On dit du squelette qu’il est la charpente du corps. Ce n’est pas qu’une image, car les os sont les tissus les plus résistants de l’organisme, qui ont pour rôle de le soutenir, d’en supporter le poids et d’en protéger les organes. Aussi est-il logique – tous les « experts » en décodage en conviennent – qu’une pathologie osseuse soit la manifestation somatique d’une profonde dévalorisation, d’une perte d’estime de soi tellement sérieuse qu’elle affecte la structure même de l’être humain. Bien sûr, chaque partie du squelette correspond à un conflit psycho-émotionnel bien spécifique. Et comme toute partie du corps est forcément voisine d’un os ou d’une articulation, l’étude de cette charpente ouvre aussi la porte à la compréhension d’autres symptômes et maladies. Ostéopathe formé également au symbolisme et à la psychogénéalogie, Thibault Fortuner s’est lancé dans ce vaste travail d’identification des stress individuels ou familiaux reliés aux os et aux articulations. Il vient d’en faire un livre intitulé « Au Fil des Os » (*) dont, pour Néosanté, il a accepté de résumer le propos.

Les os ont une place particulière dans notre corps. Chaque élément de notre corps est forcément en relation ou en regard d’un os ou d’une articulation de notre squelette.
L’étude du squelette permet donc de trouver les conflits et tonalités principales de nos problématiques osseuses et articulaires, mais aussi des sous-tonalités aux autres douleurs de notre corps, en regardant l’os avec lequel celles-ci sont en miroir. Par exemple, quand nous avons mal à la tête, cette douleur est localisée en regard d’un os. L’os du crâne en question pourra ainsi apporter des sous-tonalités au conflit à l’origine de ce mal de tête. De plus, en étudiant chaque os, une histoire plus générale du corps est apparue. Chaque os a ses significations propres, mais en les articulant entre eux, ils se sont mis à raconter une histoire plus globale, pour chaque partie de notre corps, donnant à celle-ci une logique magnifique. L’ostéopathie m’avait enseigné que le corps fonctionnait comme une unité, comme un tout et non comme une somme de parties coupées les unes des autres : les conflits et les histoires issues des os et articulations du squelette me le confirment aujourd’hui.
Par exemple, la racine hébraïque du bras parle de « semer », de semer la graine, pendant que la racine grecque des os du carpe donne au poignet l’information de « récolter les fruits ». De cette manière le membre supérieur nous montre sa logique. Nous semons au niveau de notre bras pour ensuite récolter le fruit de nos efforts au niveau de notre poignet. Etudier le squelette os par os et saisir les conflits qui s’y rattachent nécessitent d’abord de comprendre ce qu’est l’os d’une manière générale, de comprendre sa fonction dans le corps ainsi que son représenté symbolique dans la mémoire collective.

Fonctions de l’os

L’os a de nombreuses fonctions. Il contient la moelle osseuse rouge où se développent les cellules du sang. Il est une réserve de minéraux pour l’organisme. Il joue un rôle dans la détoxification de l’organisme, ainsi que dans le métabolisme du calcium.
L’os représente surtout la charpente de notre corps, le soutien de diverses structures de l’organisme et dans certaines parties (comme la cage thoracique ou le crâne), il assure la délimitation des cavités et la protection de son contenu. Zone d’attache des muscles, il permet également l’action et le mouvement. Transposé dans la vie de chacun, l’os vient nous parler de notre capacité à détruire ou à construire dans notre vie. Dans sa fonction de charpente, il peut venir aussi révéler un besoin de soutien et de protection ou un sentiment d’enfermement. L’os touché vient ensuite nous préciser dans quel domaine ou de quelle manière le ressenti s’exprimera.
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Avoir besoin de soutien / Avoir besoin de protection / Se sentir enfermé / capacité à construire ou à détruire dans notre vie

