Nous ne pouvons nier que nous sommes abreuvés – jusqu’à plus soif ! – d’informations en tous genres.

Il est en effet bien difficile d’échapper à la somme colossale d’informations que nous recevons de toute part, qu’il s’agisse des journaux télévisés, des journaux-papier ou bien sûr d’Internet.

Or, il faut bien le dire, ces informations sont souvent livrées avec peu d’objectivité, sur un mode qui favorise et amplifie les réactions émotionnelles et les clivages d’opinion.

Ainsi, une multitude d’informations se déverse sur nous en permanence. Comme des balles lancées contre un mur, elles « rebondissent » et la plupart du temps « repartent » encore un peu plus chargées d’énergies réactives, positives ou négatives.

Alors, qu’en est-il vraiment de cette profusion d’informations ?

D’autre part, nous entendons souvent que nous vivons à « l’ère de la communication ». Et il est vrai que tout le monde peut, via les boîtes mails et autres réseaux sociaux, « communiquer » sur … tout et rien ! Mais, le plus souvent, lorsqu’un message ou une information arrive, la réaction est quasi instantanée et la réponse, envoyée d’un simple clic, sans véritable temps de réflexion.

S’agit-il réellement de communication ?

Selon la loi du Principe, nous allons essayer de comprendre ce que tout ceci nous propose de vivre en conscience.
Rappelons tout d’abord, que chaque fois que notre cerveau biologique inconscient donne une valeur positive ou négative à un événement, cela indique que nous sommes dans le stress, donc dans l’émotion et que ce mode de fonctionnement entretient l’idée que la cause de notre joie ou de notre souffrance dépend de ces événements.

Or, tant que nous sommes dans cette vison, c’est-à -dire dans l’émotion (au sens premier de ex-movere : qui déplace hors de soi), nous sommes dans la survie.

En effet, ce fonctionnement est celui de l’animal qui interprète l’extérieur comme menaçant ou rassurant pour sa survie en termes de Territoire, d’Alimentation et de Descendance.

Ce qui signifie que lorsque nous sommes dans la réactivité par rapport à l’information, nous sommes dans l’émotion. Et dans l’émotion, il n’y a pas de communication réelle puisque tout est ramené à soi pour assurer la survie de l’Ego . Autrement dit, l’émotion ne permet pas la communication. Les réactions émotionnelles ont pour seul objet d’assurer la survie de l’Ego.

En effet, dans ce cas, je prends cette information comme une atteinte à ma personne donc je reste identifié à l’information que je laisse à l’extérieur de moi. Cette réactivité – positive ou négative- n’est pas de la communication, mais de l’information non traitée

Alors qu’est-ce que la communication ?

Tout d’abord, sachons que rien de ce qui nous touche ne nous concerne pas.

Pour comprendre cela, imaginez qu’au cours d’une longue promenade en campagne, vous constatez que vous êtes perdu. Vous voyez des arbres, un ruisseau, un chemin, mais vous ne reconnaissez rien donc vous êtes bien perdu ! Vous allez donc « scanner » tout autour de vous à la recherche de quelque chose que vous reconnaissez, c’est-à-dire quelque chose qui vous touche : « Ah ça y est ! Je reconnais la petite cabane, là-bas! »

En fait, la première certitude que nous devons installer en nous -le premier pas vers la conscience- est la certitude absolue que tout ce qui nous touche ne parle que de nous.

Donc, face à la profusion d’informations qui nous touchent à chaque instant et face auxquelles nous aurions tendance à réagir, nous nous devons de les traiter, ce qui signifie d’aller d’abord les rencontrer.

Pour cela il faut avant tout se dés-identifier de l’information en se libérant de toute charge émotionnelle.

En effet, chaque information face à laquelle nous réagissons ne fait que révéler une lumière qui est en nous et qui n’est pas amenée à la conscience.

En d’autres termes, si nous sommes touchés, c’est qu’il y a, en nous, le Principe de cette information (qui n’est pas l’information proprement dite, que nous ne faisons qu’interpréter).

En Bioanalogie, la Loi du Principe nous invite à révéler le sens des événements qui nous touchent. (Le Principe de l’événement).

A partir du premier constat d’aujourd’hui au sujet de cette avalanche d’informations qui nous cernent, on peut dire qu’elles sont accessibles à -pratiquement- tout le monde : nul besoin de faire partie d’une élite pour avoir une information sur une découverte scientifique ou un texte de loi en quelques secondes. Toute les informations sont donc les mêmes pour tous : il n’y a plus d’inégalité apparente dans l’information. D’autre part, elles sont accessibles à n’importe quel moment et -à peu près- n’ importe où sur la planète.

« Donc, on peut dire, selon la Loi du Principe, il n’y a plus rien à aller chercher ; tout est là, pour tous , à tout moment.

De plus, la physique quantique montre que l’information est portée par le photon (lumière). Ce que l’on peut traduire par : c’est lorsque la lumière circule que l’information devient communication.

Car la communication n’est pas une action : c’est un constat qui se révèle lorsque nous ne réagissons plus aux événements. C’est-à-dire que c’est lorsque chacun de nous est à sa place – en prenant la responsabilité de sa vie et en répondant à ce qui le touche – que ça communique entre les humains. En fait, ça communique parce que chacun est entré dans sa véritable dimension d’Homme.

Et, pour moi, c’est cela que l’on nomme Amour.

Il est donc essentiel de comprendre que l’Amour ne se donne pas, il ne se reçoit pas : l’Amour est un constat qui se révèle lorsque chacun s’assume.

En conclusion, nous avons à répondre à toutes les informations que nous recevons en étant attentifs à ce qui nous touche, afin d’en extraire le Principe qui nous informe sur que nous n’avons pas -encore- su révéler en conscience.

Ceci afin que l’information devienne réellement communication et que le photon (lumière) circule car nous sommes responsables de l’Amour que nous vivons.

Jena-Philippe-Brébion---copieAuteur et conférencier international, Jean-Philippe Brébion a développé le concept original de Bioanalogie, laquelle propose des outils qui rendent réaliste et concret l’éveil de la conscience. Son best-seller « l’Empreinte de naissance » (Éd. Quintessence) est devenu une référence dans le domaine du développement personnel. Dans « L’Evidence » (Ed. Dauphin Blanc) il énonce la Loi du Principe qui conduit à un constat qui transforme radicalement et définitivement notre relation aux événements qui nous touchent. contact@bioanalogie.com - www.bioanalogie.com