Pas de réflexion ou d’analyse personnelle ce mercredi.  Parce que je suis un peu accaparé par le bouclage de la revue Néosanté du mois d’avril mais surtout parce que la semaine écoulée a été fertile en informations  étonnantes et détonantes que je souhaite simplement partager. Dans le tas, j’ai sélectionné quatre publications – deux appels, un article et une vidéo – qui m’ont fait forte impression et dont je vous communique les liens en me contentant de brefs commentaires. Bonnes lectures,  bon visionnage  et bons partages ultérieurs de ces documents percutants et parfois stupéfiants.
 
Le vibrant appel du 10 mars
 
Lancé mercredi dernier sur la plateforme Rumble, l’ Appel à la résistance civile et au réveil des consciences porte incontestablement la griffe du Dr Louis Fouché, son premier signataire, et de quelques autres personnalités médicales parmi lesquelles le Dr Pascal Sacré. Faisant flèche de tout bois et lancé tous azimuts, cet appel s’adresse à tous les Français disposant du pouvoir de décider ou d’influencer les décisions: le président et son gouvernement bien sûr, les parlementaires,  les juristes et les avocats, les médecins et les experts scientifiques, mais aussi le corps enseignant, les milieux économiques, les journalistes… et tous les citoyens ! Car il faut bien lire ce texte jusqu’au bout et méditer son dernier paragraphe commençant ainsi : « Nous appelons les citoyennes et les citoyens à exercer notre droit et notre devoir, sans supporter aucun chantage à l’exclusion sociale, de refuser une vaccination inutile, risquée, servant plus les profits de l’industrie pharmaceutique que la santé. » Nous sommes en effet le peuple, nous avons le droit et le devoir d’exiger la liberté vaccinale, l’abrogation des mesures liberticides démentielles et l’abandon du projet de « passeport vert » instaurant l’apartheid entre vaccinés et non-vaccinés. Bien sûr, cet appel à la résistance ne concerne pas que la France : il peut résonner  et devrait être entendu partout ailleurs. C’est une exhortation qui restera peut-être dans l’histoire comme l’équivalent du message gaullien du 18 juin. Voici l’heure de se réveiller et de se lever pour récupérer  TOUTES nos libertés sans conditions ! Je suis juste un peu déçu que Néosanté ne soit pas repris dans la liste des « médias d’informations libres » clôturant l’Appel. C’est un peu vexant car notre lectorat est composé aux deux tiers de citoyens français comptant parmi les plus conscients, les plus éveillés et les plus actifs dans la résistance à la tyrannie covidiste….
 
L’incroyable mise en garde d’un vaccinaliste
 
Il a déjà fait le tour de la toile et c’est  parfaitement compréhensible : l’appel lancé sous forme de lettre ouverte par  l’expert en vaccins belge Geert Vanden Bossche est tout bonnement ahurissant. Il nous avertit que la vaccination anti-covid risque d’entraîner une catastrophe sanitaire sans précédent  et allant jusqu’à menacer la survie de l’humanité ! Pourquoi ? Parce que vacciner en période d’épidémie accroit  très dangereusement le risque de la relancer et de faire flamber le fléau combattu. L’immunité innée des personnes vaccinées s’en trouve perturbée, l’immunité acquise est comme  leurrée et le virus profite alors des failles dans la cuirasse pour s’engouffrer dans les organismes démunis.  Les spécialistes appellent ça « l’évasion immunitaire virale » et ce ne serait pas la première fois qu’un vaccin provoque ce phénomène insidieux et extrêmement périlleux. En fait, cette mise en garde imparfaitement traduite par France Soir  à partir d’un texte original en anglais ne m’a pas surpris plus que ça. Dans les revues Néosanté des mois de mai  et septembre 2020, nos journalistes Pryska Ducœurjoly et Senta Depuydt avaient déjà évoqué la perspective que la vaccination  sélectionne des variants et suscite une explosion et une aggravation des infections. La nouveauté est que, selon Vanden Bossche,  il existe maintenant « des preuves massives » qu’on se dirige vers ce désastre planétaire. Ce qui m’a scotché, c’est le CV du lanceur d’alerte : mon compatriote flamand  est tout le contraire d’un « antivax » puisqu’il a même été employé par la Fondation Bill & Melinda Gates et  consulté par le GAVI, l’alliance entre l’industrie et les organismes internationaux (OMS, UNICEF) pour promouvoir les vaccins. Le virologue a toujours été et il demeure un partisan acharné de la vaccination comme outil de prévention. Imaginez donc un peu: c’est comme si un cardinal  catholique faisait sonner les cloches du Vatican  et annonçait urbi et orbi  que les hosties distribuées à la messe peuvent faire mourir les croyants !  Le plus ébahissant, c’est que cette sortie du bois de Geert Vanden Bossche a été accueillie dans un silence médiatique assourdissant. Trop occupés à relater les campagnes vaccinales, les médias mainstream font comme si cet expert de carrure mondiale avait énoncé une banalité sans intérêt. Cela dépasse l’entendement.
 