Symbolique

Dans son représenté symbolique, l’os renvoie à ce qui reste de nous après notre mort. Il est comme un héritage que nous laissons aux générations futures. Une problématique lytique de l’os peut témoigner d’un besoin ou d’un désir de disparaitre, de ne pas être vu ou de vouloir se cacher. Une hypercalcification peut venir exprimer l’inverse, à savoir un besoin d’être vu, de ne pas être oublié et d’être plus fort dans la tonalité correspondant à l’os touché.
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Je veux ou je dois disparaître / je veux ou je dois me cacher
Je ne veux pas qu’on m’oublie
Pour la Bible, l’os représente le siège de la filiation : « tu es l’os de mon os ». Par extension, l’os devient le gardien de ce qui est le plus important à nos yeux, de notre valeur, venant nous révéler, en cas d’atteinte, une dévalorisation en lien avec l’os touché.
La dévalorisation provient de la comparaison. C’est parce que nous nous comparons que nous nous dévalorisons. En sortir, en guérir, revient à apprendre à ne plus se comparer à l’autre, mais aussi à apprendre à ne plus se comparer à soi même, à une image de soi passée et/ou idéalisée et à s’accepter tel que nous sommes dans l’instant. Dans notre vie, la dévalorisation prend plusieurs masques possibles et peut se cacher derrière des sentiments comme être ou se sentir :
Mésestimé / incapable / déconsidéré / diminué / incompétent / indigne / minable / nul / stupide / bête / pas important / sans valeur / Ne pas avoir pu / Ne pas avoir su / Ne pas avoir voulu / …

Pour la Kabbale

Pour les kabbalistes, chaque mot est formé d’une racine qui, à son tour, permet de former d’autres mots. Les mots contenus dans ce champ lexical ont un lien entre eux dans notre inconscient. Cela nous apporte un enseignement nouveau sur l’objet étudié.
La racine hébraïque du mot « os » est Etsen. Cette racine renvoie à des notions d’autonomie, d’indépendance, de force et de puissance. Une prothèse prend la place de l’os dans une partie de notre corps. Elle peut ainsi venir nous raconter un stress en lien avec une difficulté à être autonome, indépendant, avec le besoin d’une aide extérieure pour y arriver, tandis qu’un cal osseux peut venir exprimer un besoin d’être plus fort ou plus puissant dans la tonalité de l’os touché.
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Indépendance / Autonomie / Force / Puissance / S’obstiner / Broyer / Matérialiser / Fermer les yeux

