Que penser de L’URINOTHÉRAPIE ?

ARTICLE N° 74 Par Sandra franrenet

L‘urinothérapie consiste à boire son pipi et/ou à se l’appliquer sur la peau. Cette méthode souvent tournée en dérision est-elle vraiment farfelue ou mérite-t-elle que la médecine s’y intéresse ? Après sa petite enquête, Sandra Franrenet penche pour la seconde hypothèse. Loin d’être le déchet que l’on imagine, l’urine possède des vertus autrefois reconnues et redécouvertes aujourd’hui par la science. Lire la suite

THÉRAPIE TIPI: Quand le ressenti corporel guérit

ARTICLE N° 73 Par Emmanuel Duquoc

Il y a un an, Néosanté publiait des extraits du livre « Revivre Sensoriellement ». Luc Nicon, ancien chercheur en pédagogie, y exposait sa découverte : un processus à la portée de tous, faisant appel au ressenti corporel et capable de réguler en un instant les perturbations émotionnelles. Séduits par la simplicité de l’outil et après avoir éprouvé son efficacité, nous avons cherché à savoir s’il pouvait aussi soigner le corps. Effectivement, la chose est peu répandue mais elle existe. Des particuliers l’utilisent à cette fin et un thérapeute bien connu des lecteurs de Néosanté l’a mis au centre de sa pratique, semble-t-il avec succès… Lire la suite

HIPPOTHÉRAPIE Le cheval à l’écoute des âmes

ARTICLE N° 72 Par Sandra Franrenet

La parole est d’argent mais le silence est d’or. Voilà un adage que l’on pourrait adapter aux chevaux. Sans la moindre parole, ces thérapeutes à quatre jambes chuchotent à l’oreille de qui veut les entendre ce que notre inconscient recèle, et nous obligent à être en phase avec nos émotions. Lire la suite

LA VIOLENCE ÉDUCATIVE, fait le lit des maladies

ARTICLE N° 71 Par Emmanuel Duquoc

Les fessées de l’enfance peuvent-elles provoquer un cancer adulte ? La question peut paraître saugrenue. Pourtant, les preuves s’accumulent de l’incidence de la violence éducative ordinaire sur la santé mentale, les comportements et l’incidence des grandes maladies comme le cancer et les maladies cardio-vasculaires. Quant à la manière d’y remédier, la question fait débat. Lire la suite

Sortir de l’ancien paradigme

ARTICLE N° 70 Par Daniella Conti

La médecine nouvelle du Dr Hamer a changé notre regard sur la maladie : nous ne la voyons plus comme « mauvaise » mais comme intelligente et utile. Et pourtant, notre langage révèle encore la résistance de quelques vieux concepts ! S’appuyant sur sa pratique des constellations familiales et sur les découvertes de la physique quantique, la thérapeute franco-italienne Daniella Conti nous a fait parvenir cet article où elle s’insurge notamment contre la notion de « parent toxique » et contre la vision d’un « cerveau stratégique » séparé du corps. Un article en forme d’appel à une révolution de conscience. Lire la suite

Se libérer des traumatismes émotionnels

ARTICLE N° 66 Par Yves Wauthier-Freymann

Parmi les nombreuses techniques de libération émotionnelle mises en œuvre dans les thérapies brèves, la toute récente méthode T.R.E (Trauma Releasing Exercises™) de l’Américain David Bercelli nous semble particulièrement novatrice et potentiellement compatible avec la médecine nouvelle du Dr Hamer . Elle vise notamment à stimuler le tremblement corporel post-traumatique observable chez les animaux en train de guérir spontanément, un phénomène que le Dr Hamer a qualifié de « crise épileptoïde » signalant la résolution d’un conflit biologique. Nous avons demandé à Yves Wauthier-Freymann,
traducteur du livre de David Bercelli et promoteur de la méthode T.R.E en Europe, de nous en résumer les grandes lignes.
Lire la suite

Prématurité et transgénérationnel: Lien ou coïncidence ?

ARTICLE N° 69 Par Adeline Adamski

Chaque année, dans le monde, treize millions de nouveau-nés naissent prématurément. Cela représente une naissance sur dix. La science médicale a identifié le stress de la femme enceinte comme facteur de risque, mais elle n’a toujours pas d’explication sur les causes de ces fins de grossesses anticipées qui sont dangereuses pour la santé et le développement psychomoteur des enfants prématurés. Et si les accouchements avant terme étaient en lien avec des événements plus anciens vécus par les aïeux de ces bébés trop pressés ? À l’école de sages-femmes de Mons, en Belgique, on ose poser ouvertement la question des influences transgénérationelles. Et chaque année, des étudiantes de dernière année remettent des travaux qui se risquent sur le terrain psychogénéalogique. Publié initialement sur le site Généasens du psychanalyste Pierre Ramaut, le présent article est précisément le résumé d’un mémoire s’interrogeant sur le rapport entre la prématurité et les mémoires généalogiques. Lire la suite

CANCER : une stratégie thérapeutique intégrative

ARTICLE N° 68 Par Henri Inoudjal

Cet article présente une réflexion et une proposition stratégique de thérapie qui pourrait influencer, de façon positive, la biologie. Elle pourrait s’avérer une aide précieuse aux personnes atteintes d’un cancer, ainsi qu’à celles qui voudraient s’en prémunir. Lire la suite

Les cinq tibétains: se faire du bien…sans se faire mal

ARTICLE N° 67 Par Emmanuel Duquoc

Ils font le buzz sur Internet et ils ont donné lieu à une floraison de livres à succès. Les Cinq tibétains, une série de cinq mouvements apparentés au yoga, sont décrits comme une ancienne pratique secrète aux extraordinaires effets rajeunissants. Si leur authenticité est sujette à caution, ils constituent des exercices simples d’entretien corporels… à condition de les pratiquer correctement. Nous les avons soumis au regard d’une professeure de yoga pour vous permettre d’en tirer le meilleur et d’éviter les inconvénients. Lire la suite

La nouvelle cohérence cardiaque

ARTICLE N° 65 Par Emmanuel Duquoc

En 2001, dans son ouvrage best-seller « Guérir », le docteur David Servan Schreiber décrivait pour la première fois en langue française une technique de contrôle des variations du cœur qui améliorait l’état émotionnel et la santé. Aujourd’hui, la cohérence cardiaque est pratiquée par des pilotes de chasse, des contrôleurs aériens, des sportifs et proposée par le CHRU de Lille dans le traitement du stress et de la dépression. Formé à ce puissant outil de régulation émotionnelle en 2011, j’ai été amené récemment à proposer une modification de la pratique. Je vous la livre en exclusivité. Lire la suite

STRESS : relativiser ou agir ?

