Néosanté,
parce que la santé a changé d’ère

SAMSUNG CAMERA PICTURESFondées  à Bruxelles  au début  de l’année 2011, les Editions Néosanté exercent deux activités principales : l’édition de livres et la publication d’une revue mensuelle de santé globale, réalisée par des journalistes en collaboration avec des praticiens spécialisés en décodage des maladies.

Editeur responsable de la revue Néosanté,  Yves RASIR est journaliste indépendant depuis près de 30 ans. Initié à l’hygiénisme par le naturopathe André Passebecq, il a  eu la chance de rencontrer les grands médecins et chercheurs qui ont mis à jour le sens biologique des maladies (Henri Laborit, Ryke Geerd Hamer, Alain Scohy, Robert Guinée…) et de se former auprès de certains d’entre eux (Olivier Soulier, Claude Sabbah, Gérard Athias…). Fondateur et rédacteur en chef du magazine BIOINFO pendant 13 ans, il y a promu les premiers efforts d’information du grand public sur le nouveau paradigme médical.

En créant Néosanté, il poursuit ainsi un parcours de vie entièrement dédié au  « sens des maux et à leurs solutions bio ».

Abokado

abokado

Je m’abonne à la version numérique de Néosanté

Néosanté hebdo

Lire la suite

LES MASQUES : une supercherie scientifique

Les autorités le reconnaissent elles-mêmes : il n’y a aucun fondement scientifique à l’utilisation des masques pour protéger la population de la pandémie de coronavirus – pour autant que celle-ci soit réelle. Non seulement ceux-ci sont inefficaces et inutiles, mais ils présentent même des inconvénients avec des conséquences sanitaires potentielles néfastes. En fin de compte, la seule justification admise par l’OMS est un effet psychologique potentiellement bénéfique sur la population vis-à-vis de l’ensemble des mesures prophylactiques imposées par les autorités. Toutefois, même cet effet-là présente des inconvénients, car il n’a quasiment pas été scientifiquement étudié. Le château de sable de la pandémie de coronavirus commence à s’écrouler, mais la mesure emblématique de l’imposition des masques est particulièrement intéressante pour démontrer la manipulation de la population à partir d’arguments  plus politiques que scientifiques.

Par Hughes Belin

Lire la suite

Interview de François Jortay

Interview

FRANÇOIS JORTAY :

« Le covidisme est une forme de religion, avec ses temples médiatiques et ses prêtres-experts »

Mensonges, supercheries, comportement magique, quasi-religion, charlatanisme : on ne peut pas dire que François Jortay y va avec le dos de la cuillère dans sa longue analyse de la gestion de la crise du Covid-19. Pour vous en donner un avant-goût et peut-être le désir de la lire (deux fois, comme il le conseille), nous lui avons demandé d’en résumer les points les plus saillants. Dans cette interview exclusive, il montre l’ampleur du catastrophisme médiatique et sa puissance de conviction (c-à-d de conditionnement) sur les gouvernements et une partie considérable de la communauté scientifique. En outre nombre de scientifiques seraient victimes d’une incompréhension des limites de la modélisation mathématique appliquée à des phénomènes écosystémiques et sociologiques. L’incapacité (historiquement vérifiée) des modèles épidémiologiques à prédire l’avenir a “justifié” l’inversion du principe de précaution, foulant ainsi au pied les principes élémentaires de la méthode scientifique. Cette « nouvelle religion » qu’il dénomme “covidisme” entraîne la population dans un enfermement cognitif délétère. L’analyse de François Jortay est implacable. Il démonte les modèles prévisionnels, au centre de toute la machinerie covidiste, et il dénonce la supercherie consistant, dans la gestion de l’épidémie, à utiliser le nombre brut de tests positifs sans le rapporter au nombre de tests réalisés (cas positifs/tests). Alors que l’indicateur le plus important, assène-t-il, c’est la mortalité toutes causes. En fin de compte, non seulement dit-il tout haut ce que de nombreuses personnes, y compris des scientifiques, pensent tout bas, mais son voyage au cœur des modèles mathématiques a le mérite de révéler au grand jour les failles du discours officiel – faut-il l’appeler « propagande » ? Néosanté a souhaité mettre en lumière son travail citoyen, loin des spotlights, pour contribuer à la réappropriation du débat scientifique par la société autour de la gestion de la crise du Covid-19. Lire la suite

Néosanté Edition