Grilles de lecture

J’ai mené l’étude du squelette au travers de différentes grilles de lecture, où chacune éclaire une facette de l’os ou de l’articulation étudiée pour trouver des messages concrets en lien avec la vie de chacun. C’est par leur fonction, leur emplacement spécifique, que certains os révèlent leurs messages tandis que d’autres le cachent dans l’étymologie ou la racine hébraïque de leur nom. Parfois, le message vient de la combinaison de plusieurs grilles.
Quelques grilles de lecture utilisées :
Par la fonction ou la particularité d’un os :
Le corps du sternum est la partie médiale du sternum encadré en haut par le manubrium et en bas par l’appendice xiphoïde. C’est l’os qui se situe entre les pectoraux de l’homme et les seins de la femme. Une des fonctions du corps du sternum est de protéger le cœur qui se trouve juste en arrière de lui. En biologie, le cœur est en lien avec le territoire. Le corps du sternum vient donc nous raconter le stress en lien avec la mémoire d’une attaque extérieure contre un territoire, d’un désir de protéger notre territoire, celui-ci pouvant être intellectuel, émotionnel, et/ou matériel (comme un travail, une maison ou une propriété, …). Métaphoriquement, le cœur est bien sûr le siège de l’Amour. Le corps du sternum vient nous raconter un stress lié à la protection d’un amour ou de notre Amour.
L’os comme un trait d’union entre deux articulations
Le fémur unit la hanche, qui parle entre autres de sexualité, avec le genou porteur de la notion de soumission : je ne veux pas me soumettre dans cette sexualité ou bien je n’arrive pas à contrôler l’autre peut alors être un message du fémur.
Nous pouvons aussi voir le fémur comme l’os permettant l’union entre la hanche (en lien avec nos désirs) et le tibia (en lien avec nos besoins) avec comme message possible : je n’arrive pas à unir et à vivre mes besoins et mes désirs.
Par l’étymologie
Le péroné forme avec le tibia la structure de la jambe. En nouvelle nomenclature, il s’appelle fibula , dont l’étymologie renvoie à « une attache ». Une fibule était une agrafe qui permettait d’attacher les deux extrémités d’un tissu et permettait, entre autres, de différencier les rangs de chacun au sein de la société. Ainsi, le péroné peut contenir dans son nom le sentiment d’être « entre-deux » : entre deux voies, entre deux personnes, entre deux pays, de se sentir pris entre ses besoins et ses envies ou entre deux nécessités inconciliables. Il vient exprimer un désir ou un besoin contrarié de réunir. Mais il contient aussi dans son étymologie une possible dévalorisation en lien avec notre rang social, notre statut, notre place dans la société.
Par le Symbole
L’annulaire est, dans notre société, le doigt qui porte l’anneau du mariage. Il représente le doigt de l’alliance. Une atteinte, une fracture à ce doigt peut nous parler d’un stress en lien avec la rupture d’une union ou d’une association. L’index droit est le doigt qui est pointé spécifiquement lors de la Chahada, la profession de foi dans la religion islamique. Une atteinte de ce doigt chez un musulman peut exprimer une crise dans la foi de cette personne ou dans une croyance qu’il pensait fermement établie.
Par la kabbale
Pour les kabbalistes, la nuque est le lieu de la 3e oreille. Au travers de la kabbale, Georges Lahy a fait un parallèle entre les lettres hébraïques et les vertèbres. Les 7 vertèbres cervicales sont en lien avec les 7 lettres doubles de l’hébreu pendant que les 12 vertèbres dorsales sont associées aux 12 lettres simples de l’hébreu. La 4e cervicale, C4, est liée à la lettre Kaf, 11e lettre hébraïque, qui renvoie entre autres, à une notion de demande. Un parallèle peut être fait entre kaf et la 11e lame du Tarot de Marseille : La force. Cela peut renvoyer à une incapacité à demander par peur de ne pas être entendu, ou à une impuissance à faire entendre sa  demande.
Par les textes sacrés
Pour certains, les textes sacrés sont considérés comme porteurs du message divin, pour d’autres, ils ne représentent rien. Il ne s’agit pas ici de trancher cette question, il s’agit de la croyance libre de chacun. Nous pouvons lire ces textes comme étant vrais ou bien les considérer comme des mythes véhiculés depuis des millénaires. De cette manière, ils sont entrés dans l’inconscient collectif. Ainsi, que nous soyons croyants ou non, nous pouvons comprendre l’influence et l’impact qu’ils ont sur notre inconscient et plus généralement sur la vie de chacun.
Le calcanéum est l’os du talon. Nous pouvons lier cet os à l’histoire biblique de Jacob qui signifie talon car il est né sur le talon de son frère. La Bible nous raconte, au travers de Jacob, l’histoire d’un homme cherchant à obtenir le droit d’ainesse de son frère. Il le lui achète dans un premier temps, puis il a recours à une supercherie pour l’obtenir également de son père. Après la mort de ce dernier, il devra fuir pour ne pas être tué par son frère.
Le calcanéum, au travers de cette histoire, exprime le sentiment de ne pas être à notre place, de devoir lutter pour en avoir une, de devoir lutter pour avoir la place de numéro un. Il peut même venir révéler une tricherie pour l’obtention d’une place et l’histoire d’une fuite.
Dans son histoire, Jacob lutte avec l’ange de Dieu et arrive à le vaincre. Il change alors de nom pour devenir Israël. Je ne me sens pas de taille à lutter contre lui peut alors être un ressenti du calcanéum avec le sentiment d’une lutte inégale. Un stress en lien avec des changements d’identité dans notre vie ou famille peut aussi être recherché.
Par la mythologie
L’apophyse coracoïde se trouve au niveau de l’omoplate où vient s’insérer entre autres la courte portion du biceps. L’étymologie de coracoïde nous renvoie au corbeau. Dans la mythologie, le corbeau était le compagnon d’Athéna qui, suite à ses indiscrétions, a été puni et transformé de blanc en noir. L’apophyse coracoïde vient alors exprimer les conséquences d’une indiscrétion.