ARTICLE N° 64 Par Emmanuel Duquoc

Pour le décodage biologique, la cause est entendue : les événements perturbants, lorsqu’ils nous paralysent et sont vécus dans l’isolement, sont pathogènes. Alors que faire lorsque nous sommes pris à partie par une perturbation émotionnelle, stressés, voire traumatisés ? Relativiser ou s’exprimer ? Agir ou intérioriser ?
Petit tour d’horizon des différents moyens de réguler nos émotions et de leurs effets respectifs…
Lire la suite

Des tranchées de 14-18 à la planète Mars DÉCODAGE D’UNE PEUR PARENTALE

ARTICLE N° 63 Par Geneviève Mairesse

Belle synchronicité ! Alors que nous discutions avec Pierre Ramaut des modalités de publication de son dossier sur les fantômes de 14-18 (voir page 6 et suivantes), nous avons été contactés par la thérapeute Geneviève Mairesse qui souhaitait précisément témoigner de la présence de telles mémoires traumatiques liées à la grande guerre. Nous l’avons incitée à mettre ce témoignage sur papier pour illustrer comment la psychogénéalogie et la biologie totale des êtres vivants pouvaient concrètement servir à identifier et à désamorcer des peurs inconscientes ou des états de mal-être en rapport avec le vécu de nos ancêtres il y a un siècle. Voici ce récit qui nous transporte des tranchées de l’Yser à une réplication de la vie sur la planète Mars. Lire la suite

L’arbre généalogique « express » du Dr Van den Bogaert

ARTICLE N° 62 Par Sandra Franrenet, avec le Dr Eduard Van den Bogaert

Comme nous l’avons souligné le mois dernier avec l’interview d’Anne Ancelin-Schützenberger, la psychogénéalogie occupe une place prépondérante parmi les approches associées au décodage des maladies. Pour résoudre un conflit pathogène, il est souvent nécessaire d’en retrouver la source transgénératitionnelle et d’en libérer la charge émotionnelle. Histoire d’accélérer ce travail, le Dr Eduard Van den Bogaert a conçu un outil thérapeutique à la fois inédit et accessible à tous : un « arbre généalogique express » qui fait appel aux ressources de l’inconscient et à l’hypnose éricksonienne. Un croquis rapide pour se changer la vie, un petit dessin pour retrouver la maîtrise de son destin ! Lire la suite

OSTÉOPATHIE et transgénérationel

ARTICLE N° 61 Par Pierre Hammond

Que l’ostéopathie soit à même de lever des blocages émotionnels, ce n’est pas surprenant. Ce qui l’est d’avantage, c’est que la « lecture » du corps et du crâne par un ostéopathe puisse le mettre sur la piste de conflits trouvant leur origine dans l’arbre généalogique. Pierre Hammond, qui fut le pionnier en France de l’ostéopathie cranio-faciale, a développé une approche particulière qui consiste à évaluer l’équilibre entre les « sphères et les « triangles » des structures osseuses et des tissus mous. Leur dysharmonie s’exprime par des « torsions » qui seraient l’indice d’un passé douloureux vécu par les aïeux et transmis inconsciemment à la descendance. Schémas à l’appui, son concepteur nous explique sa découverte du lien entre le langage corporel et l’héritage transgénérationnel. Lire la suite

Un chemin pour « Être bien »

ARTICLE N° 60 Par Joseph Stutz

Joseph Stutz n’est ni médecin ni thérapeute. Mais ce septuagénaire suisse s’intéresse depuis son plus jeune âge à la qualité de vie de l’être humain. Durant la maladie d’Alzheimer de sa femme, il a cherché à déterminer les origines et causes du mal-être psychologique et des maladies. Riche de ses expériences et découvertes, il a écrit le livre « Être bien » pour transmettre à l’Homme les clés du bonheur, en le rendant conscient qu’il en est seul responsable. Après plusieurs éditions pour la Suisse dépassant 250 000 exemplaires, ce best-seller inattendu commence à « faire le buzz » dans les autres pays francophones. Pour Néosanté, son auteur a accepté de résumer les grandes lignes d’un ouvrage véritablement plébiscité par ses lecteurs. Lire la suite

STEVE JOBS Décodage de sa vie et de ses maladies

ARTICLE N° 59 Par Laurent Jacot

Qui était Steve Jobs ? Très certainement un entrepreneur hors du commun pour avoir fondé l’empire Apple et avoir initié les innombrables innovations de la marque à la pomme. Mais comme tout le monde, ce génial self-made man était aussi le produit de ses conflits inconscients. Sa biographie et les éléments de son histoire familiale permettent de comprendre les pathologies qu’il a développées, ses traits de caractère, certains de ses comportements, ainsi que les raisons de sa réussite exceptionnelle. Au-delà de l’éclairage sur le destin de Steve Jobs, cet exercice de décodage nous donne matière à réflexion sur les vraies valeurs de la vie. Lire la suite

LE CORPS, un raccourci vers l’âme?

