Article n°84 Par Pierre Lutgen

C’est un scandale monumental dont personne ne parle : alors que la toxicité des médicaments antimalaria est effroyable (le chanteur Stromae en sait quelque chose), et que l’efficacité préventive et curative de l’armoise (Artémisia annua) contre le paludisme est largement démontrée, l’OMS et ses états membres ne font rien pour encourager la culture et la consommation de cette plante médicinale d’origine chinoise. En Belgique, ce remède naturel aux multiples vertus est même interdit ! Docteur en sciences chimiques et cheville ouvrière de l’association iFBV-BELHERB, Pierre Lutgen nous raconte cette incroyable saga occultée par les médias.

Les plantes de la grande famille des armoises sont utilisées comme herbes médicinales depuis des millénaires dans toutes les régions du monde. L’Artemisia annua est arraivée sous les feux de la rampe lors de la guerre du Vietnam. Le Viêt-Cong, qui opérait dans les marécages et les forêts tropicales, perdait plus de soldats par piqûres de moustiques que par balles américaines. En désespoir de cause, il s’est adressé au grand frère chinois, et Mao Tse Tong ,malgré son mépris pour les traditions, a chargé quelques scientifiques de regarder s’il restait quelque information dans les tiroirs. Et de fait, dans plusieurs régions de Chine, on utilisait depuis des millénaires, et on utilisait encore, une armoise sauvage contre les fièvres et le paludisme. Il fut facile de faire passer quelques tonnes de cette herbe séchée au Vietnam. Prise sous forme d’infusion, elle faisait merveille. Les Américains, fidèles à leurs pilules plus ou moins efficaces, n’ont jamais compris ce qui se passait.

Après la guerre, tout tomba dans l’oubli. On soupçonnait bien que les Chinois avaient fourni un remède traditionnel, mais tout cela n’avait qu’un intérêt folklorique puisqu’on avait un remède efficace et bon marché, la chloroquine. Hélas, vers 1990, de sévères résistances contre ce médicament devenaient évidentes. Quelques scientifiques prirent le bâton du pèlerin et revinrent de Chine avec les informations concernant cette herbe, mais n’arrivèrent pas à convaincre l’OMS de ses bienfaits. Ce n’est que dix ans plus tard qu’une société pharmaceutique établit un accord avec les Chinois. Mais mettre sur le marché une herbe bon marché et accessible à tout horticulteur /agriculteur n’intéressait aucune des deux parties. Les Chinois avaient publié en 1983 une analyse de Artemisia annua et trouvé l’artemisinine, un péroxyde qui, in vitro, était super efficace contre le Plasmodium (agent infectieux du paludisme ).
Une sorte d’accord commercial fut conclu pour l’utilisation de cette molécule par les sociétés occidentales. Mais il s’avéra que l’artemisinine n’était pas soluble dans l’eau, qu’elle n’était guère biodisponible et qu’elle mettait en route son propre métabolisme d’élimination par le cytochrome CYP 3A4, conduisant ainsi à un temps de demi-vie de 3 heures dans le sang. Et très tôt arrivèrent les phénomènes de résistance à la monothérapie à l’artemisinine, et de façon plus prononcée contre les dérivés liposolubles et hydrosolubles, artemether et artesunate. Que faire ? Quelqu’un eut l’idée de sortir des caves et greniers de vieilles molécules comme l’amodiaquine, la méfloquine, la luméfantrine, invendables parce que interdites dans certains pays, et de les combiner avec l’artemisinine. La combine s’appelle ACT (Artemisinin Combined Therapy). Les premiers essais in vitro et in vivo vers 2000 furent très prometteurs. On atteignait souvent un taux de guérison avoisinant les 90%.