Survol du squelette

Le membre supérieur
Le membre supérieur nous ouvre la porte sur le monde de nos actions. Il nous parle de notre capacité à exécuter nos projets, qu’ils soient professionnels ou affectifs.
Par la physiologie, les différentes racines ou l’étymologie de ses os, le membre supérieur nous offre l’histoire millénaire des différentes étapes accomplies par l’homme pour préparer son champ afin d’obtenir une belle récolte, pour se nourrir et faire vivre les siens.
Dans cette optique, le radius nous renverra à notre capacité à délimiter notre champ d’action et à définir le périmètre nécessaire à la sécurité de notre territoire afin de permettre à la semence que notre bras a répandue de grandir sereinement.
Le cubitus, quant à lui, parlera de notre faculté à éloigner du périmètre de sécurité les prédateurs et tout ce qui peut mettre en danger nos projets et ce que nous avons semé.
En plus de notre capacité à semer, l’humérus nous renseignera sur notre faculté à rapprocher de nous nos alliés et tout ce qui pourra faciliter la réussite de ce que nous avons entrepris.
Ainsi, entourés et sécurisés, nous pourrons nous laisser porter par le temps. Notre bras ayant semé la graine et notre avant-bras l’ayant protégée, nous pourrons enfin, grâce aux os du carpe, récolter le fruit de nos efforts et nous préparer pour le prochain cycle…
Quelques os ou articulations du membre supérieur :
– Cubitus (ulna)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Incapacité ou difficulté à repousser, à bloquer, à me protéger ou à protéger les miens des attaques ou des agressions de l’autre.
Incapacité ou difficulté à éloigner, à repousser l’autre pour me protéger ou pour protéger les miens
Incapacité ou difficulté à écarter le danger de moi ou des miens
Se sentir utilisé sans réussir ou sans pouvoir refuser
Incapacité ou difficulté à demander
– Épaule (dans sa globalité)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
À cause de ce vice / de ce défaut / de cette faiblesse / de ma maladie / je ne mérite pas d’être considéré ou de conserver ce que j’ai de plus cher à mes yeux
Besoin de soutien
« Je n’ai pas su ou je ne sais pas comment aider ou soutenir l’autre »
Une décision difficile à prendre
« Je me suis senti déshonoré, ou je me sens déshonoré par ma faiblesse / ma maladie / mon défaut /… »