ARTICLE N° 58 Par Paul Degryse

Bien que centrée sur l’origine psycho-émotionnelle des maladies , la revue Néosanté se garde bien de préconiser la seule médecine du psychisme et des émotions. A nos yeux, le chemin « somatopsychique » est au contraire une voie de prévention et de guérison à laquelle aucune forme de psychothérapie ne devrait se prétendre supérieure. De même, aucune approche spirituelle de la santé ne nous semble saine quand elle néglige la dimension sensorielle et corporelle de l’existence humaine. C’est pourquoi nous accordons une place privilégiée au chamanisme, dont la spiritualité incarnée repose sur la sacralisation de la nature et la médiation du corps. Dans la foulée de son interview du mois dernier, Paul Degryse nous propose précisément d’envisager le corps – qui est lumière et énergie – comme l’accès le plus direct vers l’âme. Lire la suite

TÉTANOS Le mirage de la vaccination

ARTICLE N° 57 Par Françoise Joët

Qui n’a pas tremblé devant le spectre du tétanos après une blessure, une piqûre de rosier, ou une brûlure ? Les autorités médicales, depuis qu’il existe un vaccin, ont tellement martelé la peur dans nos esprits en dressant un tableau très noir de la maladie et en nous persuadant que seule la vaccination était salvatrice, que bien peu d’entre nous prennent le temps de réfléchir et de considérer avec bon sens la réalité des faits. A l’occasion de la réédition de son livre sur le sujet , Françoise Joët apporte un éclairage indispensable en commençant par poser les trois questions qui dérangent la religion vaccinaliste et qui devraient interpeler tous ses fidèles. Lire la suite

LES JAMBES ET LA TÊTE Faire du sport améliore les capacités intellectuelles

ARTICLE N° 56 Par Luc Ruidant

L’effet bénéfique d’une activité sportive régulière sur notre santé ne fait plus de doute depuis longtemps. Désormais, s’accumulent aussi les preuves d’un lien direct entre l’exercice physique et la dynamique cérébrale. De récentes études montrent que le sport joue un rôle non négligeable dans le développement du cerveau et que les sportifs de haut niveau possèdent des capacités cognitives particulières, expliquant leur rendement de calibre supérieur. Pareils travaux infirment les préjugés antisport et confirment que le corps sain et l’esprit sain sont les deux faces d’une même médaille somatopsychique. Lire la suite

CHIMIOTHÉRAPIE La vérité très indésirable

ARTICLE N° 55 Par Sylvie Simon

Couper, brûler, empoisonner : malgré son échec patent, la thérapie classique du cancer repose toujours sur ce trépied guerrier. La chimio, surtout, passe pour une arme indispensable de l’ arsenal allopathique. Et même les « médecines douces » proposent davantage des approches complémentaires que des alternatives. Mais savez-vous que la guerre chimique aux cellules cancereuses ne fait pas l’unanimité et que ses victoires sont contestées depuis longtemps par de nombreux oncologues ? Et savez-vous que la chimiothérapie est même soupçonnée par des chercheurs de favoriser l’expansion des tumeurs ? Tour d’horizon des voix dissonantes avec la journaliste Sylvie Simon. Lire la suite

AUTISME « Comment mon fils a été guéri »

ARTICLE N° 54 Par Senta Depuydt

L’autisme demeure une maladie très mystérieuse. Et comme pour beaucoup d’autres troubles qu’elle comprend mal, la science médicale privilégie actuellement les explications génétique et bactérienne. Mais il existe aussi des approches alternatives qui incriminent de plus en plus le rôle de l’alimentation et celui des métaux lourds, notamment le mercure vaccinal. Confrontée au drame peu après que son fils ait reçu deux vaccins, une maman belge a longuement investigué sur ces nouveaux traitements et a appliqué les protocoles mis au point à l’Autism Research Institute de San diego (USA). Maintenant que son enfant a retrouvé toutes ses facultés intellectuelles et relationnelles,
Senta Depuydt organise des conférences et week-ends d’information à l’intention d’autres parents désemparés.
Pour Néosanté, elle témoigne de ce parcours de guérison et raconte ce « voyage aller-retour au pays de l’autisme ».
Lire la suite

Culpabilité : l’émotion qui tue !

ARTICLE N° 53 Par Gilles Gandy

Parmi les causes psychoémotionnelles qui peuvent être à l’origine de certaines maladies, les sentiments de honte et de culpabilité sont souvent passés sous silence, sans doute parce que les thérapeutes eux-mêmes n’en sont pas très conscients. Pourtant, il semble bien que les émotions liées à la culpabilité soient parmi les plus déstabilisatrices pour l’être humain ! Pire : elles pourraient être la cause principale de nombreuses maladies. Auteur d’un livre récent sur le sujet (*), Gilles Gandy nous en déflore les conclusions essentielles. En commençant par le commencement, c’est-dire la Genèse… Lire la suite

ALZHEIMER : maladie de l’âme ?

ARTICLE N° 52 Par Joël Monzée

Fléau que ne rien semble pouvoir arrêter, la maladie d’Alzheimer n’est pourtant pas une fatalité. Si certains facteurs de risque sont relativement bien connus, il en est d’autres – comme la consommation de médicaments psychotropes – qui le sont beaucoup moins. Et parmi les moyens de prévention, il en est qui sont carrément ignorés, comme la méditation ou la pensée positive. Dans cet article qui fait le point des connaissances sur le cerveau, le Dr en neurosciences Joël Monzée insiste sur la nécessité d’apporter du sens à l’existence, et ce dès l’enfance ! Lire la suite

ANOREXIE La nécessité d’un regard holistique

ARTICLE N° 51 Par Dimitri Jacques

Les troubles du comportement alimentaire, et singulièrement l’anorexie, prennent très clairement leur source dans une problématique psycho-émotionnelle. Pour l’inconscient, en effet, il n’existe pas de différence entre nourriture affective et nourriture réelle. Cette façon suicidaire d’affamer son corps et de chercher la maigreur est donc une façon d’attirer l’attention sur une détresse intérieure et des carences qui n’ont rien de nutritionnel. Ayant lui-même traversé une crise existentielle de cet ordre, Dimitri Jacques s‘est spécialisé dans l’accompagnement des personnes qui en souffrent. Dans le livre qu’il vient de publier (*), ce naturopathe français tente de décrypter « le message de l’anorexie » en confrontant plusieurs explications et éclairages. S’il lui manque le regard psychobiologique cher à Néosanté, cet ouvrage a néanmoins le mérite d’envisager le sens de l’anorexie sous différents angles qui se complètent sans s’exclure. Et mieux comprendre un trouble comme celui-là, c’est déjà faire œuvre thérapeutique. Lire la suite

VACCINS : on nous a bien menti !

