Il est laid, et même très laid. Le rat-taupe glabre est un affreux petit rongeur dépourvu de pelage et doté de quatre incisives proéminentes qui lui servent à forer les galeries souterraines où il passe le plus clair de son temps, dans les régions chaudes et arides de l’Afrique de l’Est. C’est en 1842 qu’il a été découvert en Ethiopie et qu’on lui a donné le nom de Heterocephalus ((tête différente) glaber (peau glabre). Malgré son physique hideux, cette bestiole au facies sorti tout droit d’un film d’épouvante est pourtant en passe de devenir une grande star de plus en plus médiatisée : des équipes de scientifiques du monde entier l’élèvent dans leurs laboratoires pour essayer d‘en percer les mystères !

Car ce bougre d’animal est vraiment phénoménal : alors que l’ atmosphère de ses tunnels est très pauvre en oxygène et très riche en dioxyde de carbone, il présente une exceptionnelle longévité couplée à une excellente santé. Il peut vivre plus de dix-sept ans dans son milieu naturel et jusqu’à trente-deux ans en captivité, soit dix fois plus qu’une souris. Il possède de surcroît la capacité à résister au cancer et aux pathologies liées au vieillissement. Ce qui fascine les chercheurs, c’est que la mortalité de ces mammifères à sang froid augmente très peu avec l’âge. Ils ne tombent quasiment jamais malades et ils restent très jeunes pendant plus des trois-quarts de leur impressionnante espérance de vie. On a notamment observé que leur composition corporelle, leur densité minérale osseuse et leur absorption intestinale demeuraient presque inchangées. Ce n’est qu’à un âge équivalant à 90 ans chez l’homme que les rats-taupes commencent à manifester les premiers signes de sénescence cutanée, une diminution de la masse musculaire et de l’arthrose. Heterocephalus glaber serait-il un as de la production d’antioxydants ? Les recherches ont montré que les mécanismes endogènes de lutte contre le stress oxydatif ne sont pas plus performants chez lui que chez la souris et ne pouvaient donc justifier sa résistance aux maladies. Serait-il un champion en longueur des télomères, ces séquences d’ADN situées en bout de chromosome et dont la structure allongée serait un indicateur de jouvence ? Bernique : on n’a trouvé chez le rat-taupe nu aucune corrélation entre l’activité de la télomérase (l’enzyme qui permet la réparation des télomères) et la longévité de l’espèce. Bref, ce mini rongeur est occupé à faire s’effondrer les deux grandes théories actuelles du vieillissement !

Plus surprenant encore : ses fonctions cognitives ne diminuent nullement avec le temps et il ne développe pas la maladie d’Alzheimer alors que son cerveau renferme une importante quantité de protéines bêta-amyloïde, celle-là même qui s’accumule dans la tête des patients souffrant de cette pathologie. Mais la particularité physiologique qui étonne le plus les biologistes est le fait que le rat-taupe glabre ne développe jamais de cancer malgré sa très longue vie. Bien qu’ils soient soumis à des substances toxiques, aucun des rongeurs en captivité ne déclare la maladie et aucune tumeur n’a jamais été observée lors des autopsies pratiquées sur des milliers d’animaux. En comparaison, 70 % des souris et des rats élevés en laboratoire finissent par mourir du cancer. Même des expériences utilisant un cocktail d’oncogènes (gènes du cancer) ont échoué à transformer des cellules de rat-taupe glabre en cellules cancéreuses. Et même greffées à d’autres espèces, ces cellules transformées n’y provoquent pas de développement tumoral, contrairement ce qu’on observe toujours dans ces cas-là. Heterocephalus glaber est un véritable mystère « anticancer » sur pattes !

Evidemment, les chercheurs ne se tiennent plus : ils pensent qu’en perçant le secret de cette invulnérabilité, ils finiront par trouver LA manière de prévenir ou de soigner la maladie cancéreuse. Peut-on aimablement les informer que l’énigme s’explique déjà facilement par la médecine nouvelle du Dr Hamer ? Ce dernier a en effet découvert que la maladie est une solution de survie forgée au cours de l’évolution. En cas de stress majeur, le cerveau archaïque fait appel au programme « cancer » pour donner à l’organisme le répit nécessaire à la résolution du conflit vital. Et pourquoi voulez-vous que le rat-taupe glabre somatise quoi que ce soit ? Vivant sous terre de racines et de tubercules, l’animal évolue dans un biotope pratiquement dépourvu de menace. Il est insensible à la douleur, n’a pas besoin d’air pur et mange trois fois moins que les autres rongeurs. En outre, ce Quasimodo sans poils est le seul mammifère à avoir un comportement « eusocial », c’est-à-dire qu’il vit en colonies à la manière des fourmis ou des abeilles. La population des serviteurs est au service d’une reine qui assure, seule, la reproduction. Gîte à l’abri des prédateurs, couvert assuré, contacts sociaux, job garanti, pas de souci de progéniture, difficile de trouver existence moins stressante ! Le rat-taupe glabre ne fait pas de cancer parce cette réponse adaptative ne fait pas partie de sa mémoire cellulaire, tout simplement !

Les particularités de ce vilain rongeur rappellent une expérience relatée par le Dr Claude Sabbah dans son enseignement de « biologie totale » : destinée à prouver les méfaits du tabac, cette recherche fut menée sur des musaraignes des champs et sur des souris de ville. Bien qu’exposée aux mêmes fumigations, la deuxième espèce s’est avérée beaucoup plus stressée par l’expérience. Motif ? Chez les souris urbaines, la fumée est probablement encodée comme un signal de danger lié aux incendies, tandis que les souris rurales n’ont pas de raison d’avoir peur de mourir brûlées. Selon Claude Sabbah, il ne fallait pas s’étonner non plus que la sensibilité aux produits cancérigènes diverge ! En Malaisie, Il existe aussi une sorte de musaraigne qui consomme du nectar de palmier très riche en alcool et qui ne manifeste pourtant ni signes d‘ébriété ni symptômes de souffrance hépatique. De manière encore beaucoup plus spectaculaire, le rat-taupe qui méduse la science vient démontrer que la maladie est une option biologique retenue par la nature pour résister à un « surstress ». En son absence, vigueur et santé restent au programme.