sites: http://vivreenconscience.com, http://lapenseeconsciente.info : «Le Chemin de la Santé Parfaite»
(http://www.lasantenaturelle.net/352/la-sante-naturelle.html).

Un organe capital
qui souffre

L’importance fondamentale du foie est une évidence pour toutes les grandes traditions médicales, chinoise, indienne, etc., ainsi que pour tous les naturothérapeutes. Car le foie gère pas moins de 400 ou 500 fonctions différentes (voire même 700 !) dans le corps ! La plus importante demeure la filtration du sang veineux apporté par la veine porte. Tout ce qui, en tant qu’élément étranger perturbateur, n’a rien à faire dans le sang «atterrit» – pour autant qu’il soit encore capable de filtrer efficacement – dans le foie : métaux lourds, pesticides, conservateurs et colorants alimentaires, résidus médicamenteux, produits chimiques variés, solvants, pilules contraceptives, parasites en tous genres, etc. L’embryologie nous enseigne aussi que le foie et le cœur dérivent d’un même tronc commun. Même le langage nous le dit à l’évidence : en anglais «live» signifie «vivant» et «liver» le foie ; en allemand, c’est pareil : «Leben» la «vie» (ou «vivre») et «Leber», le foie. En français, l’on a envie de dire que c’est vraiment vital que de pouvoir avoir «foi dans son foie» ! Le foie nous apparaît donc comme un «organe seigneur» dans le corps, le purificateur général de l’organisme, et il est de première importance qu’il puisse fonctionner à 100% de son potentiel et non seulement à la moitié ou au tiers – ou moins – (ce que révèlent des tests de bio-vitalité effectués avec des appareils de bio-résonance ou une simple antenne de Lecher), comme, maintenant, pour la plupart des gens, dans les pays industrialisés.

La couleur
des calculs

Les calculs du foie ne sont pas toujours verts . Il peut y en avoir de presque toutes les couleurs : marrons, jaunes, parfois même rouges ou bleus, bref, de quoi se faire un collier bariolé ! En fait, les premiers calculs à sortir du foie sont verts, tout simplement parce que c’est la couleur de la bile et que, étant plus près de la sortie, ce sont les plus récents qui sortent en premier. Pendant les 2 ou 3 premières séances ils sont verts ; par la suite ils virent au marron ocre ; bref, ce ne sont plus des «petits pois verts» mais cela devient des «pois chiches» !

Partager