ARTICLE N° 50 Par Jean-Pierre Joseph

Et si le dogme suivant lequel les vaccins nous protègent des maladies était faux ? Cette question, l’avocat français Jean-Pierre Joseph a eu le courage de se la poser et d’aller chercher des réponses en affrontant la pensée médicale unique. Il a partagé ses découvertes dans son ouvrage « Vaccins, on nous aurait menti ? », dont la 3e édition revue et augmentée vient de sortir en librairie. Pour Néosanté, cet ardent défenseur de la vérité revient sur l’origine de son combat, résume les raisons qui le poussent à mettre en doute la théorie officielle, soulève les problèmes de droit posés par la vaccination et plaide plus que jamais pour la levée de l’obligation vaccinale. Lire la suite

VACCIN POLIO Ce qu’on ne vous dit jamais

ARTICLE N° 49 Par Michel Manset

Pour justifier la condamnation de parents voulant éviter de vacciner leur enfant, des juges belges ont abdiqué toute indépendance et se sont mués en dociles perroquets de la propagande officielle. Sur la poliomyélite, ses vraies causes et ses faux remèdes, il y avait pourtant matière à porter un jugement éclairé. Voici ce qu’on ne vous dit jamais à propos de la polio et du vaccin censé nous protéger de cette « horrible maladie ». Lire la suite

Mieux comprendre LES TUEURS DE MASSE

ARTICLE N° 48 Par Joël Monzée

Comment devient-on psychopathe ou sociopathe ? Quelles sont les causes de la folie meurtrière qui s’empare des « mass murders » ? Pourquoi de tels massacres, et pas seulement aux États-Unis ? Pour Joël Monzée, docteur en neurosciences, la monstruosité n’est pas innée et le « basculement psychique » des jeunes tueurs est toujours le résultat d’un parcours de vie. C’est dans les carences éducatives et les traumas émotionnels de l’enfance que germent de telles tragédies. Les recherches sur le cerveau nous ramènent à nos responsabilités de parents et de pédagogues. Lire la suite

LES ACCIDENTS n’arrivent pas par hasard

ARTICLE N° 47 Par Emmanuel Ratouis.

Comme nos problèmes de santé, nos accidents et nos syndromes d’anniversaire (morts violentes, maladies fulgurantes, suicides…) ont-ils un sens ? C’est la question que se pose Emmanuel Ratouis dans son nouveau livre. Et à l’aide de cas rencontrés dans sa pratique phychogénéalogique, il apporte une réponse clairement affirmative : oui, les accidents sont le manifesté d’événements traumatisants vécus par nos aïeux ! Percer cette logique transgénérationnelle permet d’ enrayer la répétition des drames. Lire la suite

LE MASSAGE à l’épreuve de la science

ARTICLE N° 46 Par Fabrice Mascaux

Procurant détente et bien-être, le massage est aussi un instrument de santé aux effets scientifiquement prouvés dans toute une série de pathologies phychiques ou physiques. De nombreuses expériences ont en effet été menées qui démontrent l’intérêt médical du toucher, dont celles initiées par le psychologue Fabrice Mascaux à l’Université de Liège (Belgique) . Pour Néosanté, le jeune chercheur belge résume l’état des connaissances sur les bienfaits thérapeutiques du massage. Lire la suite

VACCINS fraude, mensonges et dissimulation

ARTICLE N° 45 Par Cyrinne Ben Mamou, Ph. D.

Spécialisée dans l’étude des vaccins et de leurs effets secondaires, la chercheuse canadienne Lucija Tomljenovic a obtenu les transcriptions de réunions confidentielles du comité sur la vaccination et l’immunisation du ministère de la santé au Royaume-Uni. Ces documents accablants montrent comment une politique vaccinale peut être définie au mépris de la vérité scientifique et de l’éthique la plus élémentaire. Lire la suite

LA COMPENSATION SYMBOLIQUE INCONSCIENTE

ARTICLE N° 44 Par Pierre-Jean Thomas Lamotte & Patrick Obissier, chercheurs au CRIDHOM

Métiers, hobbies, façon de s’habiller, accidents, agressions, maladies : selon les chercheurs indépendants du CRIDHOM, tout ce qui fait la trame d’une existence humaine est une compensation symbolique mise en place par le « cerveau stratégique » pour faire contrepoids à des souffrances inavouées ou refoulées. Rien n’est donc le fait du hasard, et chacun peut retrouver l’équilibre psychosomatique en mettant en conscience son vécu émotionnel non exprimé. Pour Néosanté, le neurologue Pierre-Jean Thomas Lamotte et le thérapeute en bio-généalogie Patrick Obissier présentent la démarche de l’association et nous résument les premiers fruits de ses travaux : la mise en lumière de cette omniprésente compensation symbolique inconsciente. Lire la suite

LES BIENFAITS DU JEÛNE De l’approche empirique à la reconnaissance scientifique (I)

ARTICLE N° 43 Par Jean-Brice Thivent

En mars 2012, un évènement a eu lieu à la télévision française : la chaîne Arte a diffusé un reportage sur le jeûne et ses effets thérapeutiques. Il s’intitule « Le jeûne, une nouvelle thérapie ? ». Il s’agit d’un évènement, car l’émission s’est attachée à présenter sans préjugés une technique de santé alternative habituellement dénigrée par l’establishment médical. Sans chercher à faire du journalisme à sensation, les reporters avaient au contraire comme ambition de comprendre objectivement et à travers le regard de scientifiques reconnus, comment le jeûne pouvait influer sur notre santé et être à l’origine de nombreuses guérisons. Lire la suite