Collusion Big Pharma, OMS et MSF

Les problèmes étaient plutôt d’ordre industriel et commercial. Comment trouver rapidement assez d’artemisinine pour l’immense marché et comment pénétrer ce marché avec une pilule dont le prix de revient était au moins dix fois supérieur à celui des monothérapies en cours ? Pour la conquête du marché, les producteurs de l’ACT artemether-lumefantrine firent alliance avec l’OMS qui, depuis 2001, imposa progressivement ce remède comme obligatoire et de première ligne dans de nombreux pays africains. Vers 2007, la combinaison artesunate-amodiaquine fut également autorisée et mise sur le marché avec l’appui de MMV et MSF. Pour leurs efforts, il était convenu que ces organisations humanitaires avaient droit à 3% sur le chiffre d’affaires des sociétés pharmaceutiques sur ces médicaments. Le second problème de taille était la disponibilité de la matière première. Les Chinois avaient longtemps eu le monopole de la plante et de la molécule artemisinine. Mais la variété qu’ils utilisaient ne contenait que 0,2 % d’artemisinine, ce qui requérait d’énormes surfaces agricoles. Le laboratoire suisse Médiplant développa un hybride qui en contenait 1,4%. Il fut utilisé par les sociétés pharmaceutiques pour créer leurs propres surfaces de production en Afrique, dans plusieurs pays.
Le problème de cet hybride était qu’il ne donnait pas de semences et que les fermiers africains devaient en racheter tous les ans, même s’ils n’avaient pas pu écouler la récolte de l’année passée. Un état de dépendance qui conduisait à de nombreuses mini-faillites et à un échec de cette approche. Surtout qu’entre temps, les Chinois avaient fort baissé les prix. De plus, le prix des ACT pour les familles africaines était trop élevé, même si les sociétés pharmaceutiques prétendaient qu’elles le vendaient au prix coûtant et se vantaient dans les media de leur approche charitable.
Quoi qu’il en soit, d’après le rapport 2008 de l’OMS, le taux de pénétration des ACT en Afrique ne dépassait pas les 3% et les estimations du rapport 2014 laissent une marge fort douteuse.
Entretemps, beaucoup d’associations européennes et africaines avaient fait connaissance avec les bienfaits de la plante et connaissaient son efficacité contre le paludisme. Des essais cliniques avaient même été menés au début des années 2000 dans plusieurs pays, avec des résultats fort convaincants. Un vent de panique se fit sentir dans étages supérieurs des sociétés pharmaceutiques, relayé par Genève. L’OMS publia en 2004 sur son site un document non signé, non référencé, et non daté, qui portait une attaque violente contre l’utilisation de l’Artemisia annua comme tisane contre le paludisme. Le pamphlet portait l’auréole d’une organisation considérée comme indépendante et désintéressée et devait impressionner nos seulement les gouvernements africains, mais également les ministères de la coopération européens. Il y a cinq siècles, la science se faisait bloquer au bord du Tibre, maintenant les blocages se font au bord de l’Escaut. Les arguments restent boiteux et dogmatiques.

