Les problématiques de mémoire et d’oubli nous parlent, en mythologie, de Thésée, célèbre héros grec athénien.
Thésée, dont l’étymologie signifie “se poser”, est le fils d’Ethra et d’Egée, roi d’Athènes. Parce qu’il ne peut avoir d’enfants, Egée consulte l’Oracle. Celui-ci lui dit d’attendre car c’est trop tôt : l’enfant qui lui naîtrait maintenant causerait sa perte. N’écoutant que son désir, Egée recourt à la magie pour contrer sa stérilité. Mais au cours de cette nuit magique, Ethra est aussi aimée de Poséïdon, donnant par là une double ascendance paternelle à notre héros athénien.
Egée doit repartir à Athènes. Il n’assistera pas à la naissance de son fils mais laisse à Ethra des insignes qui dévoileront à Thésée le secret de sa naissance : une épée que son père, en partant, cachera sous une pierre.

La légende du Minotaure

Petit, Thésée se révèle un enfant précoce et séducteur. Séduction à laquelle sa mère ne résiste pas : à peine entré dans l’adolescence, elle lui révèle prématurément le secret de sa naissance. Thésée s’empare alors du glaive paternel et se dirige vers Athènes. Malgré sa jeunesse, rien ne lui résiste et sa soif de gloire est inextinguible : il massacre les Scinis et les Scyrons, des brigands de grands chemins ; Procuste, qui allonge ou raccourcit les membres de ses victimes ; Cercyon, bourreau des voyageurs sans défense.
Il arrive à Athènes, rempli du désir de se faire accepter par Egée. Mais à cette époque, son père est sous l’influence de la magicienne Médée, résolue à perdre le héros. Mais à la vue du glaive, Egée reconnaît son fils et chasse Médée.
Thésée continue ses exploits, toujours dans le but d’ancrer sa renommée dans les mémoires . Et finalement, plus inspiré par le désir de sauver sa patrie que par son désir de gloire, il rencontre son destin. C’est l’épisode du Minotaure et celle du tribut odieux qu’Athènes est obligée de verser chaque année au roi de Crète, Minos, fils de Zeus et d’Europe.
La légende du Minotaure est à nouveau liée à Poséïdon. Au début de son règne, pour assoir sa légitimité, Minos demande au dieu des Mers de faire surgir un taureau des flots, symbole de son lien avec Europe. Le dieu de la mer y consent à condition que cet animal lui soit sacrifié dès qu’il eut rempli son office. Mais l’animal est tellement beau que Minos le cache dans son propre cheptel. Poséïdon, furieux de cette trahison, se venge en inspirant à la femme de Minos, Pasiphaé, un amour contre-nature pour l’animal. Obsédée par le taureau blanc, Pasiphaé demande à l’ingénieux Dédale, de construire un leurre, une vache en bois, qui lui permettra l’accouplement avec l’animal.
De cette union naîtra un animal monstrueux, le Minotaure, être à tête de taureau avec un corps d’homme, que Minos effaré soustrait à la vue de tous en l’enfermant au centre du labyrinthe, toujours conçu par Dédale l’astucieux.
Monstre moitié homme et moitié taureau, fruit des passions zoophiles et adultérines de la reine de Crète, le Minotaure fait régner la terreur : chaque année, sept jeunes garçons et sept jeunes filles sont tirés au sort parmi les plus grandes familles grecques pour être offerts en tribut à cette erreur de la nature. Thésée, désireux de mettre fin à ce supplice, prend la place d’un des jeunes garçons tiré au sort et part pour la Crète malgré les supplications de son père Egée. Ce dernier craint pour la vie de son fils unique. Thésée promet à son père qu’en cas de victoire, il changera les voiles noires de son bateau et hissera une voile blanche, puis il part sans se retourner.

Le fil d’Ariane

En Crète, les filles du roi Minos le remarquent : tant Ariane que Phèdre sont sous le charme de ce séduisant Athénien. Et l’Athénien en joue. Il promet un éternel amour à Ariane si elle l’aide à vaincre le Minotaure. Le monstre, il peut s’en charger seul mais comment sortir du piège conçu par Dédale ? Or, Ariane au coeur pur est l’amie du prodigieux architecte : ce dernier lui a construit un labyrinthe de verdure dans les jardins du palais où elle s’adonne à sa passion, la danse. Elle obtiendra de son ami le secret pour sortir son amant de cette construction si complexe.
Et c’est l’épisode de la pelote de laine, dévidée par Thésée en pénétrant dans l’enceinte, et qu’il enroulera pour revenir sur ses pas, Ariane tenant cette pelote par l’autre bout à la sortie du labyrinthe.
Thésée abattra le Minotaure et s’en sortira sain et sauf grâce à Ariane, qui pour lui abandonnera tout : son clan, son pays, son statut.
Elle n’aura pour tout remerciement que l’ingratitude de Thésée. Quand il quitte la Crète, il emmène bien Ariane mais aussi Phèdre. Et lors d’une halte sur l’île de Naxos, malgré sa promesse de l’épouser, il oublie Ariane sur l’île pendant son sommeil et part avec sa soeur. Désespérée, Ariane songe à se tuer. Elle sera sauvée in extrémis par Dionysos qui fera d’elle une déesse.
Quant à Thésée, le retour dans sa patrie causera la mort de son père, comme l’avait annoncé l’oracle. Il oublie encore la précaution convenue lors de son départ et le malheureux vieillard qui, du haut des rochers, l’œil fixé sur la mer, guette le retour de son fils tant aimé, croit l’avoir perdu à la vue des voiles toujours noires et se jette dans la mer qui, depuis, porte son nom.
Devenu roi d’Athènes, Thésée continuera ses exploits : avec les Argonautes, contre les Lapithes et les Centaures ; et dans les Enfers, il décide avec Pirithoos d’enlever Perséphone, ce qui lui vaudra d’être condamné par Hadès à être enchaîné sur la chaise de l’oubli comme punition de son audace. Libéré par Héraclès, Thésée retrouve son royaume déchiré par diverses factions. Il s’exile à Skyros, où le roi Lycodème lui fait bon accueil mais le trahit en le précipitant du haut d’une falaise.

Pistes généalogiques

Dans les troubles de la mémoire, en écho avec l’histoire de Thésée, nous rechercherons dans notre histoire ou dans l’histoire familiale :

  • La double paternité

  • Les histoires de stérilité

  • L’absence du père à la naissance.
  • L’enfant élevé seulement par sa mère

  • L’action en reconnaissance de paternité
  • L’enfant venu trop tôt, contre l’avis de l’autorité
  • La promesse non tenue
  • Les amours contre-nature
  • La personne dont on a honte
  • Les situations sans issue
  • Les histoires de tirages au sort
  • Un amour, deux sœurs
  • Qui a tout abandonné par amour ?
  • Qu’est-ce qui s’est passé pendant le sommeil ?
    L’attente est intolérable mais la fin est désespérante, donc la solution serait de ne pas commencer.

Nathalie Limauge

Nathalie-Limauge-copie-2-922x1024Ecrivain et éditrice, Nathalie Limauge utilise les grands archétypes et symboles contenus dans le Tarot, les mythes et les légendes, afin de comprendre l’origine et les causes de nos limitations . Auteur de plusieurs livres (« Le Pentagramme du Tarot, » « Le chemin du Mat… » ), elle donne des consultations et anime des séminaires de Tarot en Belgique, en Suisse et en France. Info : www.lesportessurlesmondes.be
Partager