CANCER DE LA PROSTATE : le dépistage et la spirale de l’horreur

ARTICLE N° 42 Par le Dr Alain Scohy

Le cancer de la prostate est la 4ème cause de mortalité par cancer. Depuis quelques années, certains médecins remettent en question l’utilité du dépistage et celle des opérations chirurgicales. Mais il y a deux choses que l’allopathie classique est encore loin d’avoir intégrées : d’abord que ce cancer, comme toutes les maladies, est une solution de survie déclenchée par le cerveau inconscient en réponse à un stress psycho-émotionnel. Et ensuite que les fameux PSA, prétendument marqueurs de l’évolution tumorale, sont en réalité les indicateurs d’un processus d’autoguérison en cours. Dans cet article, le Dr Alain Scohy aborde le sens de cette pathologie, apporte des réponses thérapeutiques naturelles et explique pourquoi les traitements conventionnels font plus de mal que de bien. Lire la suite

LE SENS DE L’ART et des maux d’artistes

ARTICLE N° 41 Par Bernard Tihon

Tout a un sens. La biologie est totale. C’est ainsi que le Dr Claude Sabbah résume les découvertes du Dr Hamer et l’essence de son propre enseignement. Cela signifie qu’il n’y pas que les maladies qui sont des programmes installés dans le cerveau inconscient au cours de l’évolution. Le moindre de nos comportements et la plupart de nos choix (amours, métiers, voyages…) sont l’expression biologique de nos conflits psychiques et de ceux de nos aïeux. La profession d’artiste n’échappe pas à la règle et les œuvres des grands créateurs peuvent s’éclairer à la lumière de leurs parcours pathologique. Dans cet article inspiré par le lecture du livre « Maux d’artistes », Bernard Tihon dévelope l’idée que l’art est aussi une solution de survie par la fuite dans l’imaginaire. Pour passer de la survie à la santé, il faut oser faire de sa vie une œuvre unique et originale. Lire la suite

Au plaisir de nos gènes LE RÉGIME PALÉO

ARTICLE N° 40 Par Michel Manset

Encore un nouveau régime ? Pas vraiment : celui-ci a plusieurs millions d’années ! « The Paleo Diet », comme disent les Américains, est en fait le régime de nos lointains ancêtres du paléolithique, avant l’invention de l’agriculture. Selon les partisans de cette approche nutritionnelle, il faut manger comme le faisaient les chasseurs-cueilleurs préhistoriques pour rester mince et en pleine forme. Pourquoi ? Parce que nous portons à peu près les mêmes gènes qu’eux, que notre système digestif n’a guère évolué, et que notre physiologie n’a donc pas pu s’adapter à la révolution alimentaire du néolithique. Ni à la malbouffe moderne bien sûr, dont notre organisme subit les très lourdes conséquences. Lire la suite

LA MÉTHODE DAVIS Un espoir pour les dyslexiques

ARTICLE N° 39

Les troubles de l’apprentissage concernent trois enfants par classe. Selon Roy Davis, lui-même dyslexique jusqu’à 38 ans, la difficulté d’apprendre provient du phénomène de désorientation et d’une manière particulière de penser : la pensée en images. Les outils que sa méthode propose pour y remédier seraient efficaces dans 90% des cas. Lire la suite

Le grand retour de L’ARGILE

ARTICLE N° 38

Longtemps négligée dans la pharmacopée et toujours snobée par la médecine conventionnelle, l’argile sort pourtant de l’oubli et est à nouveau plébiscitée pour ses prodigieuses vertus thérapeutiques. Lire la suite

LE MYTHE DES MÉTASTASES à la lumière de la médecine nouvelle

ARTICLE N° 37

Selon la médecine officielle, les cancers peuvent se « métastaser », autrement dit migrer à distance du site initialement atteint en empruntant la voie sanguine ou lymphatique. Le problème, c’est que personne n’ y a jamais observé de cellules cancéreuses vivantes ! Lire la suite

Le monde caché des SPPA

ARTICLE N° 36

En tant qu’êtres humains nous sommes constitués de personnages intérieurs (que nous appelons Sous-Personnalités Psycho-Actives ou SPPA) dont l’ensemble forme notre personnalité. Les gentilles et aimables SPPA font de nous des êtres attractifs et charismatiques et les SPPA immatures et agressives poussent les gens qui nous croisent à changer de trottoir pour nous éviter. Lire la suite

L’incroyable CURE DU FOIE selon Hulda Clark

ARTICLE N° 35

Comment en suis-je venu à m’intéresser à la cure du foie et aux travaux de la Doctoresse Hulda Clark ? Comme souvent, à travers une histoire personnelle. Lire la suite

Vers une CHIMIOTHÉRAPIE DOUCE ?

ARTICLE N° 34

Les traitements conventionnels anticancer ciblent généralement des mécanismes de survie et de division cellulaire qui sont communs aux cellules cancéreuses et normales. Avec pour conséquence des traitements agressifs qui détruisent et endommagent les tissus sains des patients. Lire la suite

