Ça va, vous tenez toujours le coup dans ce monde de fous ? Vous n’êtes pas désespérés de voir que la plupart des gens portent docilement le masque – objet que j’appelle pour ma part le « costume de prisonnier » et que je refuse résolument de porter – et croient à la réalité d’une deuxième vague inexistante ? Vous n’êtes pas déprimés par la perspective d’un reconfinement total dont nous menacent odieusement des premiers ministres et des présidents ? D’un côté, on peut se lamenter que le Corona Circus tienne toujours debout et que les gouvernements, leurs experts frapadingues et les médias dominants continuent de terrifier et de manipuler une opinion publique hypnotisée. Mais de l’autre, on peut se réjouir que leur paquebot de mensonges prenne l’eau de toutes parts et que les vérités commencent à émerger de partout. Il y a six mois, les acteurs francophones de la ré-information n’étaient guère légion. À part votre modeste serviteur, des youtubeurs comme Jean-Jacques Crèvecœur (1) ou Silvano Trotta, des éditeurs comme Jean-Marc Dupuis ou Xavier Bazin et des sites « alternatifs » comme celui-ci ou celui-là, on ne peut pas dire que les voix dissonantes étaient foisonnantes. Et dans le monde médico-scientifique, c’était un peu le désert autour de l’infectiologue Didier Raoult et de l’anthropologue de la santé Jean Dominique Michel.

La parole se libère

Or, depuis février, énormément d’eau a coulé sous les ponts. La toile et les réseaux sociaux fourmillent désormais de vidéos, d’articles et d’analyses contestant la narration de ce que nous sommes de moins en moins seuls à qualifier de « pseudo-pandémie ». Malgré une censure de plus en plus féroce, les internautes sont avertis qu’un peu partout dans le monde (Allemagne, Espagne, États-Unis…), des médecins de terrain se lèvent et remettent en cause la version des autorités. Rayon librairie, JD Michel s’est déjà livré à « L’anatomie d’un désastre », le déroutant philosophe Bernard-Henry Levy s’est fendu d’un pamphlet sur « Ce virus qui rend fou » et le surprenant professeur Christian Perronne a lancé un pavé dans la mare demandant « Y-a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ?» La contestation enfle et les prises de parole critiques fleurissent tellement que je renonce dorénavant à y faire écho ici. Comme en attestent les très nombreux messages que je reçois, vous êtes fort bien informés via d’autres canaux. À partir d’aujourd’hui, je vais me contenter de relayer, via mon profil Facebook personnel (2), les infos que je trouve les plus percutantes et les plus accablantes pour le discours officiel. Côté français, mon coup de cœur demeure Jean-François Toussaint,. Dans sa dernière intervention sur LCI, ce professeur de physiologie à l’Université de Paris fustige une nouvelle fois l’absurdité du lockdown et l’ineptie du prétendu rebond épidémique. En France toujours , chapeau à l’avocat Carlo Brusa, fondateur de l’association Réaction19 : pour appuyer ses actions judiciaires et ses appels à la désobéissance, ce collectif a rédigé un très bon argumentaire que vous pouvez télécharger en cliquant ici. Chez nos amis Suisses, je m’en voudrais de ne pas signaler la sortie du Dr Beda M. Stadler, ancien directeur de l’Institut d’immunologie de l’Université de Berne. Intitulée « Coronavirus : pourquoi tout le monde s’est trompé », sa mise au point épingle notamment la fable du nouveau virus tueur et « le conte de fée de l’absence d’immunité ». Extrait choisi : « Les jeunes gens en bonne santé qui se promènent actuellement avec un masque sur le visage feraient mieux de porter un casque, car le risque de chute sur la tête est plus grave que celui de contracter un cas grave de Covid-19 ».