Les arguments fallacieux contre l’armoise

On avance d’abord que la dose requise était inférieure à la dose prescrite par l’OMS et nécessaire à la guérison, soit 250 mg d’artemisinine. Il faudrait donc avaler 1 kg d’herbe sous une forme ou une autre pour atteindre cette dose. Mais cette dose de 250 mg d’artemisinine date du temps où on se rendait compte de la très faible biodisponibilité de l’artemisinine, ce qui requérait une dose élevée. En 1994, on opérait même avec des doses de 2×500 mg par jour, mais on se rendait compte que l’on atteignait des taux hépatotoxiques et neurotoxiques. L’argument dogmatique de la dose minimum de 250 mg a entretemps été démantelé par les travaux du Pr Pamela Weathers, de l’Université américaine de Worcester. Consommée sous forme d’infusion ou plutôt de poudre de feuilles moulues, la biodisponibilité est pour le moins dix fois supérieure à celle de l’artemisinine pure.
Ensuite, on proclame erronément que l’artemisinine contenue dans les feuilles séchées n’est pas stable. Les travaux d’au moins cinq laboratoires ont montré que dans des feuilles stockées dans un endroit sec et ventilé, cette teneur reste stable pendant 3 ans pour le moins, et même jusqu’à dix ans. C’est l’artemisinine et ses dérivés dans les comprimés qui, sous conditions tropicales, est fort instable, ne dépassant parfois pas quelques semaines de demi-vie, comme montré par le Laboratoire de Parasitologie de l’Hôpital Bichat-Claude Bernard. Ceci explique en partie que la majorité des pilules ACT vendues en Afrique ont des teneurs en principes actifs très bas, sans oublier les produis falsifiés mis sans scrupule sur le marché.
Et enfin, il y a l’argument massue de la résistance. La tisane ne contenant que de faibles concentrations d’artemisinine laisserait échapper quelques parasites plus résistants que d’autres et qui, de génération en génération, rendraient la lutte impossible par produits pharmaceutiques brevetés. Mais c’est plutôt le contraire qui s’est produit ! Des doses massives d’artemisinine ou de toute autre drogue peuvent entraîner un phénomène d’adaptation chez les parasites ou virus et générer de nouvelles souches super résistantes. C’est ce qu’on remarque pour les pyréthroïdes des moustiquaires ITN. Le rapport 2014 fait étalage des milliards dépensés en ITN et ACT mais doit reconnaître que le paludisme est en augmentation dans les pays les plus affligés comme le Benin, le Burundi, la RDC, le Cameroun, le Sénégal, le Togo, l’Ouganda, le Tchad,
Pour les ACT, on remarque également depuis dix ans des résistances incontrôlables dans les pays du Sud-est asiatique et, depuis 5 ans, dans une dizaine de pays africains, fait que l’OMS a des difficultés à reconnaître. Dans ce contexte, l’équipe du professeur Weathers (cité plus haut) a pu montrer que la consommation de poudre d’Artemisia sous forme de comprimés ou de gélules ne donnait jamais lieu à des résistances dans des essais de longue durée sur souris, et même faisait rétrograder des résistances préexistantes. Il fallait le prouver bien sûr, mais depuis deux mille ans et chez les milliers de personnes qui utilisent la tisane contre le paludisme, jamais des phénomènes de résistance ne se sont établis.
On pousse même l’outrecuidance jusqu’à dire que la tisane est une monothérapie. La plante Artemisia annua contient au moins 20 principes actifs qui agissent par synergie ou addition. Toutes les plantes médicinales sont des polythérapies à la différence des molécules pharmaceutiques utilisées en monothérapie. Par les essais cliniques, nous avons appris qu’il vaut mieux utiliser l’herbe sous forme de « totum » de poudre séchée, en gélules, comprimés ou comme ajouts dans un aliment. On a ainsi la garantie que les substances lipophiles sont également biodisponibles,
On insinue aussi que l’Artemisia annua pourrait contenir des substances toxiques, Ce qui a conduit en Belgique à une loi de 1998 interdisant la tisane Artemisia annua. De nombreux essais ont été faits au cours des dernières années pour infirmer cette hypothèse. On n’a pu constater le moindre effet toxique aigu ou chronique, même à des doses élevées, mais bien plutôt des effets bénéfiques sur les fonctions rénales et hépatiques, sur l’hyperglycémie et l’hypertension. L’Artemisia annua est d’ailleurs autorisée dans de nombreux pays, pour ne citer que l’Allemagne, le Luxembourg, la Gambie, l’Ouganda, l’Autriche, la Roumanie, la Pologne, l’Afrique du Sud, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, le Maroc, Madagascar, la Palestine, l’Australie, Iran, Chine, Ethiopie ?