Le monde caché 
des SPPA 03

Les SPPA ? Ce sont les « Sous-Personnalités Psycho-Actives » que le Dr Christian Schaller a identifiées comme les composantes de la personnalité. Sous l’effet d’émotions négatives, certains de ces personnages intérieurs peuvent nous pourrir la vie et engendrer des maladies ! Le médecin suisse explique ici comment ne pas se laisser manipuler par la peur et le (faux) besoin de dépendance. En tant qu’êtres humains nous sommes constitués de personnages intérieurs (que nous appelons Sous-Personnalités Psycho-Actives ou SPPA) dont l’ensemble forme notre personnalité. Les gentilles et aimables SPPA font de nous des êtres attractifs et charismatiques et les SPPA immatures et agressives poussent les gens qui nous croisent à changer de trottoir pour nous éviter. 
Chaque SPPA vient pour apprendre à vivre en harmonie avec les autres SPPA en nous et avec celles des autres à l’extérieur. 
Nous avons ainsi l’ «enfant de ses parents» qui vient recevoir le respect et la tendresse, le «parent de ses enfants» qui vient apprendre à se conduire en bon parent, le «frère/sœur de ses frères ou sœurs» et l’ «ami» qui viennent apprendre à vivre dans la décontraction et l’échange, l’ «homme ou la femme d’affaires» qui a pour objectif de rendre confortable la vie matérielle, le «sage» (ou l’enseignant) qui doit partager ses connaissances, l’ «élève» qui doit rester apprenti pour apprendre de tous, le «thérapeute» qui doit oser prodiguer des soins à tous ceux qui sont déséquilibrés ou malades plutôt que de juger ou de fuir, le «séducteur» qui doit être charmant pour ouvrir la porte du cœur, l’ «amant ou l’amante» qui ont pour mission de dynamiser le corps physique avec les plaisirs de la sensualité et du sexe, l’ «aventurier» qui explore le monde en s’émerveillant, l’ «enfant de l’univers» qui apprend comment fonctionnent les choses pour son bonheur et celui de tous , le «parent de l’univers» qui contribue à améliorer la vie sur Terre sans attendre qu’un organisme public ou privé s’en occupe, le «sauveur» qui vient apprendre à élever l’ énergie christique en assistant ceux qui sont faibles, ignorants ou malades, l’«artiste» qui adore créer de belles œuvres, le «clown» qui aime faire rire et toute une série d’autres qui ont chacun leur rôle dans la grande symphonie de la vie. 





Les problèmes surviennent lorsque nous vivons dans le désordre et la confusion, dirigés uniquement par des émotions de peur ou de dépendance. 
Quand, par exemple, la SPPA d’ «amant» (ou d’époux) est sollicitée par notre partenaire mais que nous répondons avec la SPPA de «sage» ou encore de «parent». De même quand la SPPA «thérapeute» prédomine chez nous alors que c’est l’ «ami», qui est invité à une soirée ! Il en va de même lorsque l’ « venturier» en nous se morfond, écrasé par notre personnage d’«homme ou femme d’affaire» qui l’empêche de bouger. 
Et un vrai drame apparaît lorsque l’«enfant de ses parents», qui n’a pas été nourri dans la maison familiale, rencontre quelqu’un et tombe amoureux en percevant chez ce dernier l’énergie du «parent». 
Cet «enfant va se servir de l’ «amant/amante» pour obliger l’autre à former une vie de couple qui lui donnera l’opportunité de se guérir ou de grandir. S’il peut trouver son compte en ayant l’occasion de se développer en enfant, la vie de couple deviendra très vite infernale du fait que les «amants» n’ont pas eu leur mot à dire. 
Ils ont été forcés par les besoins prioritaires de l’enfant et n’ont donc pas pu se choisir vraiment. Ce qui ressemblait à un coup de foudre était en réalité la joie d’un enfant qui a trouvé chez l’autre un papa ou une maman de remplacement. Une telle situation ne peut se produire que s’il existe réellement chez la personne rencontrée une facette de «parent» à la recherche d’enfant à éduquer pour compenser un manque ! 
Il est important de prendre conscience des contrats inconscients qui sous-tendent notre vie quotidienne et il est possible de refaire des contrats conscients, une fois que l’on est soi-même devenu lucide. Nous avons donc un travail d’éducation de nos SPPA encore immatures à pratiquer. 
C’est comme avec les enfants en bas âge : nous ne pouvons pas exiger d’eux qu’ils sachent tout faire. 
De même chez les adultes, si certaines SPPA sont encore immatures, elles vivent à des niveaux de conscience qui ne leur permettent que d’être mauvaises, agressives ou jalouses. Le paradoxe est que ces SPPA peuvent, chez la même personne, cohabiter avec des SPPA lumineuses, porteuses d’enseignements de sagesse de haute valeur !



Observez un peintre qui peint, un potier qui fait naître un vase sur son tour, un maçon qui construit un mur, un enfant qui joue avec ses cubes…l’harmonie des gestes est extraordinaire de souplesse et de beauté. Ceci est possible parce que les deux mains sont reliées au cerveau qui coordonne chaque action. De même, lorsque nous sommes reliés à notre corps de lumière, nous recevons la guidance qui va permettre à chaque SPPA d’obtenir ce dont elle a besoin pour grandir et s’épanouir. Mais chaque fois qu’au lieu d’obéir à la «voix de l’âme» nous nous plions aux dogmes, aux morales et aux idées reçues des religions et des sociétés humaines privées d’orientation spirituelle, nous avons tendance à donner la préférence à certaines SPPA au détriment d’autres. 
Celles qui sont brimées, dévalorisées, mises à l’écart, voire enfermées dans les cachots sombres de notre inconscient, font des plans pour attirer l’attention sur leurs besoins et leur droit à la vie. Un peu comme des enfants enfermés à la cave vont essayer de faire du bruit, voir de mettre le feu à ce qu’ils trouvent pour qu’on vienne les délivrer !
Vu sous cet angle, derrière toute maladie se cache une ou plusieurs SPPA qui tentent de se faire entendre. Si la médecine classique fait disparaître les symptômes par des médicaments chimiques ou des opérations chirurgicales, les médecines naturelles partent du principe que c’est l’intoxication du corps qui est la cause des maladies puisque les symptômes ne sont que des signes montrant les efforts de l’organisme pour se dépolluer. Un programme de soutien à la détoxication globale, associé bien sûr à la cessation des toxines alimentaires et psychiques, va être mis en place : jeûne ou alimentation vivante, diètes diverses, exercice physique pour stimuler l’élimination, massages, acupuncture et autres thérapies énergétiques, médicaments naturels comme l’homéopathie, les plantes, les oligoéléments, les compléments alimentaires ou les vitamines naturelles, les graines germées, les algues, le pollen et autres aliments précieux, tout va être mis en œuvre en respectant le principe Hippocratique «Primum non nocere» (D’abord ne pas nuire) qui est le fondement même de toutes les approches qui respectent la nature et ses lois. 
En effet, en naturopathie, on sait que le corps est d’une sagesse des millions de fois plus grande que tous les médecins de la Terre. On comprend que les maladies ont un sens, correspondent à des efforts du corps pour se guérir, ne sont pas des funestes fatalités qui nous «tombent dessus par hasard». On cherche alors à agir avec le corps, pour le soutenir dans son œuvre de guérison. Mais toutes les approches naturelles ont des limites, car, parfois, la détoxication ne suffit pas. Il faut alors s’intéresser aux causes émotionnelles et mentales en montrant au patient comment fluidifier ses émotions et ouvrir son cerveau droit pour s’ouvrir à la guidance de l’âme. 
Et c’est souvent celle-ci qui va montrer quelles sont les SPPA qui, dans leur souffrance, ont créé la maladie. Car si l’intoxication du corps peut être décrite comme la cause de maladies, les SPPA sont vraiment les «causeuses de cause». Ce sont elles qui transforment les vitamines en poisons lorsqu’elles veulent allumer des «ampoules rouges» au tableau de bord pour que le conducteur s’arrête, ouvre le capot et s’occupe de la SPPA (ou du groupe de SPPA) qui n’a pas assez d’espace pour s’épanouir. Prenons un exemple : même si une personne mène une vie apparemment harmonieuse, elle peut tomber malade parce que son «aventurier» trouve que la vie est trop monotone et sans surprises ! Sa guérison ne viendra alors pas d’une thérapie mais d’oser partir pour un temps à l’aventure, sans horaires, ni hôtels confortables… C’est ce que les chamanes appellent la «quête de vision». être seul dans la nature et se délivrer à chaque pas des conditionnements et des habitudes acquises pour retrouver un contact direct avec la nature, avec la vie, avec les expériences mystiques qui ne manquent pas de se produire lorsque l’aventure spirituelle vient compléter l’aventure matérielle.


