José est un cardiologue réputé. Agé de 50 ans, il vient me consulter surtout par curiosité. Il a entendu parler du décodage. Son problème est , comme il me l’explique en détail, celui de l’hypertension. José a rarement l’occasion de parler de lui, car en général, ce sont plutôt ses patients qui parlent. Il me raconte son expérience de médecin profondément dévoué à ses patients. Pour eux, il fait le maximum. Son dévouement est vraiment exemplaire. Mais José a dû affronter un système médical lourd et hypertrophié, très nouveau pour lui, nouvel immigrant dans le pays. Il a dû se battre pour imposer ses idées et sa conception du travail bien fait. Mais ce n’est pas tout ! Un beau jour, il a été convoqué par les” instances supérieures” qui lui ont fait certains reproches, injustifiés, bien entendu. De plus, il s’est rendu compte qu’alors qu’il recevait un salaire “de base”, d’autres médecins installés dans le système depuis longtemps, aux compétences équivalentes ou moindres, recevaient un salaire beaucoup plus conséquent. Bref, en un mot, sa haute conception de la médecine a été mise à mal, ses valeurs balayées, il est rentré dans une grande colère et a tenté de se battre, “seul contre tous, mais en vain. En décodage, on sait que l’hypertension fait suite à un problème rénal.
D’une manière générale, lorsque les reins sont affectés, le conflit est celui de “l’écroulement des valeurs”. Et en effet, José a vu s’écrouler toutes les valeurs médicales traditionnelles auxquelles il tenait. Car José met la barre très haut. De plus, il existe toujours, dans le cas de l’hypertension, un conflit avec les liquides. De quels liquides s’agit-il ici ? Ne s’agit-il pas de l’argent liquide, car, comme l’a si bien décrit José :”J’ai du me battre pour mon beefsteak, car on a même voulu réduire mon salaire, qui était déjà plus bas que les autres !”.
En continuant à me raconter sa vie, José m’a décrit la grande tension à laquelle il était soumis en permanence de par son métier. Bien entendu, l’hypertension est aussi causée par une grande tension ! L’hypertendu vit à l’intérieur d’une cocotte -minute. Les interventions chirurgicales du coeur qu’il doit effectuer journellement sont très minutieuses et donc stressantes. Et le mot de la fin, après deux heures de séance, a été vraiment stupéfiant : Il m’a expliqué qu’il se répétait tout le temps dans sa tête pendant les opérations ce mot qui résumait si bien sa situation : “Attention ! Attention! Attention !” .Je lui ai alors conseillé de remplacer ce mot, dangereux pour sa tension, par “Je suis calme, je suis serein”.

Irène Landau (Israël)