La véronique (Veronica beccabunga)

Une plante aquatique

La véronique beccabunga (de l’allemand Bachbunge) aime pousser les pieds dans l’eau des ruisseaux aux eaux claires ou dans les lieux constamment humides. Elle se reconnaît facilement à ses tiges cylindriques, dressées, rougeâtres, qui portent des feuilles opposées, charnues, légèrement dentées, et de jolies petites fleurs bleu tendre à quatre pétales. Lire la suite

Le tilleul (Tilia Cordata)

Dans les bois et les parcs

Le tilleul est un arbre fréquent, tant à l’état sauvage dans nos rares forêts naturelles que planté pour ombrager les parcs et les allées. Il se reconnait aisément à ses feuilles en forme de cœur et à sa floraison parfumée qui attire les abeilles au début de l’été. Deux espèces sont natives dans nos régions, le tilleul à petites feuilles et le tilleul à larges feuilles. C’est l’hybride obtenu par croisement des deux espèces que l’on cultive le plus fréquemment. Lire la suite

La stellaire (Stellaria media)

Le mouron des oiseaux

Cette plante aux noms multiples couvre le sol des endroits frais d’un épais tapis vert. Elle affectionne les lisières des bois, le couvert des épicéas isolés, le pied des murs, et les jardins. C’est en effet une « mauvaise herbe » des plus communes. Son nom populaire, qui vient de ce que les oiseaux aiment ses innombrables graines, risque toutefois de la faire confondre avec le mouron rouge (Anagallis arvensis), faiblement toxique. Lire la suite

L’égopode (Aegopodium podagraria)

Une terrible «mauvaise herbe»

Tous les jardiniers connaissent cette plante aux longs rhizomes traçants qui envahit leurs cultures. Elle indique qu’il y a longtemps poussait là la forêt, qui est son habitat naturel. Lire la suite

L’ ortie (Urtica dioica)

Une plante facile à reconnaître

L’ortie pousse au bord des chemins, dans les décombres et autour des chalets d’alpage : elle affectionne les lieux fumés par le bétail. On l’identifie sans difficulté à ses feuilles opposées et dentées, couvertes tout comme ses tiges de poils urticants. Lire la suite

L’ aspérule odorante

La reine des bois

Les sous-bois frais des forêts de hêtres se parent au printemps de colonies d’aspérules qui percent à travers l’épaisse litière. Lire la suite

L’ ail des ours

Dès le début du printemps, les sous-bois frais se tapissent par endroits de larges feuilles vertes, que l’on pourrait prendre pour du muguet. Lire la suite

La violette

Le nom évoque une couleur et une délicieuse odeur, suave à s’en pâmer… Lire la suite

Le pissenlit

Quand les beaux jours sont revenus, les prairies se transforment pour quelque temps en véritables tapis d’or. Joli spectacle, dû aux fumures trop copieuses, qui ont terrible¬ment appauvri la flore. Lire la suite

Le plantain

Lorsque l’hiver est venu, bien peu de plantes s’offrent encore à notre gourmandise. Heureusement, il en est quelques-unes qui résistent bravement aux rigueurs de la saison. Le plantain est l’une d’entre elles. Lire la suite

Le cynorrhodon

Tout le monde peut voir au printemps des buissons élégants se couvrir de roses miniatures. Lire la suite

Néosanté Edition