Dans sa partie gléno-humérale (partie spécifique et importante de l’épaule), le stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale sera en lien avec :
Au plus près du bonheur : dévalorisation dans la notion de ne pas réussir à se rapprocher du bonheur ou de l’avoir laissé s’échapper
« Je n’arrive pas à me rapprocher de ce que j’ai de plus cher à mes yeux / de mon bonheur »
Séparation avec ce qu’on a de plus précieux à nos yeux, associé à un désir de le rattraper, de le ramener près de nous pour le conserver
« Incapacité ou difficulté à lutter, à trouver ce qu’il faut faire pour conserver ce que j’ai de plus important dans ma vie »
Opposition avec un être que nous aimons
– Radius / Scaphoïde (une des nombreuses articulations du poignet)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Évasion
Protéger son départ, sa fuite
« Je me sens enfermé, je n’ai qu’une envie c’est de m’enfuir, fuir cette autorité, cette personne, cette situation mais je n’y arrive pas »
« Je veux faire sortir l’autre de mon périmètre de sécurité »
« Je veux sortir de ma fonction, changer de rôle dans la vie (peut être une envie de changer de métier par ex) »
« Je n’arrive pas à me protéger de mes addictions, à mettre une barrière entre elles et moi »
Incapacité ou difficulté à conquérir un territoire
– Index 3e phalange (P3)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
« J’aurais mieux fait de me taire, maintenant me voilà exclu »
Difficulté à commencer le chemin
« Entre deux directions, je ne sais laquelle choisir »
Révélation ayant entraîné un drame
Secret honteux
« Je voudrais faire taire ces accusations »
Mémoire d’enfant mis de côté
Le bassin
Le bassin représente le récipient, le vase sacré prêts à accueillir le plus beau des cadeaux, la plus belle des offrandes : la vie.Il est ce four alchimique, ce lieu magique et incompréhensible où la vie prend forme, où ce qui est sacré dans notre existence prend vie.
Les ailes iliaques entourant le sacrum apporteront alors la reconnaissance à notre représenté du sacré, tandis que le sacrum nous parlera de ce que nous sommes prêts à faire, à vivre et à sacrifier pour lui
Quelques os ou articulations du bassin :
– Sacrum
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Sacrifice
Incapacité ou difficulté à créer
Se sentir mis de coté, sacrifié
Ne pas avoir été choisi
Incapacité ou difficulté à faire un enfant
Mémoire de grossesse cachée
Mémoire d’un Amour caché / passé sous silence
« je dois cacher ma joie » : pour vivre heureux vivons cachés
Mémoire d’enfant non désiré
– Pubis
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Dévalorisation par rapport à la performance sexuelle
Dévalorisation en lien avec une mauvaise cohésion sexuelle avec l’autre : on ne s’accorde pas au lit
Mémoire de héros dans la famille
« Incapacité ou difficulté à être au niveau qu’on attend de moi »
« Nous n’arrivons pas à accorder nos désirs »
Cohésion difficile avec l’autre / avec les autres
Le membre inférieur
Le membre inferieur nous parle de notre capacité à nous mouvoir et à franchir les obstacles sur notre chemin de vie. Il témoigne de notre faculté à avancer ou à reculer, à aller de l’avant ou à prendre du recul, à affronter le danger ou, au contraire, à le fuir. Il révèle notre capacité à nous rapprocher des lieux et des gens que nous aimons, mais aussi celle à nous éloigner de ceux qui nous font mal. Symbole de notre liberté de mouvement, il est le gardien de notre autonomie, de notre indépendance au sein de la société.Le fémur, par exemple, parlera de notre capacité à affronter l’autre et à nous opposer à lui au besoin. A l’inverse, le genou, lui nous apprend à reconnaître une juste autorité et à nous y soumettre, en toute humilité, quand cela est nécessaire, afin de trouver notre place au sein du clan.
Quelques os et articulations du membre inférieur :
– Rotule (patela) :
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Projet bloqué