Le réveil des Belges

En Belgique, ça bouge beaucoup aussi. Par l’entremise de Maître Michael Verstraeten, l’association Ensemble Citoyens a entamé une procédure pénale contre les décideurs ministériels, leurs conseillers virologues les plus alarmistes, ainsi qu’à l’encontre de Bill Gates himself ! Je vous invite cordialement à lire le texte de la plainte car il constitue lui aussi un document très éclairant. Dans les rangs médicaux, notre pays pouvait déjà compter sur le Dr Pascal Sacré, anesthésiste-réanimateur qui a publié de nombreux articles sur le site mondialisation.ca. Le Dr Sacré est par ailleurs actif au sein de l’association Initiative Citoyenne, qui a également intenté des actions juridiques et dont le site internet est une mine d’informations sur la vaccination et ses dangers. Le 29 juillet dernier, un autre médecin belge est sorti du bois et a publié une carte blanche indignée dans un média mainstream : lisez cette tribune en cliquant ici car elle reflète que la Belgique, pourtant championne du monde de la mortalité par habitant, n’a rien d’un cimetière jonché de cadavres anormalement excédentaires. J’ai bien aimé cette phrase-ci, qui déplore « la culpabilisation abusive et généralisée de la population rendue à tort responsable d’une épouvantable peste imaginaire muant les enfants fréquentant les grands-parents en assassins potentiels». Et que dire du fantastique travail de François Jortay ? Dans un document touffu de 80 pages, cet économiste universitaire devenu « chercheur libre » se livre à un décryptage méthodique de toutes les erreurs scientifiques commises dans la gestion de l’épidémie. Ses démonstrations mathématiques sont difficilement compréhensibles par le profane, mais on sort convaincu, à la lecture de cet exposé pointu, qu’on a été trompé par des experts incompétents ou – bien pire encore – parfaitement conscients de leur participation à une gigantesque tromperie. Non dénué de motivations politiques (l’homme est un partisan déclaré de la démocratie directe), ce texte n’a pourtant rien de tendancieux puisqu’il aligne les données factuelles, les chiffres incontestables et les graphiques implacables. Saviez-vous que les modèles mathématiques ayant dicté la politique de confinement confinaient au charlatanisme et que le fameux « taux de reproduction » du virus est une notion fumeuse avec laquelle on nous a copieusement dupés? Prenez la peine d’absorber lentement cet antidote et de le partager car sa puissance « réveillante » est, à mon humble avis, potentiellement énorme. Mon petit doigt me dit que François Jortay n’aura pas accompli ce formidable boulot en vain. (3)

Qui cherche trouve et traite

Mon auriculaire n’est pas le seul à me parler en ce moment. Après mes nausées d’écœurement, j’éprouve à présent quelques douleurs dorsales au saut du lit. Pas besoin d’un long décodage : j’en ai plein le dos de cette saga interminable et de son prolongement estival. Il y a trois semaines, j’étais au marché en plein air de Vaison-la-Romaine, dans le Vaucluse. Pas de gel hydro-alcoolique à l’entrée ni de sens giratoire imposé aux milliers de personnes, gens du cru et touristes mélangés, se pressant dans les ruelles et dont une grande majorité ne portait pas de masques. La distance sociale dans cette cohue? Une trentaine de centimètres environ, et même moins devant certaines échoppes. Bref, tous les ingrédients favorables à une flambée épidémique qui ne s’est pourtant pas produite du tout au pied du Ventoux. On nous bassine avec la Mayenne et la Bretagne, la Belgique et le Luxembourg. Mais bon sang de bonsoir, les virocrates qui ont pris le pouvoir ont-ils oublié que la fréquence des infections respiratoires est fonction des circonstances climatiques ? Et n’ont-ils pas remarqué que les régions prétendument touchées par une résurgence du virus n’ont guère été gâtées par le temps à la mi-juillet ? Chez nous et chez nos voisins luxembourgeois, il est encore plus évident que le soi-disant rebond résulte de la quantité de tests effectués. La ville d’Anvers et le Grand-Duché sont repassés dans le rouge parce qu’on y teste plus qu’ailleurs la population asymptomatique. Nombre de clubs de sport, par exemple, sacrifient au rituel de la PCR, à un rythme parfois hebdomadaire. Et comme tous les dépistages de masse, celui du corona entraîne immanquablement un surdiagnostic et une tendance au surtraitement. La légère hausse des hospitalisations constatée ces derniers jours peut très bien s’expliquer par ce double phénomène. Heureusement, c’est davantage dans le nez des jeunes générations que sont actuellement enfoncés les écouvillons. Logiquement, l’augmentation des contaminations et celle, très inférieure, des admissions à l’hôpital ne devraient donc pas être suivies par une recrudescence des décès attribués au Covid. Pour l’instant, on en enregistre …2,4 en moyenne par jour en Belgique. Et rien n’indique que ce chiffre ridiculement faible va s’aggraver dans un proche avenir. Sauf qu’une nouvelle hécatombe est peut-être en passe de survenir dans les maisons de retraite.

