La maladie

Une hernie de la paroi abdominale est une saillie d’une petite partie du contenu de l’abdomen à travers la paroi de celui-ci, par l’écartement des fibres musculaires de l’abdomen, par lequel s’extériorise un sac. La tuméfaction est plus ou moins douloureuse, souple et réductible. Le risque principal de complication est l’étranglement qui entraîne une occlusion intestinale si la hernie est formée d’un fragment d’intestin. Le traitement réside en une intervention chirurgicale qui consiste à rentrer le contenu de la hernie et à suturer la paroi. Une hernie est congénitale ou acquise et dans ce dernier cas les causes peuvent être diverses : liée à l’affaissement des muscles de la paroi abdominale chez les sujets âgés ; provoquée par des efforts intenses et répétés, ou une toux chronique ; due à un événement particulier (intervention chirurgicale, prise de poids forte et rapide).
Les hernies sont distinguées les unes des autres d’après leur localisation :
– hernie crurale : sur le haut de la cuisse, sous l’arcade par laquelle l’artère et la veine fémorales passent de l’abdomen à la cuisse (touche surtout les femmes) ;
– hernie inguinale : dans l’aine, par le canal inguinal, qui livre passage au cordon spermatique chez l’homme, au ligament rond de l’utérus chez la femme (touche surtout les hommes) ;
– hernie ombilicale : saillie d’une portion de l’intestin au niveau du nombril (souvent volumineuse chez l’adulte obèse, plus petite chez l’enfant).

L’étymologie

Le mot hernie vient de l’ancien français
« hergne », ou hargne, du latin « hernia » = mauvaise humeur, querelle, d’après aussi l’ancien allemand « harmjan » = insulter, tourmenter. La hernie ombilicale ou la bile d’en bas. Il y a de la rancœur inexprimée là-dessous, indigeste, qui finit par sortir par une voie inhabituelle. La hargne se définit comme étant une mauvaise humeur qui se traduit par des propos acerbes, un comportement agressif, parfois même méchant ou haineux. Il existe des chiens et des hommes hargneux, vous en connaissez sans doute. Recherchez l’origine de la hargne pour pouvoir en faire le deuil une fois pour toutes.
L’écoute du verbe
Hernie = erre / nie. Il y a quelqu’un qui a été nié dans la généalogie et qui depuis lors erre dans la nuit des temps : retrouvez-le et ramenez-le au bercail.
Crurale = cru / râle. Au moment où il ou elle poussait son dernier râle, c’est-à-dire était en train de mourir, on l’a enfin cru(e), mais c’était trop tard (conflit « insolutionnable » qui passe en biologie dans la descendance).
Aine = haine. Dans la hernie inguinale, la haine est maximale.

Le sens biologique

Une hernie abdominale touche à la fois les muscles, le péritoine et les organes qui sont en-dessous (intestins), le décodage fait donc appel à la conjonction de trois conflits : impuissance (muscle), saloperie indigeste qu’on ne peut assimiler (intestin grêle) ou évacuer (colon), absence ou manque de protection (péritoine). Sans la protection de mon père, je suis impuissant à digérer cette crasse qu’on m’a faite. Je veux trop bien faire mais je n’y arrive pas, je la sors donc d’une autre manière. S’y ajoute aussi une notion de pression à laquelle on résiste, mais une pression trop forte qu’on ne peut évacuer par la voie habituelle. Un morceau indigeste, non assimilable, qui fait pression et qu’on est impuissant à éliminer par la voie habituelle. Le décodage fin dépend de la localisation précise de la hernie.
Dans le cas d’une hernie crurale, les sous-tonalités conflictuelles trouvées sont les suivantes :
– conflit lié au féminin et à l’amour dans le respect et la sincérité : ça cale quand on passe dans la matérialisation et ça devient indigeste ;
– pour les femmes qui en font après une fausse couche : pour faire naître sans tuer (parce qu’on n’a pas « digéré » la fausse couche).
Dans le cas d’une hernie inguinale :
– on ne peut pas montrer, mettre ses ongles, ses griffes, on ne peut pas mettre son « inguis », particulièrement par rapport aux enfants, ceux qu’on a (trop) ou ceux qu’on n’a pas (trop peu, et dans les deux cas c’est une saloperie indigeste qu’on ne peut évacuer) ;
– la mère morte ou l’amant perdu dont on n’a pas fait le deuil, qui ressort de terre ;
– pour les hommes : je mets les boules ailleurs pour dérouter mon salaud de prédateur et ne pas me faire émasculer.
Dans le cas d’une hernie ombilicale :
– conflit de devoir évacuer rapidement, éliminer de manière infantile (mémoire du cordon ombilical) ;
– conflit par rapport à la mère : rejet de la mère et désir d’être mieux aimé ;
– je ne fais pas de progrès, je n’avance pas dans ma vie et je suis obligée de nourrir mes enfants avec de la merde.

Tout est fiction, tout est construction du cerveau inconscient. Cette haine, qui nous donne la hargne, est donc une fiction. La solution est de l’effacer pour laisser place à l’amour. La guérison = le passage de la haine à l’amour.

Bernard Tihon