Néosanté,
parce que la santé a changé d’ère

SAMSUNG CAMERA PICTURESFondées  à Bruxelles  au début  de l’année 2011, les Editions Néosanté exercent deux activités principales : l’édition de livres et la publication d’une revue mensuelle de santé globale, réalisée par des journalistes en collaboration avec des praticiens spécialisés en décodage des maladies.

Editeur responsable de la revue Néosanté,  Yves RASIR est journaliste indépendant depuis près de 30 ans. Initié à l’hygiénisme par le naturopathe André Passebecq, il a  eu la chance de rencontrer les grands médecins et chercheurs qui ont mis à jour le sens biologique des maladies (Henri Laborit, Ryke Geerd Hamer, Alain Scohy, Robert Guinée…) et de se former auprès de certains d’entre eux (Olivier Soulier, Claude Sabbah, Gérard Athias…). Fondateur et rédacteur en chef du magazine BIOINFO pendant 13 ans, il y a promu les premiers efforts d’information du grand public sur le nouveau paradigme médical.

En créant Néosanté, il poursuit ainsi un parcours de vie entièrement dédié au  « sens des maux et à leurs solutions bio ».

Abokado

abokado

Je m’abonne à la version numérique de Néosanté

Néosanté hebdo

Lire la suite

Lettre ouverte aux Médecins-Moutons-Manipulateurs et Perroquets

Par le Dr Yves Roulle,

Ce mot ne s’adresse pas à mes consoeurs et confrères scrupuleux, modestes et humbles, et donc tout simplement humains et respectueux des autres, qualités déterminantes pour un bon médecin. Il y en a encore malgré la suffisance et l’orgueil des savoirs en médecine. Lire la suite

De la pertinence du concept d’immunité de groupe

Le concept d’immunité de groupe traduit la notion intuitive qu’une maladie contagieuse s’étiolera pourvu qu’une proportion assez nombreuse de personnes ne puisse la transmettre. Des modélisations mathématiques simples établissent ainsi, en fonction du nombre de personnes moyen qu’un malade peut contaminer (R0), qu’au-delà d’un certain seuil de personnes immunisées, la maladie disparaîtra. En deçà, le nombre R0 va malgré tout diminuer, et une personne non immunisée aura moins de risque d’être contaminée. Cet effet positif (éradication totale ou moindre probabilité de transmission) est nommé “immunité de groupe”. Cet argument bien réel conduit souvent les défenseurs de la vaccination à justifier une immunisation de masse dans la population. Parfois, cela se traduit en attaque ciblée sur les réfractaires : non seulement ils empêcheront d’éradiquer la maladie, mais en plus ils augmentent la chance qu’un autre enfant attrape la maladie.

Lire la suite

Néosanté Edition