Le combat d’IFB-BELHERB

iFBV-BELHERB est une association belgo-luxembourgeoise de médecins et de scientifiques dont l’objectif principal est la mise en valeur des herbes médicinales dans les pays du Sud. Elle travaille maintenant étroitement avec une équipe de 5 médecins français en Afrique. A l’origine, l’ONG IFBV avait surtout des projets humanitaires de constructions d’écoles ou autres infrastructures, mais elle s’est vite rendu compte que le problème principal des pays du Sud étaient les maladies tropicales et dysentériques : 25 000 enfants en meurent tous les jours et l’impact sur l’éducation et l’économie est énorme. IFBV-BELHERB savait que le combat ne pouvait être gagné que par une approche scientifique et médicale des plus rigoureuses. Au cours des années, cela a pu se réaliser par un réseau d’universités africaines et sud-américaines partenaires : 8 en Afrique et 4 en Amérique du Sud. Des essais cliniques dans une dizaine de pays, la plupart publiés dans la littérature scientifique, montrent que la tisane d’Artemisia annua a un taux de guérison supérieur à 95%. Mais suite à cette consommation régulière de tisane, on a remarqué dans plusieurs pays qu’elle exerçait également un effet prophylactique. Dans les villages où on plante et utilise la tisane, le paludisme est en chute libre. L’Université de Makerere, avec le Ministère de la Santé en Ouganda, a même développé et mis sur le marché le produit ARTAVO, L dont les effets prophylactiques ont été clairement démontrés et documentés. Alors que l’artemisinine et ses dérivés n’ont qu’un effet curatif et déstabilisent le système immunitaire, la poudre de la plante a en plus un effet stimulant l’immunité.
Les travaux cliniques se basent aussi sur des travaux en laboratoire : analyse approfondie des plantes au Laboratoire National de la Santé ä Luxembourg et à l’Université des Montagnes au Cameroun, détermination des composants antioxydants et antiplasmodiques à Bruxelles et Louvain. Mais ce sont surtout les essais d’inhibition de la bêta-hématine (ou hémozoïne) par différentes herbes et substances telles qu’elles sont menées à l’Université de Liège et l’Université Al Quds qui nous font avancer. Il faut se rappeler que l’inhibition de l’hémozoïne est le mécanisme principal d’action de la quinine. Grâce à ces travaux nous avons pu voir que certains ajouts, tels que le bicarbonate de soude, augmentaient l’effet thérapeutique potentiel de l’infusion aqueuse.
Grâce à ces travaux nous avons pu observer que d’autres plantes de la famille des Artemisia avaient un effet antipaludique certain, telles que l’Artemisia absinthium, l’Artemisia sieberi de Palestine, l’Artemisia maritima ou encore l’Artemisia afra. Cela ne nous surprend pas trop parce que des savants chinois, Shengua (†1095) et Li Shishen (†1593), avaient déjà trouvé que l’Artemisia apiacea qui ne contient pas d’artemisinine, avait de meilleures propriétés antipaludiques que l’Artemisia annua. On sait maintenant que l’Artemisia absinthium et l’Artemisia herba alba ont été utilisées avec succès pendant de longues années par l’armée française en Algérie comme remède contre le paludisme. Pour faire avaler cette potion amère aux soldats, on y ajoutait de l’alcool. Ainsi est née l’absinthe. Un caporal futé, en manque après son rapatriement, eut l’idée de lancer la production d’absinthe en France. Et il eut un succès époustouflant. Le lobby des vignerons ne pouvait que voir d’un mauvais œil la perte de grosses parts de marché. Que faire ? Déclarer toxique un des constituants de l’absinthe, la thujone. Elle a été réhabilitée aujourd’hui. Comme toute chose consommée avec modération, même le vin, elle peut être bénéfique à la santé.

Malaria, cancer, sida : une plante panacée ?

Dans nos travaux avec les universités africaines, nous avons appris qu’en de nombreux pays du Sud et de l’Est africain, une plante locale, l’Artemisia afra était fort utilisée contre le paludisme. Depuis quatre années, nous étudions cette plante. Il apparaît souvent qu’elle est équivalente ou supérieure à l’Artemisia annua dans les essais in vitro et in vivo, ou encore dans les rapports anecdotiques de Tanzanie. C’est la plante qui contient la plus forte concentration du flavone lutéoline, une molécule aux propriétés antiplasmodiques, anti-inflammatoires et anticancéreuses démontrées. Nos projets actuels visent à remplacer l’Artemisia annua par l’Artemisia afra, ce qui nous permettrait de sortir du cercle vicieux des conflits avec l’OMS et les sociétés pharmaceutiques qui protègent la molécule artemisinine comme une vache à lait.
IFBV-BELHERB, jusqu’à présent, a voulu limiter ses travaux et projets à l’utilisation de l’Artemisia contre le paludisme. En d’autres mots, nous voulions établir nos projets sur les bases scientifiques et médicales les plus solides. On ne peut cependant pas tout comprendre. A ce jour, par exemple il y a encore cinq théories en discussion pour expliquer le mécanisme d’action de l’artemisinine. Nous voulions surtout éviter tout effet secondaire, toute toxicité, tout échec flagrant qui minerait la crédibilité.
Mais entretemps, plusieurs de nos partenaires se sont attaqués à d’autres maladies à l’aide de l’Artemisia annua. Ainsi disposons nous de résultats bien documentés sur l’efficacité de la tisane contre la leishmaniose à l’Université de Antioquia en Colombie, contre le cancer à l’Université de Belgrade, contre le Trypanosoma cruzi à l’Université de Cumana au Venezuela, contre la diarrhée et la bilharziose au Sénégal, contre le sida à l’Université de Leiden. L’aventure médicale de ce végétal ne fait que commencer !