Un deuxième génocide ?

Dans notre royaume surréaliste, le gouvernement fédéral a en effet délégué aux bourgmestres (les maires) le pouvoir d’aller plus loin que les mesures décrétées au niveau national. Ainsi, certains édiles locaux ont décidé de reconfiner les pensionnaires de homes. À mon grand dam, celui de ma vielle maman fait partie des établissements concernés. Demain, elle va avoir 90 ans. Nous avions prévu une belle fête le 15 août en présence de ses 5 enfants, 16 petits-enfants et 8 arrière-petits-enfants. Au lieu de quoi elle est interdite de sortie et n’aura droit qu’à la visite de deux membres de la famille dûment masqués et qui ne pourront rien apporter en cadeau. Cerise amère sur le gâteau prohibé, les visiteurs devront rester à l’extérieur et ne pourront pas embrasser la jubilaire, ni même la toucher ! Heureusement pour elle, ma mère nonagénaire perd un peu ses tartines et n’est pas trop consciente d’être traitée en pestiférée et privée des plus élémentaires marques d’affection. La première quarantaine inhumaine du printemps, elle l’a traversée bien plus aisément que ma belle-maman trépassée en mai après trois mois d’une réclusion pénible. Mais quid des autres résidents qui ont survécu à ce véritable génocide par « syndrome du glissement » ? Comment vont-ils réagir au retour de la terreur et à cette seconde mise à l’écart de la société ? Cette deuxième vague d’emprisonnement des vieux ne va-t-elle pas déboucher sur une deuxième boucherie ? Pour arrêter cette tragédie prévisible, je comptais un peu sur la plainte pénale contre l’État à laquelle je me suis associé comme requérant. Hélas, les plaidoiries n’auront lieu qu’en octobre et rien ne pourra empêcher, d’ici là, les mêmes causes d’engendrer les mêmes effets. De plus en plus, je me demande si ce n’est pas le but et si cette fausse pandémie n’est pas une « plandémie » diaboliquement préméditée par ceux que Jean-Jacques Crèvecoeur surnomme « une infime minorité de milliardaires psychopathes », leur objectif étant d’imposer à l’automne une vaccination généralisée et d’engranger ainsi des profits mirobolants. Parmi les conseillers du gouvernement belge qui nous pourrissent la vie, massacrent l’économie réelle et tweetent frénétiquement chaque fois que de petits rassemblement populaires rompent la « bulle sociale » de 5 personnes , il y en a au moins deux qui ont des liens d’intérêt avec la fondation Bill & Melinda Gates. L’heure venue, il faudra juger en priorité ces corrompus ayant collaboré à la colossale cornarnaque.

 
Yves Rasir
 

(1) Si vous ne le savez pas encore, la chaîne Youtube de notre ancien collaborateur Jean-Jacques Crèvecœur (230.000 abonnés) a été purement et simplement supprimée. Je vous invite chaleureusement à le soutenir et à continuer de le suivre en le rejoignant sur sa chaîne privée. https://formations.emergences.net/login

(2) https://www.facebook.com/yves.rasir/

(3) Nous publierons une interview exclusive de François Jortay dans le Néosanté de septembre.