Dévalorisation en lien avec un manque d’efficacité (en amour, travail, sport, par rapport à l’enfant, …)
« Je n’en peux plus de faire autant d’efforts pour si peu de résultat, j’aimerais avoir la formule magique pour augmenter mon efficacité »
« Je voudrais réussir à travailler moins et en faire plus ou travailler autant mais avoir plus de résultat »
Problématique de rendement
« Je me sens inefficace, on m’en demande plus que je ne peux fournir »
– Tibia
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Incapacité ou difficulté à apporter ce qu’il faut à l’autre / à répondre à ses besoins essentiels
Incapacité ou difficulté à partir ou à quitter cette situation dans laquelle je me sens enfermé
Incapacité ou difficulté à empêcher l’autre de faire de moi ce qu’il veut
Rancœur incompréhensible
Problématique autour d’un instrument de musique
Incapacité ou difficulté à faire ce qu’il faut pour avancer
Incapacité ou difficulté à faire grandir (un enfant / un projet / un amour / un travail)
Culpabilité
– Calcanéum (calcanéus) (os du talon.)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Impuissant à m’opposer, à résister à ses attaques ou à les repousser
« Je ne me sens pas de taille à lutter contre l’autre, à le vaincre »
Lutte pour la première place / ne pas vouloir être à la 2e place (amour, travail…)
« Incapacité ou difficulté à prendre ou à récupérer ma place »|
Sensation d’usurper une place ou conflit avec quelqu’un qui nous vole notre place
Mémoire de changement de nom / d’identité
Avoir dû mettre de côté un projet ou ne pas réussir à le faire
Difficulté à commencer par peur de ce que nous pourrions découvrir
« Ma soif de découverte m’empêche de prendre une véritable place dans le monde »
Combat inégal
-Péroné (fibula)/ Astragale (talus) (partie externe de la cheville)
La cheville est composée de trois articulations : tibia-péroné, péroné-astragale, tibia-astragale.
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
« Je me sens prisonnier entre ces deux personnes, je voudrais les réunir sans y parvenir »
Séparation avec ressenti d’abandon
Sensation d’être exploité
« L’autre fait de moi ce qu’il veut sans rien me donner en retour »
« Je dois rester, mais je veux me séparer ou à l’inverse je veux rester mais je dois me séparer »
« Je veux rompre le sort qui s’acharne sur moi ou les miens »
« Chacun veut faire de moi ce qu’il veut, mais qui s’occupe de mes désirs et de mes besoins ? »
Colonne vertébrale
La colonne vertébrale est la gardienne de la moelle épinière. Elle est l’armée qui protège le transit des informations essentielles à notre survie et à l’accomplissement de nos rêves.
Dans cette armée, la colonne cervicale sera comme l’avant-garde, la tour de contrôle qui révélera notre capacité à communiquer avec l’autre et à donner l’alarme en cas de danger sur le chemin. C’est par les cervicales que le chef (représenté par la tête) pourra s’adresser à l’ensemble des troupes (représenté par le reste du corps) et les guider vers l’accomplissement de leur mission. La colonne dorsale sera, quant à elle, comme le gros de l’armée. Elle parlera de notre capacité à assurer ou à obtenir le soutien et la protection de tout ce qui est nécessaire à notre vie. Egalement indicateur de l’image que nous avons de nous-mêmes, la colonne dorsale nous révélera tout ce que nous n’aurons pas réussi à exprimer aux autres par peur de leurs réactions.
La colonne lombaire sera le socle, la base sur laquelle on pourra s’appuyer pour grandir. Elle parlera de notre relation à l’autre et de notre capacité à créer des liens. Elle dévoilera aussi notre capacité à établir et à respecter nos règles de vie, tout en sachant les modifier au fil du temps si elles ne nous sont plus utiles.
Le sacrum,de son coté, sera la partie sacrée de nous-mêmes, la flamme qui nous anime, le moteur profond qui meut notre être, la croyance pour laquelle on est prêt à se battre. Il nous parlera de notre capacité à nous sacrifier pour les autres ou pour vivre et accomplir notre œuvre. Le coccyx, pour sa part, sera comme l’arrière-garde protégeant l’ensemble d’une attaque par derrière. Vestige de la queue, il nous permettra de changer de direction ou d’orientation pour nous conduire vers nos rêves.