Dans l’enseignement des SPPA, voir une facette immature chez soi ou chez autrui ne signifie pas juger, critiquer et condamner mais chercher à soutenir cette facette sur son chemin vers la conscience et vers la réalisation de tout son potentiel. 
Quelle est donc la signature d’une SPPA immature ? Elle est encore égocentrique, ne sait pas tenir compte des autres SPPA et présente tous les signes d’une mauvaise gestion des émotions : soit elle les bloque dans le corps physique et s’enferme dans le mutisme et la dureté de cœur, soit elle les déverse sur les autres en les faisant souffrir de mille manières, sans réaliser que le tort que l’on fait à autrui on le fait à soi-même. 
Dans toutes les sagesses du monde ne trouve-t-on pas la vérité immuable : «Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse !» Prisonnières de la violence intériorisée, qui fait le lit des maladies, ou de la violence extériorisée sur autrui, qui crée les conflits et les guerres dont souffrent les êtres humains depuis des millénaires, les SPPA immatures attendent que des SPPA « bons parents » viennent les prendre par la main pour leur montrer comment lâcher leurs émotions sans faire de mal aux autres. 
Le jour où les êtres humains sauront s’isoler pour lâcher leurs émotions sans agresser autrui, les conflits cesseront comme par enchantement ! Nous avons fait un DVD (Comment éviter les conflits de couple par la découverte des SPPA) pour montrer de façon pratique comment mettre en scène les SPPA adéquates pour cesser de se disputer sans fin. 
Prenons un exemple : si Monsieur rentre du travail de mauvaise humeur, Madame peut soit, dans sa SPPA «épouse», lui faire le reproche d’être un mauvais mari, alors qu’elle s’est préparée pour l’accueillir avec amour, ou alors vite réaliser qu’elle a en face d’elle un enfant malheureux qui a en priorité besoin d’une bonne maman. Elle peut alors dire : «Mon chéri ! Tu as eu une journée difficile… Allons viens, je vais mettre un peu de musique et nous allons danser pour faire sortir toute la colère que tu as accumulée, en gesticulant et en criant. Ensuite je vais te faire un bon petit massage…» Si Madame peut jouer ce rôle, alors, trente ou quarante minutes plus tard, l’enfant ayant été compris, aimé, libéré et nourri par un bon toucher maternel pourra, tout naturellement, s’effacer pour laisser apparaître l’amant charmant que Madame attendait. Bien sûr, cet exemple est réversible : quand Madame se transforme en une petite fille malheureuse et vindicative, plutôt que de lui dire «Je n’aurais jamais dû me marier avec toi !», Monsieur doit vite faire appel à sa SPPA «bon père» pour venir en aide à la SPPA «enfant immature» de son épouse ! 
S’il est capable de jouer ce rôle avec conscience et amour, la petite fille guérira vite et laissera place à l’amante merveilleuse qui l’a tant séduit…Ainsi se dessine une gestion des conflits qui permet de sortir des jeux de pouvoir destructeurs des SPPA immatures pour faire émerger les SPPA sages, capables de faire régner l’harmonie en toutes circonstances en prenant soin des facettes encore incapables de discerner l’intérêt commun. Rêvons un peu : le jour où chaque être humain tendra une main secourable aux SPPA immatures qu’il voit chez autrui, ne verrons-nous pas régner la paix et la fraternité planétaire dont nous souhaitons tous la venue depuis que l’humanité s’est égarée dans les labyrinthes de la peur et des croyances limitées qui sont à l’origine de tous nos maux ?


