Néosanté,
parce que la santé a changé d’ère

SAMSUNG CAMERA PICTURESFondées  à Bruxelles  au début  de l’année 2011, les Editions Néosanté exercent deux activités principales : l’édition de livres et la publication d’une revue mensuelle de santé globale, réalisée par des journalistes en collaboration avec des praticiens spécialisés en décodage des maladies.

Editeur responsable de la revue Néosanté,  Yves RASIR est journaliste indépendant depuis près de 30 ans. Initié à l’hygiénisme par le naturopathe André Passebecq, il a  eu la chance de rencontrer les grands médecins et chercheurs qui ont mis à jour le sens biologique des maladies (Henri Laborit, Ryke Geerd Hamer, Alain Scohy, Robert Guinée…) et de se former auprès de certains d’entre eux (Olivier Soulier, Claude Sabbah, Gérard Athias…). Fondateur et rédacteur en chef du magazine BIOINFO pendant 13 ans, il y a promu les premiers efforts d’information du grand public sur le nouveau paradigme médical.

En créant Néosanté, il poursuit ainsi un parcours de vie entièrement dédié au  « sens des maux et à leurs solutions bio ».

Abokado

abokado

Je m’abonne à la version numérique de Néosanté

Néosanté hebdo

Lire la suite

LE STRESS POST-TRAUMATIQUE
En sortir et reprendre sa vie en main

Depuis que la télévision est entrée dans nos foyers, nombre d’entre nous reçoivent de plein fouet les informations de début de soirée, et sa cohorte de mauvaises nouvelles, et souvent à l’heure du dîner familial. Il faut dire que ces dernières années, les mauvaises nouvelles traumatisantes sont légions : guerres, catastrophes climatiques, et depuis quelques temps, attentats, etc. Il n’est donc plus nécessaire de faire la démarche d’acheter son quotidien, ni de courir le monde, pour être confronté à ces divers traumatismes émotionnels, presque malgré nous. Or cette « confrontation » passive génère chez chacun d’entre nous un stress latent, plus ou moins grave, voire destructeur, surtout chez les plus sensibles, notamment les enfants, souvent sans que nous en soyons conscients. Lire la suite

Le lait maternel prévient la malaria !


L’Université de Liverpool est la première à avoir attiré notre attention sur cette possibilité. (1) Chez des rats auxquels on avait inoculé le Plasmodium berghei et que l’on faisait vivre avec une diète exclusive au lait, les parasites étaient freinés dans leur croissance. Ceux qui étaient nourris de façon conventionnelle mouraient après quelques jours. Les chercheurs en concluaient que cette expérience donnait éventuellement une réponse à la question se savoir pourquoi des enfants nourris au sein meurent rarement de malaria sévère. L’Ecole de Liverpool a continué ses expériences sur des singes infectés naturellement par le Plasmodium cynomogi. Ceux-ci survivaient lorsque la diète était exclusivement du lait. Mais dès qu’on arrêtait cette diète et qu’on passait à une alimentation normale, les recrudescences étaient sévères. (2) Lire la suite

Néosanté Edition