Dans son édition de juillet-août, la revue Néosanté  publie en exclusivité une interview du Dr Michel de Lorgeril à propos de son nouveau livre « Les vaccins à l’ère de la Covid-19 » (Éditions Kiwi).  Ce grand monsieur  de la médecine est un habitué de nos colonnes. Dès ses débuts, il y a 10 ans,  notre mensuel a  informé ses lecteurs du combat mené par cet éminent chercheur du CNRS  pour abattre le mythe du cholestérol prétendument ennemi numéro un  du cœur et des artères.  En tant que cardiologue, nutritionniste et épidémiologiste, le Dr de Lorgeril a en effet consacré l’essentiel de ses recherches au fameux « french paradox », à savoir  la paradoxale bonne santé cardiovasculaire  des Français pourtant friands de substances grasses. Par ses multiples travaux  et essais cliniques sur le régime méditerranéen, il a pu démontrer  que ce modèle alimentaire était bénéfique malgré la consommation de produits (huile d’olive, fromage de chèvre, charcuterie…) pourtant censés nuire aux vaisseaux. Non content d’innocenter le cholestérol, le cardiologue  s’en est courageusement  pris aux médicaments qui en font baisser le taux dans l’organisme et qui entrainent une cascade d’effets secondaires délétères, jusqu’à favoriser l’apparition de cancers. Pour avoir osé dénoncer la toxicité des statines et les fraudes scientifiques ayant conduit à les prescrire massivement, le Dr  de Lorgeril s’est inévitablement attiré les foudres de l’industrie pharmaceutique, de l’establishment médical et de leurs relais médiatiques. On se souviendra notamment de son algarade avec Michel Cymes sur le plateau de France 2.
 
Il ne fait pas bon propager des vérités qui vont à contre-courant et l’auteur de « Cholestérol, mensonges et propagande » (éditions Thierry Souccar)  l’a appris à ses dépens. Depuis la parution en 2015,  chez le même éditeur, de son ouvrage « L’horrible vérité sur les médicaments anti-cholestérol :  comment les statines empoisonnent en silence », le Dr de Lorgeril est banni des médias dominants et il n’y a plus que les journaux de santé naturelle qui lui donnent encore la parole.  Mais c’est une chance ! Lors d’un colloque organisé par l’un d’entre eux il y a quelques années, il assiste à une conférence que donne sur les vaccins  le professeur de biologie Michel Georget.  Impressionné par l’argumentation et le sérieux des références de feu l’auteur des livres « Vaccinations, les vérités indésirables »  et « L’apport des vaccinations à la santé publique : la réalité derrière le mythe » (éditions Dangles), le chercheur va trouver le professeur à l’issue de son exposé et les deux hommes se lient d’amitié. Leurs échanges seront féconds car le Dr de Lorgeril s’en sert comme base pour se lancer à fond dans l’étude de la science vaccinale. Le fruit de ce labeur approfondi,  ce sera une série de 7 ouvrages parus en 2019 et 2020 aux éditions Chariot d’Or dans la collection « Vaccins & Société ».  Conçus pour vulgariser la science des vaccins à l’intention des parents et des patients, ces petits livres didactiques n’en sont pas moins des analyses poussées également destinées  à éclairer les médecins, dont la formation  et les connaissances sur le sujet sont souvent proches du néant. En mai 2019,  lors du lancement de la collection,  notre journaliste Pryska Ducœurjoly a interrogé  Michel de Lorgeril  et ce dernier a résumé ses investigations dans une phrase-choc : « La bonne science est absente de la médecine des vaccins ». Pour lui, il y a tellement d’études frauduleuses, mal menées ou travesties quand leurs conclusions ne sont pas en faveur de la vaccination, qu’il n’est tout simplement plus possible de faire confiance  à cette branche médicale pervertie par la quête de profits et l’influence corruptrice des fabricants. 
 
Sans s’opposer au principe même  de l’immunisation artificielle  et se défendant d’être « antivax », l’épidémiologiste  est devenu, sans le vouloir,  uniquement  en épluchant  honnêtement la littérature scientifique et en partageant son savoir, une voix  singulièrement critique envers les vaccinations. Nous étions donc très curieux de recueillir ses propos lorsque nous avons appris qu’il sortait en ce mois de juin un livre sur les vaccins anticovid.  C’est encore une fois Pryska qui lui a tendu son micro et qui a synthétisé leur entretien à paraître dans le  prochain Néosanté. Par égard pour les abonnés qui financent fidèlement notre mensuel, je ne vais pas  divulguer l’intégralité de cette interview dans cette newsletter hebdomadaire gratuite. Mais l’actualité brûlante m’incite à vous en offrir en primeur quelques passages.  Quatre questions et quatre réponses qui en disent déjà long sur  le regard sévère  posé par l’expert sur cette campagne vaccinale  expérimentale. À ses yeux, ses promoteurs  industriels et politiques ont brûlé tous les feux rouges et ils s’enfoncent dans le brouillard en exposant la population vaccinée à des risques inconsidérés alors que « la solution vaccinale n’est pas appropriée ». Cette sentence est celle que nous avons choisie comme titre car elle contient l’essentiel du message de Michel de Lorgeril : non seulement il était possible de faire autrement et  de ne pas jouer aux apprentis-sorciers , mais les données scientifiques disponibles indiquent déjà que l’expérimentation en cours est un très mauvais choix, potentiellement très lourd de conséquences.  À côté du méga-scandale sanitaire qui se profile, celui du cholestérol et des statines fera probablement  pâle  figure…