Néosanté,
parce que la santé a changé d’ère

SAMSUNG CAMERA PICTURESFondées  à Bruxelles  au début  de l’année 2011, les Editions Néosanté exercent deux activités principales : l’édition de livres et la publication d’une revue mensuelle de santé globale, réalisée par des journalistes en collaboration avec des praticiens spécialisés en décodage des maladies.

Editeur responsable de la revue Néosanté,  Yves RASIR est journaliste indépendant depuis près de 30 ans. Initié à l’hygiénisme par le naturopathe André Passebecq, il a  eu la chance de rencontrer les grands médecins et chercheurs qui ont mis à jour le sens biologique des maladies (Henri Laborit, Ryke Geerd Hamer, Alain Scohy, Robert Guinée…) et de se former auprès de certains d’entre eux (Olivier Soulier, Claude Sabbah, Gérard Athias…). Fondateur et rédacteur en chef du magazine BIOINFO pendant 13 ans, il y a promu les premiers efforts d’information du grand public sur le nouveau paradigme médical.

En créant Néosanté, il poursuit ainsi un parcours de vie entièrement dédié au  « sens des maux et à leurs solutions bio ».

Abokado

abokado

Je m’abonne à la version numérique de Néosanté

Néosanté hebdo

Lire la suite

Inefficacité des mesures de confinement sur la propagation du Covid-19

Une preuve actuelle de l’inefficacité des mesures de confinement ressort du graphique du nombre de décès provoqués en Belgique par le Covid-19 (ou du moins déclarés comme tel).
Source :
https://www.worldometers.info/coronavirus/?base=647&campaignId=1093269&segmentId=1103097&shootId=1138394#countries
On peut y observer que la courbe de décès décroît de façon régulière depuis le 16 avril, particulièrement si on travaille avec les courbes lissées à trois ou surtout à sept jours.
Il a été largement annoncé d’une part que le confinement était nécessaire (il devait réduire les transmissions virales) et d’autre part que le déconfinement représentait un risque de nouvelles transmissions, voire d’une explosion des infections et décès.
Si ces hypothèses étaient exactes :
  • le confinement devrait correspondre à une diminution drastique des infections et plus tard du nombre de morts journaliers (environ 15 jours de décalage vu le délai entre infection et décès) ,
  • le déconfinement devrait correspondre à une augmentation importante des infections et plus tard du nombre de morts journaliers.Au vu de la courbe des décès, cette courbe devait être modifiée comme suit :
  • le confinement devait changer brusquement la phase exponentielle croissante et faire apparaître un ralentissement avec changement de la tangente à la courbe.
  • le déconfinement devait provoquer une recrudescence des infections et donc une remontée de la courbe (là aussi une modification de la tangente).
Il n’en est rien. La courbe des décès suit une courbe biologique normale de l’évolution d’une simple grippe annuelle (avec phase croissante puis décroissante) sans aucune
influence particulière due ni au confinement ni au déconfinement.
La constatation et le raisonnement sont identiques si on prend la courbe des infections. Ainsi des courbes semblables existent pour l’évolution du virus de la grippe aux Pays-Bas au cours des dix dernières années. Confinement et déconfinement n’ont donc eu aucun impact sur la propagation des infections du Covid-19 qui n’a fait que suivre l’évolution saisonnière normale.

CQFD.

LE RETOUR DES SANGSUES : L’HIRUDOTHÉRAPIE AU XXIe SIÈCLE

Le monde de l’hirudothérapie est prodigieux mais reste encore très méconnu. Mon expérience personnelle a commencé il y a 15 ans et a été un tournant dans ma vie professionnelle, puisque j’ai abandonné la médecine conventionnelle pour m’impliquer à 100% dans la médecine naturelle. Tout remonte à l’époque où ma mère a dû subir une opération du genou suite à une arthrose sévère.
Lire la suite
Néosanté Edition