J’ai acheté chez ma prof de yoga le premier numéro de Néosanté. Dans la rubrique le plein de sens, j’ai lu un petit paragraphe sur le genou (je/nous). Comme j’ai passé ma revue à une amie, je n’ai plus en tête le texte exact, mais peu importe, j’ai compris que les douleurs aux genoux étaient liées à un conflit entre le « je » et une autorité, devant qui finalement on plie les genoux; en tout cas un conflit je/nous. Depuis quelques années, je souffre d’arthrose au genou, il plie difficilement, j’avais des douleurs quand je marchais trop longtemps… Or depuis 4 ans maintenant, j’ai un compagnon qui vit avec moi, dans ma maison. J’ai 60 ans et ai vécu en célibataire la plus grande partie de ma vie : un homme à la maison, c’était pour moi une révolution. Tout d’un coup, je ne devais plus penser en Je mais en Nous et à certains moments c’est douloureux! Je me sentais «dépossédée» de ma maison, de mon jardin, l’impression de ne jamais faire bien assez ou en tout cas pas à sa façon à lui, qu’il considère bien sûr (sans méchanceté aucune) comme la bonne ! Bref, je me laissais faire, dominer, je ne prenais plus ma place et j’en souffrais.  Après la lecture de ce paragraphe dans votre revue, je me suis dit : «Reprends-toi ! Affirme-toi et prends ta place dans l’organisation et les transformations de ta maison. Tes idées ne valent pas moins que les siennes». Alors, j’ai cessé de mettre genou en terre, je lui ai parlé de mon malaise, il a capté le message et je me suis remise à travailler pour notre maison et notre jardin avec lui.  Et vous savez quoi ? Je sens à peine mon genou ! Je bouge, je marche, je remonte les escaliers (c’est encore un peu dur mais quelle différence! ). Comme nous avons besoin tous les deux d’exercices d’endurance, nous avons même acheté un tapis de marche que j’utilise sans problème!

Partager