 
 
L’article montrant que la grippe covid croule sous les remèdes
 
L’article en question est la newsletter reçue ce matin de mon ami Xavier Bazin, éditeur de la revue Santé Corps Esprit.  Intitulée « Coronavirus : fin de partie » , cette missive incisive fait évidemment allusion à la sentence lâchée par le Pr Didier Raoult il y a  plus d’un an pour annoncer que le covid était une maladie facile à combattre et que la pandémie allait probablement se dégonfler comme un soufflé. Cette phrase est utilisée par les détracteurs du professeur pour détruire sa réputation mais il avait en réalité bien raison de la prononcer : si on avait soigné la grippe covid en « repositionnant » des remèdes existants, peu onéreux et immédiatement disponibles, nous n’en serions pas là et cette prétendue calamité dévastatrice n’aurait pas fait autant de victimes ! À l’inverse de Xavier, je ne suis pas pleinement convaincu de l’efficacité de la chloroquine et j’en ai plusieurs fois souligné la toxicité. Je trouve que mon confrère fait également  l’éloge d’autres molécules chimiques méritant prudence alors que les seuls remèdes naturels (Vitamine D, Vitamine C, Zinc, sélénium…) auraient pu et pourraient toujours faire merveille dans la gestion de la crise sanitaire. Son constat est cependant lucide: là où les « stratégies non-pharmaceutiques » ont échoué en nous privant au passage de nos libertés, le recours à des médicaments ou à des compléments alimentaires « repositionnés »  aurait permis de faire drastiquement baisser la morbidité et la mortalité imputées au virus couronné. Les études qui le démontrent sont nombreuses et c’est un véritable crime, de la part des gouvernants et des médias dominants, de l’avoir occulté et de continuer à le cacher. Pour avoir souligné les vertus de l’Ivermectine, Xavier Bazin a été censuré par Facebook et ses lecteurs ont vu leurs comptes suspendus : énième scandale d’une liste hallucinante d’atteintes au droit d’informer et d’être informés  sur les multiples  traitements qui marchent !
 
 
Un vidéodécodage fatal pour le covidisme
 
La quatrième publication que je tenais  à mettre en exergue est la dernière vidéo postée le 12 mars par le Décodeur de l’Éco,  un jeune économiste français qui jongle avec les statistiques et qui fait parler les chiffres en débusquant les manipulations et exagérations officielles. Dans de précédentes analyses, le gaillard avait déjà expliqué par A + B que la légère surmortalité enregistrée en France (et ailleurs en Occident) ne sortait pas de la normalité. En prenant en compte « l’effet  moisson »,  le vieillissement accéléré de la population et l’espérance de vie en stagnation, le bilan funèbre du covid-19 en 2020 n’a plus rien d’impressionnant. Au début de sa nouvelle capsule, le brillant jeune homme nous récapitule ses éclaircissements très importants car ils permettent de relativiser les événements de l’an dernier : il n’y a pas eu d’hécatombe attribuable au coronavirus et ni le printemps ni l’automne n’ont été exceptionnellement meurtriers. Parce que les gestes barrières ont fait barrage à l’ennemi et que le confinement  a sauvé des vies ? C’est précisément ce type d’argumentation facile que le youtubeur s’est efforcé de réfuter. Sa vidéo du 12 mars est encore une fois passionnante et remarquablement éclairante. Partant d’une étude parue dans la prestigieuse revue Nature, il explique lumineusement que les recherches concluant à l’utilité du lockdown sont entachées par des données « pourries »,  des fautes de raisonnement  et même des inversions de la logique conduisant à confondre causes et conséquences.  Et en regardant à nouveau dans le rétroviseur, il démontre que la dynamique épidémique de 2020 a épousé celle des grippes habituelles  survenues sans masques ni verrouillage. Mieux : il énumère quelques bonnes raisons de penser que l’excès de décès provient de la politique suivie et non de l’épidémie en tant que telle. Plus fort encore : il suggère que les infections grippales saisonnières ne se répandent jamais de manière exponentielle, contrairement à ce que croient et font croire  les experts de plateaux télé ! À leur procès pour haute trahison de la vérité,  je me réjouis de voir les conseillers du pouvoir confondus par ce dévoilement imparable de l’imposture covidiste. Outre l’intelligence et le talent pédagogique qu’il déploie dans ses vidéos, j’apprécie beaucoup l’insolence du Décodeur d’Éco : il qualifie très justement les modélisateurs alarmistes de vulgaires charlatans ayant réussi à mystifier des politiciens ignorants et des journalistes incompétents.  Chasser le charlatanisme est le premier droit/devoir incombant à la résistance. Entendons et relayons  l’appel du  10 mars, c’est le moment de passer à l’action !