Comme je vous le disais la semaine dernière, le mariage de ma dévouée collaboratrice a quelque peu bousculé mon planning en ne me laissant pas le temps de rédiger la newsletter d’aujourd’hui. En lieu et place de mon billet hebdomadaire, je vous propose de lire l’article d’une excellente consoeur,  journaliste scientifique au magazine Science & Avenir. Son thème ?  Les bienfaits de la danse pour le cerveau !  On savait déjà que l’activité physique est très bénéfique pour les neurones.  Le sport aérobique, en particulier, profite énormément à l’hippocampe, une région  cérébrale impliquée dans le processus de mémorisation. En s’activant et en s’oxygénant, on peut empêcher le vieillissement de la matière grise et favoriser la neurogenèse, autrement dit la production de nouveaux neurones, et ce à tous les âges de la vie ! Mais à l’Université de Madgebourg, en Allemagne, des chercheurs ont fait une découverte supplémentaire. En comparant les effets du fitness et ceux de la danse, ils ont constaté que cette deuxième forme d’exercice ne stimulait pas seulement l’hippocampe. Imagerie à résonance magnétique à l’appui,  deux autres zones du cerveau augmentent de volume chez les danseuses et les danseurs. Et le fait de danser entraîne aussi de meilleurs scores aux tests d’équilibre, ce qui est particulièrement profitable aux personnes âgées.  Alors, qu’est-ce que vous attendez pour vous mettre à la salsa ou au chachacha, au tango ou au mambo ? Entrez dans la danse, c’est une voie royale vers la santé globale.

Yves Rasir