il y a quelques mois, mon épouse a eu un accident de vélo assez grave, dont elle est sortie commotionnée  avec un bras dans le plâtre, son coude ayant violemment percuté le  sol au point de saigner abondamment.  Trois jours avant cette chute, ma femme avait vécu un conflit de travail très stressant avec  le supérieur hiérarchique dont elle est l’adjointe, Ce chef lui avait reproché d’avoir failli à sa mission  de remplaçante en son absence, et c’est vrai qu’une double erreur  avait sérieusement perturbé le fonctionnement normal de l’entreprise.  N’appelle-t-on pas un adjoint un « bras droit », celui-là même que mon épouse s’est fracassé  ? Ne dit-on pas  en décodage que les problèmes osseux  ont un rapport avec la dévalorisation de soi  ?  Et n’est-il pas un fait médical que les os ressoudés sont plus solides à l’endroit de la fracture  ?  Je n’ai évidemment pas la certitude du lien entre le vécu  émotionnel de mon épouse et son accident de vélo. Mais on ne m’ôtera pas de l’idée que son cerveau inconscient a programmé la chute pour lui forger un bras droit plus résistant au stress. J’ajoute un détail éloquent : ma femme est tombée dans un chemin emprunté par erreur. Or,  une de ses deux erreurs  au boulot était d’avoir envoyé des travailleurs  de l’entreprise dans une mauvaise direction. Vous avez dit «hasard»  ? M.M-Bruxelles

Partager