portrait de Yves RasirHeureusement qu’il y en a qui suivent ! La semaine dernière, j’ai raconté une grosse bêtise et il y a un lecteur  attentif qui a pris la peine de vérifier mes dires et  m’a signalé mon erreur.  Dans ma lettre sur la dépression, j’évoquais les recherches de deux psychologues américains et de leur découverte majeure selon laquelle les ex-dépressifs ayant surmonté leur maladie affichaient des scores de bien-être mirobolants. En fait, j’ai mal traduit le texte anglais et j’ai confondu les paramètres de mesure avec les résultats. Il n’y a en réalité que 10% des anciens malades qui disent se sentir plus heureux que 75% des non-malades.  C’est déjà pas mal, mais c’est évidemment très en deçà de ce que j’ai cru puisque 90% des dépressifs guéris ne vont pas mieux qu’avant de tomber en dépression. En d’autres termes, la pathologie dépressive n’apporte aucune valeur ajoutée car seulement un dixième de ceux qui en sortent  bénéficient postérieurement de son effet “boostant”.  Autrement dit encore,  le passage par la case “idées noires”  n’augmente pas les chances de revoir la vie en rose, contrairement à ce que j’avais hâtivement déduit. Je plaide  coupable pour cette “fake news” mais j’invoque des circonstances atténuantes: à ce stade de ma vie personnelle et professionnelle, j’ai acquis la ferme conviction que la plupart des maladies, sinon la totalité, donnent un avantage à ceux qui en guérissent. Les pertes de santé ne seraient pas seulement comblées par la guérison, mais celle-ci offrirait des points de bonification. À condition de les surmonter, les dysfonctionnements du corps et de l’esprit seraient des opportunités de mieux fonctionner par la suite. Plus qu’un retour à l’équilibre, le rétablissement d’un malade signerait donc l’amélioration de sa santé.
 
Cette vision résolument positive m’est inspirée en partie par le phénomène de l’hormèse, que je ne dois plus vous expliquer en détail. Pour rappel, il s’agit de la faculté des organismes vivants à s’adapter et à se renforcer lorsqu’ils sont soumis à des contraintes. C’est par exemple le mécanisme de bio-résistance qui voit les bactéries déjouer les antibiotiques, ou le développement des muscles entrainé par les micro-déchirures que s’infligent les haltérophiles. Or une maladie n’est-elle pas hormétique par définition ? C’est très clairement le cas des maladies  infectieuses infantiles, dont le Dr Olivier Soulier souligne volontiers qu’elles font évoluer l’enfant sur le plan psychique comme sur le plan immunitaire. Une rougeole dans l’enfance immunise à vie tandis que le vaccin protège imparfaitement. Si l’on y regardait de près, je suis sûr que beaucoup  d’autres affections se révéleraient « antifragilisantes » pour ses bénéficiaires. Mais ce qui nourrit surtout ma conception optimiste de la maladie, c’est bien sûr la médecine nouvelle du Dr Hamer,  et singulièrement sa « 3èmeloi » éclairant la logique des symptômes. Pour mémoire, le médecin allemand a découvert que toute maladie se déroulait en deux phases, celle de conflit actif et celle de conflit résolu, et que la deuxième consiste à réparer méthodiquement ce qui s’est abîmé durant la première.  Cette réparation répond à son tour à deux cas de figure : soit elle restaure les tissus nécrosés, soit elle démonte les tumeurs ou leurs équivalents. Dans les troubles fonctionnels, c’est pareil, sauf que la guérison consiste à réduire ce qui est « hyper » (hyperthyroïdie, hypertension..) par de l’ « hypo », et inversement.  Malheureusement, la nature fait parfois trop bien les choses : pour certains tissus embryonnaires, la prolifération cellulaire réparatrice est dite « luxuriante », c’est-à-dire qu’elle excède les besoins de l’organisme. Exemple-type : le tissu osseux qui, au terme de sa réparation, sera plus volumineux et calcifié qu’avant sa dégradation. L’os ressoudé sera plus solide mais l’excroissance pourra s’avérer gênante. Que nous apprend ce phénomène de guérison « exagérée » ?  Pour moi, c’est la  preuve évidente que le programme de maladie activé par l’ordinateur cérébral n’est nullement un « malware » : c’est au contraire un logiciel destiné à mieux résister aux attaques, à gagner en robustesse en vue d’éventuels conflits ultérieurs . 
 
Ce point de vue est conforté par mes antécédents médicaux personnels.  Ces dernières années, j’ai souffert de capsulite rétractile aux deux épaules, d’une « triade malheureuse » au genou droit et d’une phlébite à la jambe gauche. Or j’ai le très net sentiment que mes épaules gelées ont gagné en mobilité, que mon genou est plus stable qu’avant (alors que je n’ai plus de ligaments croisés !) et que ma circulation veineuse s’est améliorée, voire que mon sang est devenu plus fluide. Sur un terrain de foot, j’ai même l’impression bizarre d’être devenu plus performant.  En revanche, les otites de ma prime enfance, qui m’ont valu deux tympanoplasties à l’adolescence, se traduisent aujourd’hui  par une perte d’audition des deux oreilles qui me transforment progressivement en malentendant. La différence ? Comme vous l’aurez remarqué lorsque je vous ai raconté mes accidents de santé récents, je ne les ai pas soignés par les méthodes allopathiques. En lieu et place des remèdes « anti » (anti-inflammatoires, antipyrétiques, antidouleurs…), j’ai laissé faire la nature en lui donnant seulement de petits coups de pouce (argile, kinésithérapie, gainage musculaire,…). Par contre, à l’époque,  mes infections auriculaires ont été combattues à grand renfort de produits antibiotiques, puis par interventions chirurgicales. Cette expérience contrastée me renforce dans l’idée qu’une maladie guérie bonifie son porteur à condition que ses symptômes ne soient pas artificiellement réprimés. Qu’une pathologie, quelle qu’elle soit, apporte un supplément de force  à l’organe ou au système impacté  si et seulement sion la laisse naturellement suivre son cours. S’agissant de la dépression, je n’ai pas de vécu personnel pour appuyer mon argumentation mais je formule l’hypothèse qu’elle peut aussi améliorer la vie de ses victimes guéries pour autant  que celles-ci ne recourent pas aux médicaments antidépresseurs. Il serait donc intéressant de voir comment les 10% de rescapés se déclarant plus heureux maintenant ont affronté leur mal-être dépressif.  N’ont-ils pas troqué les molécules chimiques pour des approches naturelles telles que la phytothérapie, l’exercice physique,  la méditation de pleine conscience, la psychothérapie, l’alimentation et la complémentation ?  Les enquêtes des deux psys américains sont muettes sur ce point et c’est vraiment dommage. Si ça se trouve, mon compte-rendu erroné de leurs travaux n’était pas éloigné de la vérité et il y a bien un bénéfice mental à traverser une dépression dans le respect de son déroulement biphasique