Il est passionnant de découvrir que, dans les caves de notre inconscient, se trouvent des SPPA immatures qui sont restées bloquées dans des émotions négatives. En médecine holistique, nous savons que l’être humain est composé de quatre corps : physique, émotionnel, mental et spirituel. Or, seul le corps phsyique peut mourir, les autres corps étant immortels, ce qui conduit vers la conscience que nous avons vécu de nombreuses vies sur Terre. En psychothérapie spirituelle, nous allons inviter le patient à plonger, par un voyage intérieur, dans les profondeurs de ses mémoires pour y rencontrer les SPPA qui ont besoin d’aide. 
S’il rencontre, par exemple, une guérisseuse en haillons enfermée dans une cellule de prison et rongée par une grande colère, parce qu’elle pense avoir été injustement condamnée, le patient va tout d’abord s’imaginer prendre une partie de cette colère et la faire sortir à travers son propre corps, en se visualisant en train de crier , de gesticuler et de danser, puis il invitera la femme à faire de même. Quand toute l’émotion aura pu être évacuée, il guidera cette guérisseuse vers les mondes de lumière. Du coup les talents de cette thérapeute ne seront plus bloqués mais pourront à nouveau être utilisés sans peur. 
Nous avons d’ailleurs créé le Jeu de cartes de la Tranformation intérieure pour faciliter la compréhension et l’application de ce travail de guérison qui donne des résultats remarquables et rapides.
Cette forme de psychothérapie permet de répondre à une question intéressante: mon corps, mes parents, la société dans laquelle j’ai grandi, sont-ils les fruits du hasard, ou est-ce moi qui les ai choisis ? La perspective spirituelle montre qu’avant de nous incarner, nous avons soigneusement choisi les conditions les meilleures pour apprendre nos leçons de vie et évoluer sans cesse. 
La perception de la dynamique évolutive, de l’objectif profond de chaque événement permet de ne plus juger d’un point de vue limité, mais d’aimer sans condition, ce qui est le propre de l’âme, de tous les êtres qui peuplent les mondes célestes et de Dieu lui-même, ce Dieu qu’on ferait mieux d’appeler, comme dans l’enseignement de Lazaris – un guide spirituel très connu aux États-Unis et qui s’exprime à travers le channel Jack Pursell – « Dieu-Déesse-Tout ce qui est» (« God-Goddess-All that is»). 


On sort ainsi d’un concept exclusivement masculin de Dieu, concept qui a favorisé, dans la civilisation occidentale, une prévalence de l’homme (le cerveau gauche, l’intellect, la logique, la technologie, la science, les lois extérieures) par rapport à la femme (le cerveau droit, l’intuition, la sagesse qui parle dans le coeur de chacun). Le machisme de notre société où, sans cesse, l’homme conquérant, dominateur, guerrier, a mis en esclavage, en lui et autour de lui, la femme pacifique, pacificatrice et proche de sa source d’inspiration divine, a débouché sur une destruction suicidaire de la Terre-Mère qui nous oblige à un réveil spirituel pour nous délivrer de la tyrannie du sérieux, qui est l’un des attributs du cerveau gauche, afin de retrouver la liberté du rire et du jeu, qui sont les magnifiques atouts du cerveau droit. Nous pouvons alors retrouver les trésors de la sagesse universelle que les chamanes ont su préserver au fil des siècles. Comprendre que nous avons pu être la femme de notre père ou sa soeur dans une autre vie, ou toute autre configuration, facilite une nouvelle perspective de nos relations familiales : nous avons choisi nos proches pour parvenir à nous libérer des jeux de pouvoir, des humiliations et des vengeances afin de parvenir à vivre en permanence dans un amour inconditionnel qui dit: «Je t’accepte comme tu es, quoi que tu aies fait, quoi que tu fasses. » 

Plus jamais je ne chercherai à t’imposer ma loi, plus jamais je ne subirai la tienne. Laisse-moi apprendre à te connaître, à m’émerveiller de nos différences, à voir le monde avec tes yeux, et à te le montrer à travers mon regard. Ne soyons plus limités par des rôles rigides, vivons toutes les teintes, toutes les nuances de l’amour. Soyons tour à tour, père, mère, enfant, en jouant dans le plaisir d’être ensemble, sans peur ni dépendance !» 
En nous identifiant à notre corps physique, nous nous sommes piégés dans la souffrance. Si je me crois seulement homme parce que, j’ai, dans cette vie-ci, un corps masculin et que je m’interdis tout ce qui est féminin, comment pourrais-je ne pas souffrir ? Et si je souffre, n’est-il pas compréhensible que je cherche à faire souffrir mes proches pour tenter, au moins, de ne pas être seul dans mon malheur ? 
La tolérance est le propre des gens heureux, alors que l’intransigeance est le point commun des gens malheureux qui sont enfermés dans le dogmatisme, le fanatisme, la violence et la manipulation des autres. La souffrance des bourreaux est aussi grande que celle de leurs victimes, même si, dans leur aveuglement, ils abusent de leur pouvoir sur autrui sans se douter que, tôt ou tard, ils feront l’expérience d’être victimes à leur tour. 
Rappelons-nous qu’une fois quittée l’école terrestre, chacun revoit le film de sa vie, mais, cette fois-ci, il sent ce qui s’est passé en lui et en tous les êtres qu’il a côtoyés. Dans cette compréhension, il est très logique que le bourreau choisisse alors, non pas pour expier ses péchés mais pour élargir sa capacité d’aimer, une vie dans laquelle il pourra vivre l’expérience même qui lui faisait si peur et qu’il a fui de toutes ses forces, afin que le douloureux vécu de la victime impuissante, soumise aux caprices de son tortionnaire, puisse devenir une expérience qu’il intègre. 

Cette perspective illumine la vie conjugale et familiale d’une manière bien différente des éclairages falots que le judéo-christianisme ou des approches intellectuelles comme la psychanalyse ont voulu nous imposer. Elle débouche sur une magnifique technique thérapeutique que nous avons baptisée la Danse de l’Ego Conscient et qui permet, dans un travail de groupe, de laisser vivre consciemment toutes les SPPA qui existent en nous sans plus les juger ni les cacher.


Vie, stress, oxydation : LA VRAIE GENÈSE DU CANCER

ARTICLE N° 33

Selon la médecine classique, le système immunitaire est une armée en guerre contre des assaillants extérieurs. Lire la suite

Maladie de l’habitat ou maladie de l’habitant ?

ARTICLE N° 32

Si les maladies humaines ont un sens, en irait-il de même des « pathologies » de l’habitat ?
Pour Rose et Gilles Gandy, qui se sont spécialisés dans la question, il ne fait plus de doute que l’âme habite aussi la matière et que la santé des maisons reflète celle de leurs habitants. à rebours de la géobiologie et du fengshui,
il s’agit à présent de comprendre le lien entre notre vécu psycho-émotionnel et les symptômes de notre lieu de vie. Lire la suite

Néosanté Edition