Quelques exemples de vertèbres ou d’articulations intervertébrales :
– C4 (4e cervicale)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Forcé ou avoir été forcé
Je n’ai pas la force de communiquer avec mon père / avec l’homme / l’autorité.
« Ouvrir sa gueule »
Se sentir forcé de dire ce que nous ne voulons pas
Demande au père / à l’homme / à l’autorité impossible
Brisée par l’Amour / amour cassé
Demande d’amour
Homme idéalisé
Impuissant à vivre l’amour
Manque de force, de puissance, de volonté pour affronter l’autre
Affrontement à l’autorité
entre deux / médiateur / « avoir le cul entre deux chaises »
compromis dans la communication
– D6 (Th6) (6e vertèbre thoracique)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Désir d’enfant
Mémoire de conception problématique
« Incompris, je me sens enfermé et limité »
Blocage professionnel
Monstruosité que nous voudrions nettoyer
Interrogation sur le travail qui nous bloque
Perte de territoire
Forcer à se battre, à affronter l’autre, alors que nous voudrions la paix
« Incapacité ou difficulté à dire à l’autre que je n’ai pas compris par peur de sa réaction »
Mémoire d’accident de voiture (histoire avec un klaxon)
« Peur de me mélanger aux autres »
– C7 / D1 (Th1) (articulation entre la base du cou et le haut du dos)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Mort vivant : entre la vie et la mort, « je survis au lieu de vivre »
« Je veux lui redonner vie » : deuil non fait
Mémoire de mort d’un premier-né
Mémoire de mort d’un papa dont le deuil n’a pas pu se faire
« Incapacité ou difficulté à répondre aux espoirs qu’on a placés sur moi »
Parole qui tue : blessé par ces propos injustes
Insultes
Violence verbale mal vécue
coupable de vouloir retenir quelqu’un ou quelque chose
« Je n’ose exprimer à l’autre que je veux le prendre dans mes bras »
Mémoire de départ subit sans que nous ayons pu vraiment dire au revoir
Ne pas vouloir se soumettre dans une rivalité
Rivalité cachée
– L5 / S1 (Articulation souvent sujette aux hernies) :
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
« Pris au piège, je ne peux ou ne veux plus reculer »
« Je me sens mis de côté, sacrifié par l’autre, je me tais et encaisse les coups, de peur de perdre l’autre »
Sacrifice dans ou pour l’union
« Incapacité ou difficulté à réaliser ET mes projets ET mon amour, je dois en mettre un de côté pour avancer »
« Maintenant que j’ai commencé, je dois continuer, mais je ne veux pas »
« Maintenant que j’ai commencé, je veux continuer, mais je ne dois pas »
« J’aurais voulu pouvoir l’impressionner sans y parvenir »
« Je suis bloqué ici alors que j’ai tant envie d’aller là-bas »
« Je veux retenir l’autre mais j’ai peur de ne pas pouvoir y arriver et de devoir le laisserpartir (peut-être un enfant / un compagnon / …) »
Sacrifice par rapport à un projet ou sacrifice d’un projet pour l’autre
Devoir ou vouloir mettre de côté un projet
Pris entre le père et l’enfant
Cage thoracique
Elle représente notre armure ou notre carapace, celle qui nous enferme ou nous protège des attaques extérieures. Le sternum, avec sa forme d’épée, viendra nous parler de notre capacité à conquérir ou à défendre un territoire ou une croyance. Il nous parlera aussi de notre capacité à protéger notre vie et celle de nos proches.
Le sternum et les côtes, quant à eux, parleront du couple, de l’association – en nous et dans notre vie – du féminin avec le masculin. La cage thoracique sera alors le révélateur de notre faculté à conquérir l’amour et de notre capacité à le protéger, sans pour autant l’enfermer une fois que nous l’avons rencontré.
Quelques os de la cage thoracique :
– K1 (la première côte en relation avec la première vertèbre thoracique) :
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
« J’ai besoin d’un soutien, d’un point d’appui pour gravir l’échelle sociale ou pour aller en haut » (lien avec le pyramidal)
Mémoire de gens tout en bas ne rêvant que de monter
Histoire en lien avec une gifle reçue ou donnée (réelle, symbolique, imaginaire)
« Dans ce combat inégal je ne suis pas sûr d’avoir le dessus »
Silence / mutisme de la femme
Silence insupportable dans le couple
Enfreindre une règle dans le couple
Problématique autour de l’enfant dans le couple
Commencement difficile voir impossible d’un couple / d’une association
Guerre dans le couple / dans une association
– K11 (relation avec la 11e vertèbre thoracique) :
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Coup de gueule dans le couple
Couple brisé / cassé
Femme brisée
Affrontement dans le couple
« Je veux la retenir, l’empêcher de partir »
« Je veux être forte / indépendante, montrer aux autre que je peux me débrouiller seule »
Affrontement pouvant mener à l’anéantissement
Impuissant à me battre jusqu’au bout
« Isolé et perdu, je me sens sans protection »
Crâne
Le crâne sera le garant de notre liberté de penser, de notre liberté de croire, mais surtout de celle de rêver : rêver notre vie pour ensuite vivre nos rêves. Le crâne sera le révélateur de notre capacité à faire descendre dans la matière nos aspirations les plus profondes.
L’os frontal ou os coronal représentera notre territoire, notre royaume terrestre et parlera de notre capacité à planifier et à construire notre vie quotidienne. Le temporal apportera à ce royaume terrestre le royaume céleste, celui où règne l’irrationnel, et où nos croyances permettront à notre vie de prendre son sens. L’union du sphénoïde et de l’occiput offrira à ces deux royaumes une base solide et une cohérence qui leur permettra de grandir ensemble, chacun apportant à l’autre ce qui lui manque. Les pariétaux serviront alors à placer les barrières qui permettront de délimiter les frontières de ce royaume éclairé, afin que chacun se sente en sécurité. De cette manière, chacun pourra se sentir à sa place et libre de vivre sa vie en accord avec ses pensées et ses croyances, sans pour autant se laisser enfermer par elles ou par celles des autres.
– Frontal (os coronal)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Secret pouvant nous faire souffrir
Planifier ou organiser quelque chose
« Incapacité ou difficulté à effectuer ce que j’avais planifié / à protéger mes plans » (voir le plan dans notre vie qui s’écroule ou qui a été mal effectué ou qui a été volé, attaqué)
Stress en lien avec la planification de projet
Perte de repère
Incapacité ou difficulté à prendre la première place
Responsabilité trop lourde
Cohabitation très difficile avec quelqu’un d’autre avec désir de séparation ou peur de cette séparation (travail / à la maison, etc…)
Incapacité ou difficulté à échanger avec l’autre
« Incapacité ou difficulté à exprimer ce que je pense »
Incapacité ou difficulté à anticiper
Incapable de choisir entre deux solutions
– SSB (symphyse spheno basilaire)
Stress à chercher dans la vie et/ou dans l’histoire familiale, en lien avec :
Ne pas avoir été ou peur de ne pas pouvoir être à la hauteur (Amour / travail)
« Peur que mon incompétence face tout rater »
« Peur de ne pas avoir les compétences pour faire grandir mon entreprise »
Manque de cohésion
« Peur de ne pas réussir à faire vivre mes idées »
« Peur de ne pas avoir une base assez solide pour grandir / pour construire mon rêve »

(*) Edition Le Dauphin Blanc

Par Thibault Fortuner

Ostéopathe de formation, conférencier en Europe et au Canada, Thibault Fortuner cherche à faire se rencontrer deux mondes : celui rationnel de la science (par l’anatomie/la physio(patho)logie/l’éthologie) et celui irrationnel du symbole (par le Tarot, La langue des oiseaux). Ses objectifs sont de comprendre concrètement, dans la vie et les mémoires de chacun, la cause, le sens ainsi que la leçon possible de nos blocages, afin d’en extraire un « comment » pour les dépasser.
Infos : www.thibaultfortuner.com